La Pléiade brille dans le ciel strasbourgeois

par https://rezojobs.com/grand-cayman-dating/

Iannis Xenakis (1922-2001) : Pléiades (Mélanges, Claviers, Métaux, Peaux) - Persephassa - Les Percussions de Strasbourg - 2022 - 71’41’’ - Livret en anglais et français - Les Percussions de Strasbourg - PDS121

À l'occasion des 60 ans des Percussions de Strasbourg et du centenaire de la naissance de Iannis Xenakis, l’ensemble strasbourgeois nous propose un nouvel enregistrement de Pléiades et Persephassa, deux œuvres majeures du compositeur composées spécialement pour l’effectif français. 

Fondées en 1962, les Percussions de Strasbourg ont rapidement un premier contact avec Iannis Xenakis par le biais de Jean Batigne, un des fondateurs du groupe. Quand celui-ci demande au compositeur de leur écrire une œuvre, Xenakis lui répond : “Quand j’écrirai pour vous, ce sera une œuvre fondamentale pour la percussion.” Quelques années plus tard, en juillet 1969, la partition de Persephassa est confiée aux percussionnistes. L'œuvre doit être jouée par six percussionnistes placés en cercle autour du public et peut être divisée en trois parties. La première est composée sur la “théorie des cribles”, principe mathématique qui permet, grâce à un algorithme, d’obtenir des structures précises et cohérentes ainsi qu’une organisation des sons et de leurs caractéristiques bien définie. La deuxième partie s’articule autour d’un silence absolu et d’une superposition de lignes rythmiques jouées simultanément mais avec des tempi différents. C’est l’occasion de découvrir un instrument inventé par le compositeur, le simantra (planche ou barre en métal ou en bois qui est suspendue et frappée avec un maillet). La pièce se termine avec une partie exploitant au maximum la disposition des musiciens. Ceux-ci alternent afin d’emporter le public dans un tourniquet de sons et de couleurs. Il est importantissime de noter la qualité de l’enregistrement qui permet à l’auditeur, s'il utilise un casque, de se retrouver transporté à l’intérieur du Théâtre de Hautepierre au milieu des six musiciens. 

Dix ans après la première collaboration entre Xenakis et les Percussions de Strasbourg, les deux parties se sont retrouvées autour de Pléiades. L'œuvre est composée de quatre parties dont l’ordre d’interprétation est laissé à l’appréciation des interprètes. Choisis selon les instruments utilisés pour les jouer, les titres des différentes parties sont Mélanges, Claviers, Métaux et Peaux. Ici aussi, Xenakis utilise un instrument de son invention : les sixxens (instrument à clavier, muni d’une pédale et de lames métalliques qui ne sont pas accordées selon l’enchainement classiques des demi-tons). Il leur dédie la partie Métaux. La partie Claviers utilise quant à elle trois vibraphones, un xylophone, un marimba et un xylorimba. On peut aussi noter une petite particularité de ce passage, à savoir l’utilisation du mode pelog. La partie Peaux voit les six percussionnistes utiliser un assemblage de percussions composé de timbales, de grosses caisses, de toms, de congas et de bongos. Et pour finir, la partie Mélanges est, comme son nom l’indique, un mélange des trois autres parties. 

Le CD est une vrai réussite. Après tout, qui de mieux pour jouer Persephassa et Pléiades que les Percussions de Strasbourg ? Le jeu est clair, les nuances sont poussées à l'extrême, les rythmes sont précis… Ce sont des percussionnistes talentueux et expérimentés, et la virtuosité qu’ils déploient dans certains passages est à couper le souffle. Ils nous emmènent dans un voyage sonore époustouflant et rendent honneur à Iannis Xenakis. 

Son : 10 - Livret : 10 - Répertoire : 10 - Interprétation : 10

Alex Quitin

 

 

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.