Le pianiste Ralph van Raat propose des raretés françaises et une première boulézienne 

par https://vrraide.com/

Claude Debussy (1862-1918): Études retrouvées, Les Soirs illuminés par l’ardeur du charbon ; Olivier Messiaen (1908-1992) : Morceau de lecture à vue, Des canyons aux étoiles (extraits), La fauvette passerinette ; Pierre Boulez (1925-2016) : Prélude, Toccata et Scherzo, les 12 Notations, Une page d’éphéméride ; Maurice Ravel (1875-1937) : Menuet en ut dièse mineur. Ralph van Raat, piano. 2018-Livret en : allemand, anglais et français-77’41’’. Naxos. 8.573894

Le pianiste Ralph van Raat nous propose une exploration de raretés des grands compositeurs français du XXe siècle ! Si cet album est construit avec une grande intelligence et propose un voyage passionnant à travers Debussy, Messiaen, Ravel et Boulez, c’est une première mondiale du “Grand analytique” qui attire l’oreille. 

En effet, le musicien propose un inédit boulézien, Prélude, Toccata et Scherzo. Il s’agit d’une partition de jeunesse méconnue, éditée par la Fondation Sacher de Bâle et redécouverte par Ralph van Raat qui en assuré la création en concert. Composée en 1944-1945, cette partition nous fait découvrir un talent précoce qui témoigne déjà d’une forte personnalité. Certes, les noms des parties renvoient à des formes classiques et on pointe des influences de son professeur Olivier Messiaen ou d'Arthur Honegger, mais on peut déjà entendre une maîtrise de la structures et des tons sombres qui évoquent le Boulez du futur. Les 12 Notations de 1945 sont un formidable miroir qui illustre le bond en avant du geste du compositeur dans ses recherches stylistiques. Ce chemin boulézien se clôt avec la brève page d’éphéméride composée en 2005 à la demande d’Universal Edition Wien. Cette partition est destinée aux jeunes pianistes mais Boulez ne sacrifie pas à la facilité par sa force et son intensité. 

Olivier Messiaen est illustré par trois partitions dont la La fauvette passerinette de 1961, retrouvée et éditée en 2012 par le pianiste Peter Hill. Si les extraits pour piano solo des Canyons aux étoiles sont assez connus des amateurs du compositeur, il n’en va pas ainsi pour le Morceau de lecture à vue composé pour un concours de l’Ecole normale de musique en 1934 et dont le thème sera repris dix ans plus tard dans les Vingt regards sur l’Enfant jésus.   

On remonte dans le temps avec trois partitions de Debussy et Ravel dont l’étonnant Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon. Composée en 1917, l’oeuvre fut composée pour remercier un charbonnier de lui avoir procuré du combustible, si difficile à trouver en cette période de guerre. 

Tout au long de ce programme, Ralph van Raat est exemplaire de maîtrise technique et stylistique et on salue son adaptabilité aux styles de ces compositeurs. Notons que le pianiste signe aussi le passionnant texte du livret. 

Cet album est une réussite éditoriale et musicale et, par son concept éditorial, il se distingue dans le contexte discographie. 

 Son : 10 Livret : 10 Répertoire : 10 Interprétation : 10

Pierre-Jean Tribot

Un commentaire

  1. Ping : Ralph van Raat, pianiste sans frontières  | Crescendo Magazine

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.