Une Cendrillon de… Pauline Viardot

par

Pauline Viardot, la fille du ténor Manuel Garcia et la sœur de Maria Malibran, doit sa renommée à sa voix somptueuse de mezzo-contralto qui l’amena à créer la Fidès du Prophète de Meyerbeer, la Sapho de Gounod, l’oratorio Marie-Magdeleine de Massenet et la Rhapsodie pour contralto de Brahms. Mais sait-on qu’elle consacra une partie de sa carrière à la composition de romances et d’opéras-comiques sur des livrets de son ami intime Ivan Tourgueniev ? A l’âge de quatre-vingt-trois ans, elle élabora elle-même le texte et la musique pour une Cendrillon en trois tableaux qui fut créée à Paris, dans les salons de Mme Mathilde de Nogueiras, le 23 avril 1904.

Ce petit ouvrage inclut sept chanteurs et un piano d’accompagnement dont la partie est des plus succinctes. Et Didier Puntos, le responsable musical de la production lausannoise, a décidé d’en réaliser une orchestration qui, selon ses dires, pût servir « d’écrin pour rehausser les couleurs de la version originale ; car l’ouvrage fourmille de belles qualités mélodiques ». Pour des raisons théâtrales, il y a ajouté quelques postludes et une introduction au troisième tableau ; et lors de la scène du bal, il fait même chanter aux deux sœurs une page de zarzuela de Ruperto Chapi, à l’héroïne, la Vocalise de Rakhmaninov.

La trame est simple : Marie dite Cendrillon a perdu sa mère et se dispute fréquemment avec son père, le Baron de Pictordu, qui la méprise, en n’ayant d’yeux que pour ses deux autres filles, Armelinde et Maguelonne. Une nuit, tandis que son lit s’élève dans les airs, elle s’endort et dans son rêve, une femme étrange l’entraîne à la rencontre d’une autre famille et d’un prince, affublé de son majordome. Sous d’ingénieux éclairages conçus par Denis Foucart, le décor de Bruno de Lavenère nous plonge dans la chambre d’une adolescente d’aujourd’hui, couverte de posters, qui s’envolera pour laisser place à un somptueux escalier de palais avant de nous ramener dans la demeure délabrée du hobereau. Les costumes de Karolina Luisoni donnent à Marie un look de teenager à crinière violacée, à jeans troués, alors que les membres de sa famille arborent de cocasses perruques rouges et que le fils du roi et son valet portent des uniformes de fantaisie sous la houlette de la Fée descendant des cintres dans ses voiles bleus vaporeux. Et la mise en scène de Gilles Rico pactise d’abord avec un univers onirique, peuplé de fantômes sans visage qui font déguerpir un bambin du parterre, terrorisé, suivi de sa grand-mère. Néanmoins affleure le comique de situation au moment où la baguette magique a des ratés et ne fonctionne qu’avec peine. Et c’est aux spectres qu’incombera la tâche de faire disparaître l’inconnue en gardant précieusement sa pantoufle de vair.

Sur scène, se révèle la jeune Alexandra Dobos-Rodriguez, touchante Cendrillon qui ne s’en laisse pas conter en s’éprenant du Prince Charmant de Jean Miannay, ténor au timbre clair et à l’ingénuité si émouvante. Inénarrables, le Baron de Pictordu d’Alexandre Diakoff, d’une drôlerie constante, face à ses deux pimbêches de filles, l’Armelinde de Béatrice Nani et la Maguelonne d’Ada Elodie Tuca. La Fée d’Anne Sophie Petit prend peu à peu autant d’assurance que sa baguette magique et finit éblouissante coloratura. Et le valet, en réalité le Comte Barigoule, est campé avec maestria par le ténor Louis Zaitoun. Dans la fosse, sont réunis douze des musiciens (donc les pupitres par un) du Sinfonietta de Lausanne sous la baguette de Didier Puntos qui nous fait découvrir une écriture saupoudrée d’un peu d’Offenbach, d’une touche de Rossini, d’un brin de Delibes, tout en faisant valoir une originalité certaine. Et le public des très jeunes et des aînés réserve un triomphe à la production.

Paul-André Demierre

Lausanne, Opéra, 24 novembre 2018

Crédits photographiques : Alan Humerose

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.