Heureux anniversaire, Maestro !

par https://cookingsystems.net/

Claudio Abbado fête ses 80 ans !
Pour un homme qui a consacré sa vie à la musique, Claudio Abbado, qui célèbre son 80e anniversaire ce 26 juin, a peu de mots pour décrire son travail de chef d'orchestre. Il préfère parler à travers la musique qu'il fait depuis plus d'un demi siècle. Peu intéressé par la célébrité, il a dit un jour : « le terme 'grand chef' n'a pas de sens pour moi ; c'est le compositeur qui est grand ».

Claudio Abbado est né à Milan le 26 juin 1933 dans une famille d'artistes et de musiciens. Il étudia le piano, la composition et la direction au Conservatoire Giuseppe Verdi de sa ville natale avant de rejoindre Vienne pour suivre des cours de direction. En 1958, il gagne le Prix Koussevitzky du Boston Syphony Orchestra.
Il fit ses débuts à La Scala en 1960 où il fut nommé directeur musical à l'âge de 35 ans, restant à ce poste jusqu'en 1986. Trois ans après ses débuts, il gagna la prix Mitropoulos et travailla quelques mois avec le New York Philharmonic Orchestra comme assistant de Leonard Bernstein. Il fut alors invité par Herbert von Karajan pour diriger le Philharmonique de Vienne pour la première fois au Festival de Salzbourg en 1965. Il se distingua par ses initiatives novatrices à Milan, élargissant le répertoire à des oeuvres nouvelles. Il y invita des chefs comme Carlos Kleiber et fit taire la réputation d'élitisme de l'opéra en élargissant l'audience par des programmes destinés aux étudiants et aux travailleurs.
Durant ses 18 années passées à Milan, il devint également directeur musical du London Symphony Orchestra où il oeuvra de 1979 à 1987. Il fut directeur musical de l'Opéra de Vienne de 1986 à 1991 et, en 1987 il devint directeur général de la musique de la ville de Vienne.
Fin 1989, dans la tourmente et l'optimisme qui firent suite à la chute du mur de Berlin, il fut élu par les musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Berlin pour succéder à Karajan en tant que directeur artistique de l'orchestre. Cette nomination l'a à nouveau porté à de nouvelles initiatives comme le « Berliner Begegnungen » (les rencontres de Berlin) offrant à de jeunes musiciens l'opportunité de jouer avec des artistes établis. En 2000, le chef fut contraint de se retirer pendant plusieurs mois de la scène en raison d'un cancer de l'estomac mais revint à la tête du Philharmonique de Berlin pendant ses deux dernières saisons au cours desquelles il dirigea Parsifal et Lohengrin à Berlin, Edimbourg et Salzbourg.
Tout au long de se carrière, Claudio Abbado aura défendu la musique contemporaine par ses interprétations d'oeuvres de Nono, Stockhausen, Rihm et beaucoup d'autres. En 1988, alors qu'il était à l'opéra de Vienne, il initia le festival « Wien Modern » offrant à la musique du 20e siècle sa propre plateforme à Vienne.
Abbado a également consacré beaucoup de temps à aider les jeunes talents et a été le fondateur et directeur musical de l'Orchestre de jeunes de l'Union européenne devenu le Chamber Orchestra of Europe en 1981. Il a également fondé l'Orchestre des jeunes Gustav Mahler en 1986 et le Lucerne Festival Orchestra en 2003 ; l'année suivante il a été nommé directeur musical et artistique de l'Orchestre Mozart de Bologne.
En 1967, il avait commencé ce qui allait devenir une relation de longue durée avec Deutsche Grammophon. Une preuve de sa maturité musicale précoce dans sa carrière réside notamment dans le fait que son premier enregistrement pour le label jaune est toujours au catalogue à ce jour : le Concerto pour piano en sol majeur de Ravel et le 3e Concerto pour piano de Prokofiev avec le Philharmonique de Berlin et, en soliste, Martha Argerich.
L'histoire des enregistrements de Abbado est le reflet de sa carrière musicale. Les productions de La Scala qu'il enregistra incluent Simon Boccanegra et Macbeth avec l'orchestre et les choeurs de La Scala. Ses années avec le London Symphony Orchestre connurent de nombreux enregistrements incluant le Barbier de Séville et La Cenerentola ainsi que des oeuvres de Mozart (les concertos pour piano avec Rudolf Serkin), Mendelssohn (les Symphonies), Ravel, Stravinsky et Debussy.
Son installation à Vienne en 1986 fut le début d'une série d'enregistrements légendaires incluant Wozzeck et Pelléas et Mélisande précieusement conservés par DG. Ses enregistrements avec Berlin incluent le cycle des concertos de Beethoven avec son collègue de longue date, Maurizio Pollini et, en 2001, son second cycle des Symphonies de Beehoven (le premier avait été enregistré en 1989 avec le Philharmonique de Vienne). En 1995, il enregistra l'intégrale des symphonies de Mahler -incluant l'Adagio de la 10e- avec le Chicago Symphony Orchestra, le Philharmonique de Vienne et le Philharmonique de Berlin. Avec l'Orchestre de Chambre d'Europe, il enregistra Le Voyage à Reims de Rossini et l'intégrale des Symphonies de Schubert.
Entretemps, Abbado avait développé une énorme discographie avec l'intégrale des oeuvres symphoniques de Beethoven, Brahms, Mahler et Schubert et plus de vingt opéras.
Pour le 80e anniversaire du chef, DG sortira deux nouveaux enregistrements avec l'Orchestre Mozart (les concertos de Mozart, les Ouvertures et la 2e Symphonie de Schumann) et un coffret de 40 CD.
Parmi les nombreuses distinctions décernées à Claudio Abbado, citons les « Bundesverdienstkreuz » -la plus haute distinction de l'Allemagne-, la Légion d'honneur et la médaille Mahler. En 2012, il a été honoré d'un "Lifetime Achievement Award" de Gramophon et a remporté le Prix de la Royal Philharmonic Society récompensant le fait que « Chacune de ses apparitions, rares mais annuelles, produit une réalisation inoubliable, un moment qui change la vie. Ses extraordinaires concerts l'Orchestre du Festival de Lucerne met la barre encore plus haut de ce qu'il est possible d'atteindre avec un groupe de musiciens ».

Les commentaires sont clos.