Le Schumann d'Abbado, au plus profond de l'intériorité

par

http://www.ghs-hessigheim.de/

Robert Schumann (1810-1856)
Symphonie n°2 en ut majeur op. 61 - Ouverture de Manfred op. 115 - Ouverture de Genoveva op. 81
Orchestre Mozart, dir.: Claudio Abbado
2013-DDD-59'57"-Texte de présentation en anglais, allemand et français-DG 4791061

Les symphonies de Schumann ont été de tous temps objets de controverses. Déjà Hans von Bülow reconnaissait le génie du compositeur dans les domaines du lied et du piano, regrettant qu'il ait touché au genre alors brillamment représenté par Mendelssohn. On reprochait à Schumann une orchestration touffue, un sens peu harmonieux des partages des pupitres ... Il y eut ensuite de grands chefs pour les défendre; je pense à Wolfgang Sawallish, Kurt Masur, Ivan Fischer et même John Eliott Gardiner qui alla jusqu'à les désosser ! Grand défenseur de l'oeuvre symphonique de Schumann, Hans Holliger déclara tout de go que si elle était méprisée, c'était tout simplement parce que les chefs n'avaient rien compris aux subtilités de son écriture et au caractère novateur de celle-ci. S'il s'est souvent donné aux Ouvertures, au Concerto pour piano avec les plus grands et au concerto pour violoncelle avec Natalia Guttman, c'est la première fois que Claudio Abbado enregistre une symphonie de Schumann... ; il aura attendu son 80e anniversaire. Et s'il a choisi la 2e, c'est parce que, pour lui, elle est la plus grande, elle contient "des richesses incroyables" qu'il va nous faire subtilement découvrir, sans ostentation aucune, mais d'un geste très sûr porté par une extrême sensibilité.
Mais revenons un peu à cette 2e Symphonie très rapidement conçue en décembre, peu après avoir entendu et étudié la Grande Symphonie en ut de Schubert -il en reprendra l'instrumentation: les vents par 2 et 3 trombones- mais il faudra attendre l'année 1846 pour en l'orchestration et la création par Mendelssohn en novembre. 1845, le compositeur est en dépression; plus tard, il écrira à un ami que c'est seulement au cours du dernier mouvement qu'il s'est senti sortir du marasme. Comme on peut l'entendre, la dépression de l'a pas empêché de créer, comme ce sera encore le cas plus tard. Dès les premières mesures du "Sostenuto assai" qui introduit l'allegro du premier mouvement, Schumann annonce quasi l'entièreté de cette symphonie cyclique par un appel des vents sous lequel se déploie une longue et sombre mélopée. Dans sa diatribe pour défendre Schumann, Heinz Holliger disait qu'avant lui, on n'avait encore jamais aussi bien traité les cors ! On l'entendra tout au long du parcours qu'Abbado traite comme une grande arche soutenue par une pulsion rythmique sans relâche qui, elle aussi, caractérisera tout le parcours. Le Scherzo, avec ses deux Trios, traduit une fébrilité qui ne laisse aucun répit; elle court, comme un furet, elle éclaire tels des feux follets et, loin de démonstration de virtuosité, Claudio Abbado s'identifie à cette agitation de l'âme schumanienne pour enchaîner avec l'Adagio espressivo d'une beauté saisissante. Même von Bülow disait que devant cet Adagio, il se mettait à genoux! Un monologue intérieur avec ses questions et ses doutes, l'art "d'emprisonner l'instant dans une durée miraculeuse" (Boucourechliev) qui ira ensuite trouver ses repères dans le contrepoint de Bach, le père spirituel qui l'accompagnera jusqu'à la fin. Enfin le Finale, d'une directionnalité implacable, jouant sur la variante et la variation, le plus long Finale de ses symphonies, sans reprise : comme il l'écrivait, Schumann s'arrache de la dépression, le mouvement est truffé d'articulations irrégulières, de citations, de messages intimes, codés, allant tout droit vers Clara, le motif de "La bien-aimée lointaine" beethovénien utilisé déjà beaucoup plus tôt dans la Fantaisie op. 17 et dans "L'Amour et la Vie d'une Femme". L'élégance de la direction de Claudio Abbado à la tête de "son" orchestre Mozart nous raconte tout cela avec une inégalable noblesse, celle que nous retrouverons aussi dans les Ouvertures.

Bernadette Beyne

Son 10 - Livret 9 -  Répertoire 10 - Interprétation 10

Les commentaires sont clos.