Ralph van Raat, pianiste sans frontières 

par https://vrraide.com/free-hook-up-apps-india/

Le pianiste Ralph van Raat construit une discographie essentielle dans son exploration des répertoires de notre temps. Pour Naxos, il publie un nouvel album centré sur des oeuvres rares de Boulez, Debussy, Messiaen et Ravel. Cet album est important car il propose en première mondiale une oeuvre de jeunesse de Pierre Boulez : Prélude, Toccata et Scherzo. Ralph van Raat nous entretient de la place de cette oeuvre dans l’univers de Pierre Boulez tout en nous présentant sa vision de la musique. 

Votre nouvel album s'intitule “raretés française pour piano”. Pourquoi avez-vous décidé de réunir Boulez, Debussy, Messiaen et Ravel sur un même enregistrement ?

La musique française en général m'a toujours séduit -Debussy et Ravel que j'ai connus vers l'âge de dix ans, et Messiaen et Boulez quelques années plus tard. C'est la musique que j'ai écoutée tout au long de mon adolescence -au lycée, Boulez me fascinait par son énergie et, parfois, par sa crudité ; Messiaen par son monde harmonique de couleurs, et Debussy et Ravel que je considérais à l'époque comme une étape parfaite entre la musique classique que je jouais, et le jazz, de Bill Evans par exemple, que j'écoutais aussi beaucoup. Certaines des pièces de l'album que j'ai toujours eu en tête d'enregistrer, mais pour lesquelles je n'ai pas trouvé de contexte approprié car elles sont "hors du répertoire principal" du compositeur. Comme j'ai fait des recherches sur le Prélude, Toccata et Scherzo de Boulez et qu'il semblait y avoir un intérêt pour un enregistrement, j'ai eu une bonne occasion de faire un album d'une collection de ces pièces. 

Est ce qu’il y des caractéristiques communes entre ces 4 compositeurs ? 

Historiquement certainement. Debussy et Ravel se connaissaient et étaient influencés l’un par l'autre ; et Messiaen était un professeur important pour Boulez. Il y a donc beaucoup de "liens croisés".  Dans les oeuvres de Boulez présentées sur cet album, on entend beaucoup d'influences de Messiaen dans l'organisation des hauteurs et l'utilisation du rythme par exemple. Mais tous ces compositeurs, je pense, ont une oreille très fine pour la couleur harmonique, qui est un élément clé dans leurs œuvres ; ils ont aussi généralement tous tendance à libérer les notes de leurs barres de mesure audibles. La plupart des œuvres de l'enregistrement semblent aussi partager un léger élément objectif dans leur musique, tout en évoquant, à mon avis, des souvenirs, des relents d'émotion (parfois fortes), de mélancolie et de nostalgie (même dans les Boulez !). Mais toujours d'une manière "digne" !

Vous proposez l'enregistrement en première mondiale du "Prélude, Toccata et Scherzo" de Pierre Boulez, une de ses partitions de jeunesse (1944). Comment avez-vous redécouvert cette partition ?

J'ai appris l'existence de l'œuvre dans une étude approfondie sur les études de Boulez par Peter O'Hagan. Cela a immédiatement suscité mon intérêt car j'ai lu qu'il y a des influences évidentes de Messiaen, Honegger et Jolivet, par exemple. J'ai contacté la Fondation Paul Sacher à Bâle pour demander si je pouvais venir faire mes propres recherches. 

Que nous apprend cette partition sur le style du jeune Pierre Boulez ? Pierre Boulez était un grand opposant à la notion de "tradition", n'est-il pas surprenant de le voir composer une partition aux formes très classiques comme le Prélude, la Toccata ou le Scherzo ? 

Tout d'abord, j'ai été très surpris par le langage émotionnel direct, même verbal : dans le “Prélude”, par exemple, il écrit des indications telles que « comme une plainte qui s'exaspère et haletante, très expressif, violent ». J'ai toujours eu l'impression que beaucoup d'œuvres plus tardives contiennent des émotions aussi fortes (la Sonate n°2 comporte beaucoup d'indications "violentes", par exemple), et cela me prouve presque que Boulez est loin d'être un compositeur "juste cérébral" comme on le décrit souvent ; ses "systèmes" de composition semblent surtout être là pour justifier et organiser un monde très riche d'expressions humaines. Dans la “Toccata”, il fait déjà "exploser" les formes avec un thème à quasi douze tons qui prend des proportions de plus en plus importantes (quelquefois, au point culminant, même en utilisant des octaves, comme aurait pu le faire Liszt), jusqu'à ce qu'il se désintègre en fragments du thème.  Ces derniers sont ensuite superposés de plus en plus densément jusqu'à ce que les textures évoluent vers des sons graves tonitruants, avec des aspects semblables à des éclairs qui explosent vers le registre aigu du piano. On perçoit ici un monde sonore coloré, résonnant et assez volcanique qui évoque des compositions bien plus tardives. Le “Scherzo” semble léger dans sa texture, mais il est très piquant, dissonant et percutant, avec le même genre de sentiment "d'impatience" que, par exemple, l'explosive Sonate n°2 -presque comme Bartók ou Stravinsky sous stéroïdes ! Il y a quelques passages contrastés d'accords de cloches qui sonnent presque comme ceux du Debussy et qui reviennent, mais pas littéralement, de nombreuses années plus tard dans l'une de ses dernières œuvres pour piano, Incises. Le Prélude, Toccata et Scherzo préfigure de nombreuses œuvres ultérieures, et même s'il utilise des éléments traditionnels, on peut presque le sentir "lutter" avec eux.  

