Dutilleux compositeur de concours

par https://cookingsystems.net/

Henri DUTILLEUX
(1916-2013)
Pages de jeunesse
Pascal GODART (piano), Daniel BRESZYNSKI (trombone), Alexandre GATTET (hautbois), Vincent LUCAS (flûte), Marc TRÉNEL (basson)
2016-DDD-58’ 42’’–Texte de présentation en français et en anglais–IndéSENS INDE087

Ce CD comprend cinq œuvres composées par Henri Dutilleux entre 1942 et 1950. Ce sont, dans l’ordre de leur enregistrement : la Sonate pour piano (1946), Sarabande et cortège (1942) pour basson et piano, Sonatine pour flûte et piano (1943), Choral, cadence et fugato (1950) pour trombone et piano et Sonate pour hautbois et piano (1947). En dehors de la Sonate pour piano, les quatre autres pièces sont des morceaux de concours pour le Conservatoire de Paris que Claude Delvincourt, succédant à Henri Rabaud, devait diriger à partir de 1941 et auquel Henri Dutilleux s’était lié – Claude Delvincourt dont l’attitude durant la Seconde Guerre mondiale aura été exemplaire et qui, au péril de sa vie, est parvenu à bluffer les Allemands. Avec leurs accents post-raveliens, toutes les cinq sont d’une excellente facture, et il y a de surcroît dans la Sonate pour piano d’heureuses trouvailles techniques. Quant à la Sonatine pour flûte et piano, quoique assez académique et presque folâtre, elle plaît beaucoup aux mélomanes depuis sa première exécution en 1944 par le flûtiste Gaston Courelle et Henri Dutilleux lui-même au piano. Elle est d’ailleurs très populaire aux États-Unis, comme l’indique Pierre Gervasoni dans la monumentale biographie de près de mille huit cent pages, qu’il a consacrée à Henri Dutilleux chez Actes Sud, au début de cette année 2016.
Ce genre d’œuvres dites de jeunesse, ou de formation, pose toujours un problème d’esthétique. Si, pour une raison ou pour autre, Henri Dutilleux avait passé toute sa vie à écrire sur le même mode post-ravelien, voire post-rousselien, ou s’il était mort juste après avoir donné ces cinq œuvres, occuperait-il une place de premier plan dans la riche histoire de la musique du XXe siècle ?
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 8 – Répertoire 6 – Interprétation 7

Les commentaires sont clos.