L’appel des cloches

par https://inkindstaffing.com/privacy-risks-in-mobile-dating-apps/

Tristan Murail (1947) : Cloches d’adieu, et un sourire… in memoriam Olivier Messiaen
Franz Liszt (1811-1866) : « Pater noster » – « Bénédiction de Dieu dans la solitude » – « Funérailles », pièces issues des Harmonies poétiques et religieuses
Johann Sebastien Bach : (1685-1750) : Choral « ich ruf’ zu dir, Herr Jesu Christ », BWV 639 (arr. F. Busoni) – Aria « Die Seele ruht in Jesu Händen », BWV 127 (arr. H. Bauer)

Maurice Ravel (1875-1937) : « La vallée des cloches » (Miroirs)
Olivier Messiaen (1908-1992) : « Cloches d’angoisse et larmes d’adieu » (Huit préludes)
Herbert Schuch (piano)
2014-DDD-68’-Textes de présentation en français, allemand et anglais-Naïve V5362

Le jeune pianiste roumain Herbert Schuch, bien connu du public belge grâce à sa résidence à Bozar pour la saison 2014-2015, nous revient au disque avec le programme proposé lors du premier récital en octobre dernier : une invocation autour de Bach, Murail, Liszt, Messiaen et Ravel. Avec une incroyable richesse de registres, Schuch développe un travail conséquent sur les différences de langage, trouvailles sonores, grâce à une échelle de couleurs déjà très développée pour son jeune âge. Si le concert permet une meilleure contextualisation, les pièces sont enregistrées de telle manière que l’auditeur parvient facilement à se créer une atmosphère de réflexion, d’introspection. Du point de vue purement pianistique, Schuch prend le temps d’écouter chaque note et place la barre très haut en ce qui concerne les résonnances. Car le leitmotiv de ce cd, c’est bien évidemment cet appel de cloches. Ces cloches qui, le temps d’un court instant, retentissent dans une cathédrale et nous emmène dans quelque chose de magique. S’apprécient aussi les différentes transcriptions par Busoni et Bauer de chorals et aria de Bach qui viennent ponctuer l’histoire d’un caractère encore plus solennel, plus religieux, peut-être spontané. Le langage du pianiste est épuré, simple et sincère. Belle expressivité chez Liszt, belle conduite de la polyphonie chez Bach et compréhension idéale chez Messiaen et Murail. Cette thématique de la spiritualité permet aussi de restituer des pièces plus populaires face à des œuvres moins célèbres. De fait, le rapport amical et estudiantin entre Messiaen et Murail est parfaitement illustré par le biais de la citation. La cloche, représentée ici à tous les niveaux, traverse chaque œuvre et prend une dimension surnaturelle : d’une simple résonnance au bouleversement du discours par la superposition de motifs et de rythmes, chacun trouvera son idéal.
Voilà un cd intelligemment mené, stimulant pour l’esprit qui attisera certainement la curiosité de certains.
Ayrton Desimpelaere

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 9

Les commentaires sont clos.