Votre discographie est principalement axée sur la musique de notre époque. Qu'est-ce qui vous attire dans la musique contemporaine ? 

Elle est incroyablement diversifiée. Il m'a toujours semblé surprenant que l'accent mis sur la musique des XXe et XXIe siècles soit considéré comme une "spécialité", alors que cette période de plus de 120 ans correspond à peu près à l'addition des époques classique et romantique, et que la diversité stylistique est objectivement beaucoup plus grande que jamais. 

Il est incroyablement fascinant pour moi que des compositeurs tels que Schönberg, Debussy, Ives, Gershwin, Strauss, Mahler, etc. aient tous vécu à la même époque, tout en produisant une musique si incroyablement différente qu'il est difficile de la classer sous un seul nom. Plus tard, nous avons tant de styles qui semblent opposés les uns aux autres : la complexité du sérialisme, la simplicité directe de la "nouvelle spiritualité", la musique souvent groovy de minimalistes comme Adams et Reich... C'est une période incroyablement riche de l'histoire de la musique, où il y a toujours quelque chose à apprécier. La musique me semble aussi souvent si proche, car on peut identifier le meilleur avec la culture qui vient plus ou moins de son propre temps : à une époque de voitures rapides, d'avions, d'internet, de téléphones portables, etc…, où tant de sens sont stimulés en même temps et où le cerveau est soumis à de nombreuses impressions à chaque seconde, il semble naturel d'écouter ou de jouer de la musique qui exprime quelque chose de ce même monde que nous percevons. 

Certains styles post-modernes, comme ceux de Tavener ou de Pärt, répondent au besoin de retrouver sa paix intérieure dans un monde très animé. Le besoin de tous ces contrastes stylistiques est pour moi une chose naturelle, et très nécessaire, car ils se complètent. 

Vous avez enregistré un large panel de compositeurs aux esthétiques très différentes. Comment parvenez-vous à vous impliquer dans des styles aussi différents que ceux de Pärt, Rzewski, Adams, Taverner ou Messiaen et Boulez ?

Comme je l'ai dit, je pense que le monde dans lequel nous vivons est très riche, avec beaucoup d'émotions différentes et complexes. Je ne peux pas m'imaginer me fermer ou me concentrer sur un seul aspect du style musical, car je passerais à côté de la beauté, de la paix ou de la perfection de l'harmonie des consonnes d'un style, en gros, ou de l'identification avec la musique "occupée" ou même dissonante, d'autre part. Si la musique, ou la culture, ou l'art reflète pour cette raison le monde actuel et tous les aspects de nos personnalités et de nos goûts humains complexes, alors je pense que tous ces styles se complètent magnifiquement. Je comparerais cela à un puzzle qui ne peut former un tableau complet que s'il comprend toutes les pièces. J'aime tous les styles et compositeurs pour leurs caractéristiques propres, qui font toutes appel à une partie différente de ma personnalité musicale et qui, ensemble, forment, je pense, mon identité musicale et personnelle globale.

Avez-vous déjà prévu un prochain enregistrement ?

La planification ne s'arrête jamais car il y a trop de musique qui mérite beaucoup plus d'auditeurs ! J'envisage d'enregistrer deux nouveaux albums, l'un avec les oeuvres de l'un de mes compositeurs néerlandais préférés, et l'autre avec l'un de mes compositeurs asiatiques préférés avec lequel j'ai beaucoup travaillé. Cependant, je n'ai pas encore de calendrier précis car je pense qu'il est bon d'essayer de trouver un peu de temps pour la réflexion entre le flot -heureusement sans fin- d'impressions et l'activité de nos jours. Tout comme dans la musique !

Le site de Ralph van Raat : www.ralphvanraat.com

A écouter : 

Claude Debussy (1862-1918): Études retrouvées, Les Soirs illuminés par l’ardeur du charbon ; Olivier Messiaen (1908-1992) : Morceau de lecture à vue, Des canyons aux étoiles (extraits), La fauvette passerinette ; Pierre Boulez (1925-2016) : Prélude, Toccata et Scherzo, les 12 Notations, Une page d’éphéméride ; Maurice Ravel (1875-1937) : Menuet en ut dièse mineur. Ralph van Raat, piano. 2018-Livret en : allemand, anglais et français-77’41’’. Naxos. 8.573894

Propos recueillis par Pierre-Jean Tribot

Crédits photographiques : Ralph van Raat © Simon van Boxtel

2 commentaires

  1. Ping : Pierre Boulez….moine et missionnaire | Crescendo Magazine
  2. Ping : Le pianiste Ralph van Raat propose des raretés françaises et une première boulézienne  | Crescendo Magazine

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.