Rencontre : Yuan Yu, Prix Découverte ICMA 2018

par
Yuan-Yu

Yuan-Yu ©
Andreas Domjanic

Le jeune flûtiste chinois Yuan Yu a remporté le Prix Découverte ICMA 2018.
Yuan Yu est étudiant au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe du Professeur Philippe Bernold, assisté de Florence Souchard-Delépine. En 2012, il a remporté le premier prix dans la section des enfants de l'association inaugurale China Flute. En 2015, il a reçu une mention honorable au 67ème Concours International de Musique du Printemps de Prague. En 2017, à l'âge de quinze ans, il a remporté le 7ème Concours International de Flûte de Cracovie. Plus tard, la même année, il a remporté le premier prix au 9ème Concours International de Flûte de Kobe.

Il joue depuis son plus jeune âge et donne son premier récital solo à l'âge de treize ans au Conservatoire Central de Musique de Pékin. Yuan reçoit une bourse de l'Académie internationale de musique du Liechtenstein et participe aux semaines de musique intensive et aux activités offertes par l'Académie.
Remy Franck et Isabel Roth l'ont rencontré.

- Quand avez-vous commencé à jouer de la flûte?
J'ai décidé de jouer de la flûte à l'âge de 7 ans. Dès le début, j'ai beaucoup aimé l'instrument. J'ai aussi commencé à jouer du piano, mais ma mère me poussait si fort qu'à la fin j'ai détesté cet instrument. Mais, en vieillissant, j'apprécie de nouveau le piano. Heureusement, concernant la flûte, ma mère m'a donné plus de liberté; c'était plus facile pour moi.

- Votre mère est-elle musicienne?Ma mère joue d'un instrument traditionnel chinois, le guqin, un instrument vieux de 3000 ans, même s'il a un peu changé au fil du temps.

- Quelle est pour vous l'importance de la musique chinoise?
J'ai été élevé en écoutant de la musique de la dynastie Tang et de la dynastie des Song à la maison sur le guqin. Je peux même jouer certaines de ces pièces moi-même. Je pense que beaucoup de musique chinoise moderne est très influencée par la musique occidentale, donc elle n'est pas si "authentique". Mais quand vous revenez à la vraie musique chinoise, vous trouvez quelque chose de très original et de très beau, et j'aime vraiment ça. Ce n'est toujours pas bien connu en dehors de la Chine mais j'espère que plus de gens la découvriront à l'avenir.

- Était-il difficile de vous familiariser avec la musique occidentale?
En fait, quand j'avais quatre ans, j'ai pratiqué l'accordéon, et pour moi, à cette époque, la musique était juste un amusement. Personne dans ma famille ne pensait qu'un jour j'en ferais une profession. Mes parents me voyaient médecin ou avocat. Un jour, ma mère m'a offert un DVD avec une trentaine de pièces classiques de Mozart, Beethoven, Bizet et bien d'autres. Il était présenté sous forme d'un dessin animé et je l'ai aimé. Rapidement, Mozart est devenu mon compositeur préféré.

- Vous avez maintenant 16 ans et fréquentez le Conservatoire National de Musique de Paris. Est-ce que vous fréquentez également une école "régulière"?
Oui, je suis inscrit dans un lycée français à Paris, et il m'est vraiment difficile de gérer les deux écoles en parallèle. J'ai pensé quitter le lycée, mais mes parents et moi avons finalement pensé que la culture générale était extrêmement importante et je poursuis les deux types d'enseignement. Et fondamentalement, j'aime vraiment ça.

- Que signifie pour vous la musique?
La musique est quelque chose que vous ne pouvez pas toucher ou voir, c'est fait d'émotions, et les émotions sont la chose la plus importante dans la relation entre les êtres humains. Et même si la meilleure technique est requise, vous ne serez jamais capable de vraiment faire de la musique si vous ne pouvez pas gérer les émotions et savoir comment les contrôler.

- Vous avez vécu à Pékin pendant de nombreuses années et ensuite vous êtes arrivé à Paris. Quel a été le changement majeur dans votre vie?
Le Conservatoire! Tout est différent de ce à quoi j'étais habitué. Le Conservatoire est absolument génial, et j'ai d'excellents professeurs. Maintenant, Paris et Pékin sont deux grandes villes, mais à Paris vous êtes continuellement exposés à la culture. Quand j'ai du temps libre, j'aime aller aux musées et aussi aux concerts. Ici il y a des concerts extraordinaires chaque semaine.

- Qu'est-ce que vous étudiez en dehors de la flûte?
J'étudie le piccolo bien sûr, puis aussi le piano, la composition, l'analyse musicale, l'histoire de la musique et la musique de chambre.

- Que pensez-vous quand des compositeurs comme Bright Sheng ou Tan Dun mélangent la musique chinoise et européenne?
Aujourd'hui, vous pouvez communiquer instantanément avec les gens qui sont loin, il est donc tout à fait normal qu'il y ait aussi une fonte culturelle. Et même il y a quelques centaines d'années, Puccini a inclus une mélodie chinoise dans son Turandot. Ce fut un choc pour moi quand j'ai écouté cet opéra, j'ai été étonné de le découvrir. Donc, quand j'entends de la musique mélangeant les deux cultures, je suis totalement heureux, je me sens chez moi.
Remy Franck et Isabel Roth
Bad Ragaz (Suisse), le 19 février 2018

Vos commentaires most famous dating app in india

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.