A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

‘Fierrabras’ à la Scala de Milan

par
Fierrabras

© Salzburger Festspiele - Monica Rittershaus

Un opéra de Schubert à l’affiche de la Scala de Milan, le fait est insolite puisqu’il faut remonter à mars 1958 pour voir la Piccola Scala présenter en traduction italienne sous la baguette de Nino Sanzogno, ‘Die Verschworenen’, le singspiel en un acte composé en mars 1823. Et c’est pour la première fois que la salle de Piermarini propose ce Fierrabras, la dernière tentative du musicien de se faire un nom au Kärntnertortheater de Vienne ;

Au cœur du réacteur

par
Boris

Ildar Abdrazakov (Beris Godounov) et Edvokia Mazevskaya (Fiodor) © Agathe Poupeney / Opéra National de Paris

Boris Godounov à Paris
Faut-il préférer Boris Godounov dans sa version de 1869 ou celle, plus étoffée, de 1872 ? La réussite du metteur en scène belge, Ivo van Hove et du chef russe, Vladimir Jurowski suffit à justifier, ici, le choix de la première.

A La Monnaie : un double programme Bartok

par
Bartok

Ante Jerkunica, Nora Gubisch © C. De Keersmaecker

Le Château de Barbe-Bleue - Le Mandarin merveilleux
"La musique (de Bartok) laisse une grande place à l'imagination, elle offre une toile blanche que l'on peut colorier soi-même", écrit joliment le metteur en scène, Christophe Coppens, dans le programme de salle. Cette toile, il la colorie de manière très différente, ayant couplé un opéra court, sombre et tendu, avec un ballet-pantomime aux caractères exacerbés.

Lully dans toute sa gloire

par
Phaeton

© Audrey Chuntomov

Phaéton
Quelle joie de voir et d'écouter une tragédie lyrique de Lully dans cette éblouissante salle de l'Opéra Royal de Versailles ! Lors de la saison 2010-2011, Benjamin Lazar et Vincent Dumestre avaient enchanté le public par un superbe Cadmus et Hermione, repris depuis en DVD, et chroniqué avec enthousiasme ici même. Les voici cette fois dans le dixième opus du Surintendant.

Résurrection d'un opéra gothique ?

par

Michael Spyres (Rodolphe), Marion Lebègue (la Nonne), Chœur Accentus © Pierre Grosbois

La Nonne sanglante de Charles Gounod
Un opéra gothique ? Courant littéraire né à la seconde moitié du XVIIIème siècle en Angleterre (Le Château d'Otrante, de Walpole, Les Mystères d'Udolphe, de Radcliffe), le roman gothique (ou frénétique) influença fortement le romantisme naissant, en littérature bien sûr (Mary Shelley, Hugo, Poe, Maturin), en peinture (Friedrich, Füssli) mais aussi en musique : Der Freischütz, de Weber (1821) ou Robert le Diable, de Meyerbeer (1831) en ressortent de manière indéniable.

Une grande héroïne du chant italien

par

Umberto GIORDANO
(1867 - 1948)
FEDORA
Daniela DESSI, Fedora, Fabio ARMILIATO, Loris, Alfonso ANTONIOZZI, De Siriex, Daria KOVALENKO, Olga, Margherita ROTONDI, Dimitri, Manuel PIERATTELLI, Désiré, Alessandro FANTONI, Baron Rouvel, Luigi RONI, Cirillo, Claudio OTTINO, Boroff, Roberto MAIETTA, Gretch, Davide MURA, Lorek, Sirio RESTANI, Lazinski, Sebastaino CARBONE, un paysan Valerio GALLI, dir.
Rosetta CUCCHI, mise en scène
ORCHESTRA and CHORUS TEATRO CARLO FELICE, dir.: Valerio GALLI, Mise en scène Rosetta CUCCHI
DVD - mars 2015- 16:9- NTSC- Dolby Digital 5.1-PCM 2.0 - notes en italien et anglais- sous-titres italien, anglais, allemand- coréen-japonais-Dynamic 37772
CD- 2 CD- CD1 67'27-CD2 34'07-DDD- livret en italien et anglais-chanté en italien- Dynamic CDS7772.02

Le sauvetage de ‘Boccanegra’ par le chef de chœur  

par

© Alan Humerose

Vous êtes le directeur d’un théâtre, à onze heures du soir précédant la première, l’on vous appelle pour vous dire que le chef d’orchestre doit être amené d’urgence à l’hôpital pour subir une opération. Que faites-vous ? Allez-vous annuler la représentation ? Ce sont les sueurs froides qu’a endurées Eric Vigié, le directeur de l’Opéra de Lausanne, à quelques heures du lever de rideau sur Simone Boccanegra.

Au hasard du répertoire : un « Rigoletto » bienvenu

par
Rigoletto

© Matthias Creutziger

La plupart du temps, les Belges et Français que nous sommes découvrons des opéras inscrits dans des « saisons » : c’est-à-dire des productions originales, même si c’est un énième « Don Giovanni ». Avec aussi l’une ou l’autre « reprises ». Nous allons donc de « nouveauté » en « nouveauté ». Il n’en va pas de même dans tous les pays : certains pratiquent une politique de « répertoire ». Leurs productions ont certes d’abord été des « nouveautés », mais elles seront ensuite reprises non pas en une seule série de représentations, mais disséminées au cours des saisons qui suivent. C’est le cas notamment en Allemagne.

Page 1 / 451231020Dernière page »