Mots-clé : Lawrence Foster

i do my homework after school

par creative writing major yorku

Après Katowice en 2018, les International Music Awards étaient accueillis par le Luzerner Sinfonieorchester et son Intendant Numa Bischof Ullmann dans la salle -désormais iconique- du KKL, bien connue des mélomanes du monde entier car elle héberge le prestigieux Festival de Lucerne. Une partie des lauréats des ICMA 2019 se sont produits aux côtés de la phalange helvétique dirigée pour cette soirée par le maestro Lawrence Foster que l’on sait très à son aise dans cet exercice assez particulier.

Différents moments forts sont venus au fur et à mesure de cette soirée à commencer par la prestation des jeunes artistes lauréats qu’il est émouvant de voir s’affirmer aux côtés des grandes stars du milieu musical : le formidable bassoniste croate Matko Smolcic dans deux mouvements du Concerto de Weber, la pianiste Eva Gevorgyan dans le dernier mouvement du Concerto n°2 de Saint-Saëns ou le violoniste Stephen Waarts dans la Carmen Fantaisie de Pablo de Sarasate. Chez ces jeunes musiciens, on admire la maîtrise, la musicalité et déjà la maturité dans les options interprétatives défendues à l’instar de Stephen Waarts étonnant dans une lecture élégante et même hautement raffinée de la Carmen Fantaisie.

La violoniste Steinbacher amoureuse de Richard Strauss

par

Richard Strauss (1864-1949) : concerto pour violon et orchestre en ré mineur, op. 7 ; Romanze ; Little Scherzino, op. 3 n°4 ; Zueignung, op. 10 n°1 ; Traum durch die Dämmerung, op. 29 n°1 ; Cäcilie, op. 27 n°2 ; Wiegenlied, op. 41 n°1 ; From "Arabella" : "Aber der Richtige...". Arabella Steinbacher, violon, WDR Symphony Orchestra, Lawrence Foster, direction. SACD-2018-Notice en anglais et allemand. 60'35". Pentatone PTC 5186 653.

Une Cléopâtre traditionnelle et sage

par

A Marseille : Cleopâtre de Massenet
Malgré un bel accueil du public, Cléopâtre fut jugée sévèrement à sa création (Monte Carlo, le 23 février 1914). Paris découvrit l’opéra en 1919, au Théâtre Lyrique du Vaudeville, avec Mary Garden dans le rôle-titre. Bel accueil à nouveau, mais l’oeuvre n’est jamais vraiment entrée au répertoire.