« Mécénat et Protocole », c’est son terrain d’activité officiel.

par

Une appellation qui ouvre de larges horizons et peut faire rêver, comme tout ce qui reste vaste et imprécis. Nous avons souhaité rencontrer Patricia Bogerd pour mieux cerner son quotidien professionnel.

http://www.familienzentrum-mosaik.de/- Depuis quand êtes-vous là ?
J’ai rejoint l’équipe en 2001. Pour préparer le 50e anniversaire du Concours.

- Qu’est-ce qui vous destinait à cette fonction ?
De formation économique, je disposais d’une intéressante expérience des milieux culturels. A l’occasion de « Bruxelles, capitale européenne de la Culture » en 2000 bien sûr, mais j’ai aussi été responsable pendant huit ans du sponsoring de la « Saison Philippe Herreweghe » imaginée par Opus 3. Et, depuis 1996, Jean-Pierre de Launoit (*) me confiait l’organisation des événements qu’il initiait.
Au-delà de l’année anniversaire, j’ai été intégrée à l’équipe du Concours pour assurer le volet qui concerne les mécènes et les donateurs privés.

- Comment cela se passe-t-il ?
En ce qui concerne les mécènes, c'est au Conseil d'Administration du Concours de m'introduire auprès des sociétés. Il me revient de les rencontrer, de mener les réunions préparatoires et le suivi des décisions qui sont prises. Ils s’investissent beaucoup. Ainsi, BNP Parisbas organise des séries de concerts. La collaboration avec Proximus nous permet de proposer les retransmissions des épreuves en streaming. Total, de son côté, souhaite impliquer au mieux les membres de son personnel : en plus des places réservées pour les semaines des demi-finales et des finales, la société organise chaque année un concert avec un candidat belge.
Les dispositions prises avec les mécènes sont réfléchies et mises en place pour respecter l’esprit dans lequel se développe cette action au sein de chaque entreprise. J’assure aussi, évidemment, la gestion des dossiers qui leur permettent chaque année de mesurer les effets de leurs investissements.
Les donateurs privés, eux, nous viennent davantage par le bouche-à-oreille. Ce sont des personnes très motivées, désireuses aussi de se rencontrer, d’échanger, de partager. Les occasions de se retrouver sont toujours les bienvenues. Nous y veillons donc. Chaque année, le mois de novembre les réunit ainsi autour d’un concert d’ « Amis » avec des anciens lauréats. Et, chaque année aussi, nous organisons à leur intention un voyage culturel qui n’a évidemment rien de contraignant mais qui remporte toujours un beau succès. Les destinations varient, la durée du voyage aussi : cinq jours quand nous allons à Turin ou à Milan, mais l’année où nous sommes allés à Tokyo, le voyage durait de dix jours.
Puis il y a les legs. Lorsqu’une personne nous fait connaître son intention à cet égard, nous la rencontrons dès que possible pour cerner au mieux ses souhaits quant à l’avenir de son bien. C’est sans doute plus éclairant si je prends un exemple. Il y a quelques années, nous avons appris par un notaire qu’une dame de 93 ans, sans aucune famille, voulait léguer au Concours sa maison et le verger y attenant. Un terrain « classé » en plein Bruxelles ! Mélomane, la propriétaire envisageait avec plaisir une destination musicale pour cette belle propriété. Après rafraîchissement et adaptation des équipements, la maison est aujourd’hui occupée par une grande famille dont chaque membre pratique un instrument et qui y organise des concerts privés.

- Lorsqu’on vous aperçoit pendant les sessions, vous ne semblez pas inactive…
Non. Pendant le Concours, il faut assurer le bon déroulement des réceptions VIP : accueil, traiteurs, parkings, etc. Et faire face aux demandes de dernière minute. Si un sponsor souhaite inviter quatre personnes supplémentaires lors d’une séance, il me revient de trouver dans la salle les places les plus adéquates sans léser personne. Comme le taux de remplissage des salles est une de mes priorités, je dois reconnaître que ce n’est pas toujours évident.
Propos recueillis par Michelle Debra, le 8 mars 2016 

(*) Président du Concours Reine Elisabeth jusqu’à son décès en novembre 2014.

Les commentaires sont clos.