Un magnifique hommage à Dutilleux

par

https://xnxx.rest/Henri Dutilleux (1916-2013)
Métaboles – "Sur le même accord" – Symphonie n°1
Orchestre de Paris – Christian Tetzlaff (violon) - Paavo Järvi (direction).
2015  – 56,55’ – Textes de présentation en anglais, allemand, français – Erato, LC00200

Dans le cadre d’une série d’hommages aux compositeurs français du XXème siècle, Paavo Järvi et l’Orchestre de Paris s’attardent cette fois sur un compositeur qui eut une importance particulière pour l’orchestre et dont le monde de la musique fut tristement privé il y a presque deux ans. A contre-courant, Henri Dutilleux fut l’un des plus grands compositeurs français à s’opposer au mouvement du sérialisme généralisé. Loin d’un acte de guerre, cette opposition relevait pour le compositeur d’un acte d’accomplissement de son langage personnel, libre de tout carcan compositionnel. Or, le choix des œuvres ici présentées nous offre un panorama non-exhaustif, mais représentatif de l’évolution du compositeur.
Métabole dont le nom fait directement référence à une notion de rhétorique (reprise par les entomologistes) nous définit donc la métamorphose. De ce point de vue, nous pouvons donc comprendre ce qui unit Métaboles à « Sur un même accord » (qui fera appel lui aussi à la métamorphose). Mais ne nous méprenons pas, si la métamorphose en musique se nomme globalement variation, cette dernière ne se résume pas à celle qui fut l’un des objets les plus prisés des grands classiques. Aussi, Métaboles et « Sur un même accord » utilisent des procédés différents. De Métaboles, le compositeur nous disait : « J’ai voulu présenter une ou plusieurs idées dans un ordre et sous des aspects différents, jusqu’à leur faire subir, par étapes successives, un véritable changement de nature ».  Tandis que « Sur un même accord », pièce concertante pour violon et orchestre, se base sur une série de six notes, desquelles vont découler tous les éléments de l’œuvre. Enfin, la Symphonie n°1, œuvre de jeunesse longtemps considérée comme « archaïque » tant par son nom que par son écriture, est une œuvre tiraillée entre la musique française et celle de Prokofiev.
Dans cet enregistrement, Paavo Järvi et l’Orchestre de Paris nous offrent ce qui rend la musique de Dutilleux si intéressante. Car, l’opposition du compositeur au sérialisme généralisé se traduit dans sa musique par l’absence de cette hyper-mathématisation, cheval de bataille des antisérialistes. Au contraire la musique de Dutilleux possède intrinsèquement une puissance plus primaire. Mais de nouveau ne nous méprenons pas, car cette force n’est pas comparable au bouillonnement dramatique des compositeurs postromantiques, mais elle se trouve au service d’une rythmique et d’un lyrisme clair et incisif, faisant de chaque note un punctum. De la sorte, Paavo Järvi a donc pu trouver le juste milieu et rendre un magnifique hommage à l’un des génies de la musique française.
Xavier Falques

Répertoire 10 - Interprétation 10 - Livret 10 - Son 9

Les commentaires sont clos.