A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

"Feux et tonnerre !" à Liège

par https://thousandfacepublishing.com/
tamoxifen and fatigue 25 mg tablet

© Lorraine Wauters

La Damnation de Faust de Berlioz
On se souviendra de la première mise en scène de Ruggiero Raimondi à l'Opéra Royal de Wallonie : c'était l'Attila de Verdi, en septembre 2013. L'illustre chanteur, également acteur remarquable (Don Giovanni, Scarpia, Boris Godounov), s'était révélé peu convaincant et adepte, dans ses conceptions dramatiques, d'un franc retour vers le passé.

Un trio de choc pour Hamlet d'Ambroise Thomas

par

© Marc Vanappelghem

Depuis le début de sa saison 2016-2017, l’Opéra de Lausanne collectionne les succès en ayant présenté L’Orfeo de Monteverdi dans la production de Robert Carsen et La Vie parisienne dans celle de l’Opéra National du Rhin conçue par Waut Koeken. Et cette fois-ci, elle coproduit Hamlet avec l’Opéra de Marseille et la scène strasbourgeoise qui l’ont déjà présenté au cours de ces deux dernières années.

Quand Madame Butterfly parle à Madame Butterfly

par https://thousandfacepublishing.com/

Hotel Pro Forma est un "laboratoire de performances dramatiques" danois, auquel La Monnaie avait déjà fait appel pour sa Troïka Rachmaninov en juin 2015. Sa directrice, Kirsten Dehlholm, a conçu la mise en scène du chef-d'oeuvre de Puccini en adoptant une approche formelle, inspirée du bunraku japonais : "Le récitant est assis côté cour, les marionnettes jouent sur un plateau frontal" (programme de salle). 

Spartacus à Anvers : une flamboyante épopée chorégraphique

par https://thousandfacepublishing.com/

"Ce qui me tenait le plus à coeur, c'était d'exprimer, à travers la musique, la tragédie vécue par Spartacus à l'époque esclavagiste, son généreux élan, son exploit historique au nom de la liberté des opprimés." Voilà ce que déclarait Aram Khatchaturian à un journal soviétique, en 1958, peu après la première de ce qui allait devenir l'une de ses partitions les plus célèbres.

A Genève, une réussite absolue, Il Giasone de Cavalli

par

Que l’opéra baroque peut être fascinant lorsqu’il est représenté intelligemment ! C’est l’impression que produit cette nouvelle production d’Il Giasone, l’un des ouvrages majeurs de Francesco Cavalli créé au Teatro San Cassiano de Venise le 5 janvier 1649. S’étirant sur plus de quatre heures mais réduite ici à un peu plus de trois heures, l’intrigue nous dévoile un Olympe de fantaisie où les dieux et l’Amour se gaussent des unions souvent licencieuses des mortels, même s’ils sont des héros de légende.

Le Rosenkavalier dans la mise en scène de Robert Carsen à Londres

par
Renée Fleming

Alice Coote (Octavian) et Renée Fleming (La Maréchale) © Alastair Muir

Pour sa nouvelle production de Der Rosenkavalier (la précédente, dans une mise en scène de John Schlesinger, datait de 1984 et fut présentée pour la dernière fois en 2009) le Royal Opera a fait appel au metteur en scène canadien Robert Carsen. C’est une co-production avec le Metropolitan de New York (où Der Rosenkavalier sera à l’affiche au mois d’avril), le Teatro Regio de Turin et le Colon de Buenos Aires.

Au Palais Garnier une trilogie Kylian mi-figue mi-raisin 

par

En parallèle aux dix-huit représentations du Lac des Cygnes, le Ballet de l’Opéra de Paris devait présenter pour la première fois The Leaves Are Fading d’Antony Tudor et Création de Benjamin Millepied ; mais son départ en fanfare de la Direction de la Danse a entraîné la mise sur pied d’un spectacle intégralement dédié à la production de Jiri Kylian.

A Lausanne, une Gabrielle d’exception dans une Vie parisienne émoustillante

par
Vie parisienne

© M. Vanappelghem

Un gigantesque hall de gare surmonté de l’horloge monumentale de celle d’Orsay, un tapis roulant qui fait déferler une population frénétique selon la signalétique actuelle de la SNCF, de vastes arcades qui se pareront ensuite de rideaux de velours pour évoquer l’intérieur de Gardefeu et l’hôtel de Quimper-Karadec, tel est le magnifique décor imaginé par Bruno de Lavenère pour la production époustouflante de Waut Koeken de cette Vie parisienne (déjà présentée à l’Opéra du Rhin) ;

Au Béjart Ballet Lausanne, une création et un hommage

par

Béjart fête Maurice

Le Béjart Ballet Lausanne commémore un double anniversaire : les trente ans de l’établissement de la compagnie à Lausanne (d’où le nom qu’elle porte aujourd’hui) et le dixième anniversaire de la disparition de Maurice Béjart. A cet effet, Gil Roman, l’actuel directeur de la troupe, présente sa nouvelle création, t’M et variations, et Béjart fête Maurice, reprenant dix extraits de ses chorégraphies.