Quelques nouveautés chez Breitkopf & Härtel

par http://www.fw-harburg.de/

Le Concerto pour cor en ré majeur K. 412 est le premier des quatre concertos que Mozart composa pour l'instrument. Dédié à Joseph Leutgeb, corniste à la Chapelle de la cour de Salzbourg, l'ouvrage est constitué d'un allegro composé en 1782 et d'un rondo K. 514 de 1787. Ce sont deux fragments de deux concertos dont les autres mouvements ont été perdus. On les a donc regroupés en un concerto.
Depuis l'Edition Mozart de 1881, on a découvert que le Rondo aurait été écrit par Süssmayr tandis que l'Allegro initial était sans conteste de la main de Mozart. L'édition de Henrik Wiese propose les deux versions : celle de Süssmayr et l'esquisse de Mozart (K. 412) complétée par l'éditeur. L'interprète aura donc le choix entre la version traditionnelle (de Süssmayr) et la version sans doute voulue par Mozart. Préface en allemand et en anglais. Appareil critique en allemand (Partitur-Bibliothek 15128).

https://skincare.city/

Les deux suites pour orchestre en quatre mouvements de L'Arlésienne de Bizet ont toujours fasciné les mélomanes depuis leurs premières exécutions en 1872 et en 1880. En 1998 et 2001, Lesley A. Wright a proposé la partition et les parties des deux pièces dans une édition Urtext basée sur toutes les sources pertinentes. La nouvelle mise en page facilite la « tourne » et, comme toujours chez Breitkopf, la lisibilité est parfaite. La préface est trilingue (allemand, anglais, français) et l'appareil critique est en anglais (EOS 20828).

 

 

Brahms

Johannes Brahms fut longtemps réticent à rivaliser avec Beethoven dans le domaine de la musique symphonique. Avec sa Sérénade en ré majeur en six mouvements, le jeune compositeur a délibérément choisi un genre qui connut son âge d'or au 18ème siècle, donc avant Beethoven. Initialement, il a même conçu la Sérénade pour une plus petite formation, mais a décidé d'un grand orchestre complet en 1860. Mais même alors, l'oeuvre a tardé à connaître un succès d'audience.
Le nouvelle « Brahms Complete Edition » a choisi comme principale source une copie de la première édition de la partition que Brahms utilisait comme copie de travail. Toutefois, cette copie contenait des erreurs qui n'ont pas été corrigées. Ce n'est qu'avec la nouvelle édition Brahms que la partition de la Sérénade en ré majeur fut enfin publié avec toutes ses corrections. Préface en anglais et en allemand. Appareil critique en allemand (OB16105).

Les commentaires sont clos.