Liszt en Italie avec Maciej Pikulski 

par

Franz LISZT ( 1811 - 1886) : Tarentella-Venezia e Napoli S.162 ; Miserere du Trovatore (Verdi) : Paraphrase de concert S.433 ; I Lombardi (Verdi) : Salve Maria de Jerusalem, S.431 ; Rigoletto (Verdi) : Paraphrase de Concert, S.434 ; Sonetto 47   del Petrarca - Années de Pélérinage II, Italie S.161 ; Sonetto 104 del Petrarca - Années de Pélérinage II, Italie S.161 ; Sonetto 123 del Petrarca - Années de Pélérinage II, Italie S.161 ; Après une lecture du Dante: Fantasia Quasi Sonata. Années de Pélérinage II, Italie S.161. Maciej Pikulski, piano. 2018 - Livret en anglais et en français  - 74'. Orpheus   OR 7181-0246

https://ledrab.com/

par click here

Nous clôturons un choix sélectif de rééditions du label Ricercar (lire ici et ici les précedents articles), à l’occasion de ses quarante ans d’aventure discographique. Il s’agit de quatre CD, enregistrés entre 2009 et 2013.

Girolamo FRESCOBALDI (1583-1643) : Il Regno d’Amore. Mariana Flores, soprano ; Clematis (Stéphanie de Failly, violon ; Marie Bournisien, harpe ; Andrea de Carlo, basse de viole ; Quito Gato, théorbe et guitare ; Leonardo Garcia Alarcon, clavecin et orgue). 2020. Livret en anglais, en français et en allemand. 60.27. Ricercar RIC 149.

Issu d’une famille aisée, Frescobaldi étudie à Ferrare avec Luzzaschi ; à quatorze ans, il est déjà organiste. Il bénéficie aussi de l’enseignement de Gesualdo et se retrouve à Rome au service de la famille Bentivoglio dont un membre va être nommé nonce apostolique en Flandres en 1607 ; Frescobaldi l’accompagne à Bruxelles pendant une petite année au cours de laquelle il publie des madrigaux. De retour en Italie, il occupe le poste d’organiste de Saint-Pierre à Rome. Au cours de sa carrière, il est au service de plusieurs employeurs, notamment à Florence. Ricercar a publié en 2016 des œuvres pour orgue de Frescobaldi jouées par Bernard Foccroulle (RIC 372) ; le présent CD, enregistré en juin et octobre 2009 en l’église Notre-Dame de Centeilles, propose une autre facette de son art, plus précisément liée à ses relations avec Florence. C’est là qu’il publie les Arie musicali ; il dédie aussi en 1628 son premier recueil de musique instrumentale au Grand-Duc de Toscane, Ferdinand II. Dans ce panorama qui se compose de dix-huit pièces, des pages instrumentales alternent avec les parties chantées, le tout étant construit en trois parties : Canti d’amor, canti sacri et Ballo. La soprano Mariana Flores, à la voix fraîche et envoûtante, traduit avec bonheur les sentiments amoureux tout comme la désolation dramatique (sublime Maddalena a la croce) ou l’expiation des fautes, mais aussi les joies bucoliques. Des moments magiques que l’ensemble Clematis porte à un haut niveau d’élévation émotionnelle.

Les improbables du classique : Luciano Berio et les Beatles 

par

La musique est parfois le témoin de rencontres improbables entre deux univers à la base complètement différents. On peine ainsi à imaginer Jay Z se rendre à un concert de Mason Bates ou Adèle se passionner pour la musique Pierre Slinckx. Mais dans les années 1960, une avant-garde musicale des plus radicales, portée par Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen, Luciano Berio ou Henri Pousseur, jeunes enragés de la composition qui veulent faire table rase du passé et des stars de la pop en recherche de nouvelles sonorités s'attirent mutuellement.

Nous évoquerons ici la rencontre bien réelle de Luciano Berio avec Paul McCartney et les Beatles qui déboucha sur l’arrangement par le compositeur de trois chansons du célèbre groupe anglais. 

Le label Ricercar a quarante ans (2) : enregistrements d’après l’an 2000

par click here

Nous poursuivons une sélection, non exhaustive, parmi les rééditions proposées par le label Ricercar à l’occasion des quarante ans de sa fondation par Jérôme Lejeune. Après un premier article et avant un troisième article nous nous attachons ici à cinq enregistrements réalisés entre 2004 et 2009. Désormais, Ricercar a intégré le groupe Outhere mais Jérôme Lejeune en demeure le directeur artistique.

Marc-Antoine CHARPENTIER (1643-1704) : Te Deum H. 146 ; Messe pour plusieurs instruments au lieu des orgues H. 513. Claire Lefilliâtre, soprano ; François-Nicolas Geslot, haute-contre ; Bruno Botere, ténor ; Jean-Claude Sarragosse, basse ; Chœur de chambre de Namur, Les Agrémens ; La Fenice, direction Jean Tubéry. 2020. Livret en anglais, en français et en allemand. 49.49. Ricercar RIC 143

Coup de chapeau à un artiste hors du commun, Gabriel Bacquier 

par

Quatre jours avant son 96e anniversaire, Gabriel Bacquier tire sa révérence avec une ultime pirouette qui sied si bien à ce personnage haut en couleurs qui pouvait jouer sur les registres les plus variés en passant des emplois légers de l’opérette et de l’opéra-bouffe aux rôles nobles de l’opéra. Sa voix de baryton ample, chaude et souple s’adaptait aisément aux personnages majeurs des répertoires français, mozartien et verdien ; et son jeu d’acteur savait les rendre intelligents et sensibles, modifiant souvent les concepts standards établis par la tradition.

