A L’Opéra

Sur les scènes d’opéra un peu partout en Europe.

Une magnifique Sylphide au Palais Garnier

par

Pour achever sa saison, le Ballet de l’Opéra de Paris reprend ‘La Sylphide’, l’ouvrage qui marqua l’avènement du romantisme dans la danse. Conçu en 1832 par Philippe Taglioni pour sa fille, Marie, qui en fit la gloire en donnant l’illusion de « vibrer dans l’air », sur une musique de Jean-Madeleine Schneitzhoeffer, dans des décors de Pierre Ciceri et des costumes d’Eugène Lami, le ballet fut remanié à Copenhague en 1836 par Auguste Bournonville avec une partition nouvelle d’Hermann Severin Lovenskiold.

Esultate !

par partnervermittlung nürnberg
Otello Kaufmann

Jonas Kaufmann (Otello) © ROH Catherine Ashmore

C’était l’évènement que l’on attendait avec impatience, curiosité et une certaine appréhension : le début de Jonas Kaufmann dans le rôle d’Otello dans l’opéra de Verdi. Après des mois d’absence, d’annulations et de problèmes vocaux il était bien là sur la scène du Royal Opera Covent Garden devant des salles combles pour aborder ce personnage presque mythique créé par Shakespeare et Verdi avec l’aide Boito.

La commedia è finita

par partnervermittlung nürnberg

Avec la dernière réplique de « Pagliacci » : « La commedia è finita » l’Opéra National du Rhin clôturera le 25 juin la saison 2016-17 et aussi la direction artistique du Belge Marc Clémeur qui dirigea l’ONR pendant huit ans. Devenus les « jumeaux véristes » quasi inséparables « Cavalleria rusticana » de Mascagni et « Pagliacci » de Leoncavallo avaient généralement quand même conservé leur individualité.

Le point final d'une saison exemplaire.

par
Otello

Jose Cura © Lorraine Wauters

Otello de Giuseppe Verdi
Dernier spectacle de la saison de l'Opéra Royal de Wallonie, cet Otello se situe dans le droit fil des productions du directeur Stefano Mazzonis di Pralafera : traditionnelle, lisible, immédiate. Au vu du grand succès de la première, le public, toujours nombreux à Liège, a apprécié. Jolis effets pour la tempête initiale (mais moins spectaculaires qu'en mai 2011 sous le chapiteau), bonne direction d'acteurs et, surtout, admirables costumes de Fernand Ruiz.

La redécouverte du tout premier opéra de Saint-Saëns

par
Le timbre d'argent

Jodie Devos (Rosa), Yu Shao (Benedict), le Chœur Accentus / © Pierre Grosbois (Opéra-Comique)

Le Timbre d'argent
Peintre fauché mais amoureux d'une danseuse, Conrad se fait procurer par le Diable un petit timbre d'argent : chaque fois qu'il le frappera, son souhait sera exaucé, mais une personne de son entourage mourra. Telle est la trame du livret de Barbier et Carré, que le jeune Saint-Saëns mettra en musique  en 1864, juste après son second échec au prix de Rome.

Des moustaches à la… Norma !

par

© Carole Parodi

Dans un angle d’une église délabrée, les femmes sont à l’ouvroir ; leur responsable tente vainement de brancher un poste de TSF, alors que le chef américain John Fiore dirige magnifiquement l’Orchestre de la Suisse Romande dans une ouverture dont il tire au cordeau les lignes de force en jouant des effets de clair-obscur au niveau du phrasé.

Une  Phèdre oubliée surgit de l'oubli

par
Phèdre

Enguerrand de Hys et Thomas Dolié © Grégory Forestier

Phèdre de Jean-Baptiste Lemoyne
Jean-Baptiste Lemoyne (1751-1796) fut élève de Graun, puis chef d'orchestre de Frédéric de Prusse. Il resta ensuite en France où il rencontra Gluck. Très influencé par celui-ci, puis par son rival Piccinni, il écrivit non moins de 15 ouvrages, dont une Electre (1782), qui fit polémique par sa violence. Créée quatre ans plus tard, au Château de Fontainebleau, Phèdre plut davantage par un dramatisme moins outrancier, par un lyrisme plus présent (le rôle-titre était tenu par la célèbre Mlle Saint-Huberty, étoile de l'Opéra de Paris), et par de magnifiques ballets. 

La Flûte enchantée selon Maurice Béjart

par

© francois-paolini

Un passage surélevé avec escaliers latéraux, une étoile au sol avec un homme en noir couché bras et jambes en croix, une hydre comme un dragon chinois s’attaquant à un égaré, tels sont les premiers clichés qui émanent de La Flûte enchantée dans la réalisation chorégraphique que Maurice Béjart avait présentée une première fois en mars 1981 avec le Ballet du XXe siècle au Cirque Royal de Bruxelles.

Bravo Cecilia !

par partnervermittlung nürnberg
Bartoli

© Festspiele Salzburger / Monika Rittershaus

Le Festival de Pentecôte de Salzbourg
La sixième édition des « Salzburger Pfingstfestspiele » sous la direction artistique de Cecilia Bartoli présentait de nouveau une affiche à thème, bien équilibrée et d’un haut niveau artistique. « Wonne der Wehmut » (Joie de la mélancolie) était le fil conducteur du programme qui offrait en quatre jours deux représentations d’un spectacle d’opéra (Ariodante de Händel), un opéra en concert (La donna del lago de Rossini), un ballet classique (La Sylphide de Bournonville), et trois concerts.