« Plugged in », la musique s’entend mieux avec les yeux

par dont hook up where you vlookup

A la Philharmonie Luxembourg, l’espace Découverte, c’est la petite salle dédiée aux assemblées restreintes et aux musiques expérimentales (les premières répondent souvent aux secondes) et je m’y installe à temps pour écouter l’interview de deux membres de l’Eunoia Quintett (un nom en cinq voyelles et une seule consonne qui évoque la beauté de la pensée), menée par Lydia Rilling (qui prend dès le 1er mars la direction artistique du Donaueschinger Musiktage) -ma connaissance de l’allemand est telle que je regarde plus que je n’écoute, me repérant au non-verbal et à certains mots suffisamment germaniques pour me laisser deviner leur sens : qu’importe, cette mise en bouche joue efficacement le rôle de préliminaires.

Judgeheads, la première des quatre compositions au programme de ce soir, écrites pour l’ensemble bâlois à la large palette de timbres, est née de l’imagination d’Andreas Frank (Allemagne), qui dispose les musiciens en un grand V, dont la voix est la pointe : chevillée à son pupitre (d’accusée ?) et violemment éclairée, elle mélange allemand, français, anglais (d’autres émettent des onomatopées) pendant qu’électronique et percussions sont manipulées par des mains -de petits écrans carrés à l’avant-plan nous cachent les instrumentistes aux extrémités du V- dont les alter ego saccadent les mouvements en ombres chinoises sur un deuxième rang de carrés blancs-, et que trombone et violoncelle permutent leurs places.

Rauque, guttural, comme se frayant un chemin (celui de la voix qui s’exerce, qui vocalise), le chant qui entraîne chacun des interprètes est le fil rouge du travail de Santiago Diez Fischer (Argentine) dans Birds for a while : lente et subtile progression d’une musique en suspension, où les instruments sont plus ou moins préparés (la baguette dans les cordes du violoncelle, les gestes directement dans le corps du piano, les percussions tout en chuintements), incantation à la légèreté des sons, la pièce, organique, fascine.

Le deuxième changement de disposition (et de dispositif), un peu plus long, est l’occasion d’un court entretien avec Helga Arias (Espagne), qui éclaire sur l’intention de ses Studies on self-isolation, la création du programme de ce soir : le développement des communications à distance (la pandémie, camarade !) s’installe dans la vie musicale et coupe la pièce en deux. D’abord, on retrouve les musiciens en sweat-shirt (sur scène mais comme chez eux), chacun branché (téléphone, tablette…) sur la réunion-répétition Zoom (projetée sur le grand écran derrière les instruments) : on se parle et se coordonne avec les autres au travers d’Internet : « reprenons à la mesure 20 », « un peu plus rapide ? », « et si on essayait comme ceci »… Étrange jeu entre réel et virtuel pour le spectateur, qui hésite entre l’image projetée (parfois déformante, toujours partielle) et celle, palpable, qui est devant lui -une prévisualisation du métavers qu’imaginent pour nous les entreprises du numérique, monde parallèle où nos existences se confondent avec nos représentations ? L’impact de la communication distanciée sur le son nous est révélé dans la seconde partie du morceau, où soprane, violoncelliste, tromboniste, percussionniste et pianiste, toujours sur scène, ont coupé leurs téléphones et sont alors intégralement présents : où est la frontière entre le jouer ensemble ici et le jouer ensemble là ?

Très visuelle, la pièce de Carola Bauckholt (Allemagne), Oh, I see, explore un thème central dans son œuvre, la question de la perception et de la compréhension : dos au public, le pianiste est le nez d’un visage dont les bajoues sont le violoncelle et le trombone (au double pavillon), et les yeux, deux grands ballons blancs (1m20 de diamètre), frottés et frappés par leurs opérateurs invisibles et sur lesquels sont projetés iris, paupières et blancs de l’œil en mouvement. Très percussive, la musique requiert éponges et bandes autocollantes disposées sur les ballons, jus de pomme là où les mains s’en saisissent pour améliorer le rendu sonore, gaffa tape pour les deux instrumentistes-bajoues (qui scratchent en rythme), bande magnétique à étirer autour de la corde de sol du piano -entre autres archet, maillet, rivet ou plectre destinés aux techniques instrumentales étendues.

La performance de l’Eunoia Quintett (Johanna Greulich au chant, Clemens Hund-Göschel au piano, Stephen Menotti au trombone, Louisa Marxen -elle jouait chez elle ce soir- aux percussions et Eva Boesch, qui remplace in extremis Ellen Fallowfield au violoncelle), performance musicale autant que visuelle, instrumentale autant que chorégraphiée, émotionnelle autant que technique, nous rappelle que la musique n’est pas qu’une affaire de sons : dans la perception, la préhension que nous avons des phénomènes issus de notre environnement, tous nos sens sont à l’œuvre, nos a priori, notre mémoire, nos évaluations passées -sans parler de la coordination de cette myriade d’informations par notre système nerveux central, avec son lot de concordances et de discordances.

Luxembourg, Philharmonie, le 10 février 2022

Bernard Vincken

Crédits photographiques  : Philharmonie Luxembourg / Eric Devillet

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.