Mais qui aurait imaginé que le rejeton né à Béziers le 17 mai 1924 dans une famille modeste entreprendrait une importante carrière lyrique de près d’un demi-siècle ? Passant d’une formation de graphiste chez son oncle imprimeur à un emploi de journalier aux Chemins de fer locaux, il est fasciné par le chant dont une certaine Mme Bastard lui inculque les rudiments, avant de le présenter, en octobre 1945, au Conservatoire de Paris où il aura notamment pour professeurs Yvonne Gall et Paul Cabanel. Durant l’été de 1945, avec une troupe d’amateurs, il campe… le Grand-Prêtre de Samson et Dalila aux Arènes de Béziers puis, au Théâtre Municipal, l’Ourrias de Mireille. Pour la saison 1949-50, il joue les seconds plans à l’Opéra de Nice ; mais en juin, il sort du Conservatoire avec un premier prix de chant et d’opéra-comique, un second prix d’opéra. Refusé à l’Opéra de Paris comme sa consoeur Régine Crespin, il doit courir le cachet, pousser la chansonnette dans les cabarets, les cinémas, en cultivant la muse légère à la Gaîté-Lyrique. L’été à Valenciennes, il ébauche Escamillo ou Scarpia. Puis avec la Compagnie Lyrique Française fondée par le baryton José Beckmans, il part en tournée au Maroc. En 1953, il auditionne devant Joseph Rogatchewsky qui l’engage pour trois ans dans la troupe du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles où il se forge son répertoire. En octobre 1956, il est accepté par l’Opéra-Comique où il débute avec Marcello de La Bohème, Sharpless de Madama Butterfly et Albert de Werther ; et il finit par apparaître à l’Opéra durant la saison 1958-9 en incarnant Giorgio Germont, Rigoletto, Valentin et Alvar dans Les Indes galantes. Le 19 mars 1959, à la Salle Favart, il prend part à la création de La Véridique Histoire du Docteur de Maurice Thiriet, tandis que le 31 décembre, il est affiché au Teatro La Fenice de Venise dans le rôle du muletier Ramiro de L’Heure espagnole. Au Palais Garnier, le 10 juin 1960, il incarne le Baron Scarpia face à la Tosca de Renata Tebaldi ; et à ce propos, il me narrera avec humour : « Elle ouvrait la bouche et la voix était de l’or pur ! Elle m’avait dit : « Gabriel, si Scarpia doit mourir, venez vers moi, car je ne peux pas courir vers vous ! ». Je le faisais galamment, elle plantait le couteau, je tombais…et l’effet était réussi ! ». Et en juillet 1960, il paraît pour la première fois au Festival d’Aix-en-Provence où il remporte un triomphe sous les traits de Don Juan.

Le label Ricercar a quarante ans  (1) : enregistrements d’avant l’an 2000

par click here

En 1980, Jérôme Lejeune, musicologue, gambiste, homme de radio et directeur artistique, se lance dans l’aventure de la création d’un label essentiellement destiné à la musique ancienne et baroque, après avoir essuyé le refus d’un enregistrement de Terpsichore de Praetorius. Dans la foulée, est décidée, avec la complicité de Philippe Pierlot, Bernard Foccroulle et François Fernandez, la constitution d’un ensemble, le Ricercar Consort, qui va être mis à contribution pour une série de projets qui vont voir le jour au fil du temps, Jérôme Lejeune en assurant de façon permanente la production et la prise de son. Avec les résultats que l’on connaît : le label Ricercar s’est inscrit dans le paysage discographique comme un incontournable spécialiste de musique ancienne, dont une grande partie des quatre cents enregistrements parus à ce jour ont été salués par la presse internationale qui, au fil du temps, lui a octroyé de multiples récompenses : Jokers de Crescendo, Diapasons d’Or, Chocs de Classica, Gramophone, International Classical Music Award, etc. Lorsque le Ricercar Consort est devenu une formation autonome à part entière, la suite s’est dessinée tout aussi logiquement. Dès 2004, Jérôme Lejeune a travaillé avec les productions Outhere et est demeuré le directeur artistique de Ricercar. Un grand nombre d’autres ensembles et solistes ont été sollicités et ont répondu à l’appel. En 2020, on fête l’anniversaire des quarante ans de la fondation de Ricercar. A cette occasion, le label s’est lancé dans une impressionnante série de rééditions de disques-phares qui ont marqué son histoire, depuis ses débuts jusqu’à nos jours. 

Le monde mystérieux des concertos de Bent Sorensen

par click here

Bent SORENSEN (1958) : Concerto pour piano et orchestre « La Mattina » ; Serenidad, pour clarinette et orchestre ; Concerto pour trompette et orchestre. Leif Ove Andsnes, piano ; Martin Fröst, clarinette ; Tine Thing Helseth, trompette ; Orchestre de chambre norvégien, direction Per Kristian Skalstad ; Orchestre symphonique national danois, direction Thomas Sondergard. 2020. Livret en anglais et en danois. 56.59. Dacapo 8.226095.