Mots-clé : Grigory Sokolov

A Genève, un sublime Grigory Sokolov

par

Pour sa prestigieuse saison ‘Les Grands Interprètes’, l’Agence de concerts Caecilia invite une fois de plus le grand pianiste Grigory Sokolov au Victoria Hall de Genève le jeudi 7 avril.

Devant une salle comble, l’artiste présente un programme Beethoven – Brahms – Schumann en commençant par une page moins connue du maître de Bonn, les Quinze Variations et Fugue en mi bémol majeur op.35 dites Variations Eroica. Le thème figurant dans le ballet Die Geschöpfe des Prometheus puis repris dans le final de la Symphonie Héroïque, Grigory Sokolov l’expose pianissimo à la basse tout en martelant les si bémol aigus qui le concluent, avant de développer l’introduction en étirant chaque ligne avec une extrême précision. En une architecture rigoureuse, il enchaîne les variations en répondant à une main gauche vrombissante par des traits de la droite parsemés d’acciaccature agressives. Et la Fugue conclusive bénéficie d’un jeu articulé qui clarifie l’entrelacs mélodique.

Les Trois Intermezzi op.117 de Johannes Brahms impressionnent par leur sonorité décharnée. Le Premier en mi bémol majeur, à fleur de clavier, n’est que tristesse résignée, alors que le Deuxième en si bémol mineur est enveloppé de volubiles demi-teintes laissant affleurer d’anxieuses interrogations. Le Troisième en ut dièse mineur s’étire en une progression tourmentée qui devient pathétique, mais qui laisse les voix intérieures imposer peu à peu un réconfort apparent.

Beethoven et Brahms magnifiés par Grigory Sokolov à Aix-en-Provence

par

Le 28 juillet, dans le cadre du Festival international de piano La Roque d’Anthéron, Grigory Sokolov a donné un récital au Grand Théâtre de Provence. Après Alfred Brendel en 2008 (ce sera son unique récital dans ce Festival et en décembre de la même année il a mis fin à ses activités en solo), le Festival accueille au Grand Théâtre de Provence un géant qui refuse de jouer en plein air. La scène est à peine éclairée d'une lumière orangée, juste pour permettre au pianiste de voir le clavier. Imperturbable comme à l’accoutumée, le maître russe a l’allure d’un sage qui, par un simple exposé de son art, illumine l’esprit. Le programme qu’il a choisi renforce cette image : la Sonate n° 3 en ut majeur op. 2 n° 3 et les Onze Bagatelles op. 119 de Beethoven, puis les Klavierstücke op. 118 et 119 de Brahms.

Beaucoup d’encre a coulé sur son interprétation, sur son génie, tant de pages se sont noircies. Nous n’avons peut-être rien à ajouter à ce qui s’est déjà dit mais essayons tout simplement d’évoquer nos impressions.

Sokolov, un pianiste de génie !

par

Une fois de plus, Grigory Sokolov a été l’invité de la série ‘Les Grands Interprètes’ organisée par l’agence de concerts Caecilia. Et une fois de plus, l’on ne peut que déposer les armes. devant un pianiste hors du commun qui proscrit toute afféterie pour n’aller qu’à l’essentiel.

Et c’est bien la sensation qui émane d’emblée de l’opus 2 n.3, la Troisième Sonate en ut majeur de Beethoven, abordée avec une précision du trait et une dynamique soutenue ahurissantes, alors que le dolce du second thème ruisselle de tendres accords. L’Adagio n’est que simplicité désarmante avec ces grappes d’arpèges translucides irisant une main gauche sonore comme une basse d’orgue. Le Scherzo revêt une allure champêtre pleine d’allant, tandis que le Finale a une élégance aérienne et un legato dans le cantabile qui préfigurent le Mendelssohn des Lieder ohne Worte. En regard de ce premier Beethoven datant des années 1794-95, Grigory Sokolov oppose celui de la fin avec les onze Bagatelles op.119 élaborées dès 1820. A chacune d’elles, il prête une spécificité qui allie la confidence à la nonchalance et à la fantaisie que suscitent le passage rapide des mains, le trille ou le rubato le plus subtil.

Un entretien qui n’a pas eu lieu

par

Wolfgang Amadeus MOZART
(1756 - 1791)
Concerto pour piano n°23 en la majeur, K 488
Sergei RACHMANINOV
(1873 - 1943)
Concerto pour piano n°3 en ré mineur, Op. 30
Mozart : Mahler Chamber Orchestra, dir.: Trevor Pinnock
Rachmaninov : BBC Philharmonic, dir.: Yan Pascal Tortelier
Grigory Sokolov, piano
Grigory Sokolov – A Conversation that newer was, film de Nadia Zhdanova
2017-DDD-CD 71’43 DVD 58’49- Textes de présentation en anglais, allemand et français-Deutsche Grammophon DG 4797015