Vasily Petrenko, conteur des sortilèges russes

par the lodge online dating

Nikolai Rimsky-Korsakov (1844-1908) : Le Coq d’Or, suite ; Igor Stravinsky (1882-1971) : L’Oiseau de feu (intégrale du ballet). Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, Vasily Petrenko. 2018-Enregistré en 2017. Notice en anglais et allemand. Durée : 75’29. Onyx. ONYX4175.

Pas de répit pour le brillant Vassily Petrenko qui passe d’une musique russe à l’autre et d’un orchestre à l’autre ! Après Scriabine à Oslo, il fête Rimsky-Korsakov et Stravinsky à Liverpool, son autre port d’attache musical.

Pour cet album riche en couleurs musicales, le musicien met en relief le maître et l’élève : la suite du Coq d’Or de Rimsky-Korsakov répond à l’intégrale du ballet de l’Oiseau de feu de Stravinsky. Le couplage est intelligent (et au final bien trop rare), tant ces deux univers imprégnés de magie se répondent. Avec Vasily Petrenko, on est dans la narration pure et la poésie de la musique et des timbres. Le chef dirige non pas des successions de morceaux brillants et caractéristiques, mais il nous guide à travers des histoires narrées avec conviction et détermination : le conteur plus que le compteur (métronomique) !  

L’Orchestre philharmonique royal de Liverpool n’est pas le plus soyeux du monde, mais son homogénéité et la haute qualité de ses pupitres des vents (mis à l’épreuve dans ces deux oeuvres) sont des plus satisfaisantes. Les musiciens se prennent au jeu de cette direction inspirée et au charisme communicatif.

Les références sont nombreuses, surtout dans l’Oiseau de feu, mais cet album pertinent et hautement qualitatif est impérativement à connaître.

Son : 10 - Livret : 8 - Répertoire : 10 - Interprétation : 10  

Pierre-Jean Tribot

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.