Rires, pleurs, violences : les états d’âmes du baroque

par

© Gunther Deby

Le 6ème concert de l’édition 2016 de l’Automne Musical de Spa, donné par le Ricercar Consort magistralement mené par le gambiste Philippe Pierlot, met à l’honneur le baroque allemand et plus spécialement l’émergence de la musique à programme. Pour la 31e année consécutive, la ville de Spa accueille l’Automne Musical, un festival soucieux de présenter la musique baroque authentique, dans un cadre convivial. Au cours de son histoire, le festival a vu défiler des figures emblématiques telles que l’Ensemble Kuijken, Gustav Leonhardt ou Pierre Hantaï. Cette année, le public spadois a pu apprécier, entre autres, les jeunes Jean Rondeau et Thomas Dunford, ainsi qu’un acteur incontournable de la musique ancienne, Sigiswald Kuijken.
Le Capriccio Stravagante de Carlo Farina (composé en 1627 alors que le compositeur est konzertmeister à Dresde) donne d’emblée le ton : fraîcheur, transparence et vitalité. Et par-dessus tout, divertissement. Car si nous sommes loin de la musique purement cérébrale, c’est parce que le baroque allemand du XVIIe siècle cherche à raconter des histoires. Miaulements de chats, chants d’oiseaux, scènes de guerre : chaque effet imitatif prend le public au dépourvu, suscite quelques rires timides, surprend par son ingéniosité.
Après l’humour, place à la profondeur. Le Balleti Lamentabili à 4 d’Heinrich Biber (loin d’être lamentable), empreint de pathos, ne sombre pourtant jamais dans les ténèbres de la surenchère. Le rossignol, le coucou, la poule et le chat se succèdent ensuite dans les pièces descriptives de Clamor Heinrich Abel et Johann Heinrich Schmelzer, plongeant l’audience dans une sorte de ‘Carnaval des Animaux’ baroque. Nous retournons finalement dans le territoire salzbourgeois d’Heinrich Biber pour terminer le concert avec la phénoménale Battalia. Composée en 1673, pizzicato bartok, col legno, et polytonalité sont utilisés pour figurer le capharnaüm d’un champ de bataille, de manière loufoque.
La salle comble applaudit chaleureusement, saluant le dynamisme et la bonne humeur des musiciens tout au long de cet excellent concert. L’édition 2016 de l’Automne Musical de Spa se clôturera le samedi 19 novembre, dédiant son dernier concert à la musique sacrée pour trois voix d'hommes de Henry Purcell joué par l’Ensemble français La Rêveuse.
Pierre Fontenelle, Reporter de l’IMEP
Spa, Salon Bleu du Centre Culturel, le 5 novembre 2016

Vos commentaires Full Article

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.