Bartók chorégraphié par Susanna Mälkki

par

Béla Bartók (1881-1945) : Le Prince de Bois, Op.13 ; Suite de concert tirée du Mandarin Merveilleux, Op.19. Helsinski Philharmonic Orchestra, Susanna Mälkki. 2017/2018-Livret en : allemand, anglais et français-73’07-BIS-BIS 2328.

Avec ce disque, la maestra Susanna Mälkki signe ses débuts discographiques avec son Orchestre Philharmonique d’Helsinki, tandem dont on avait pu apprécier la qualité lors du dernier festival http://parent-link.co.uk/gemini-dating-capricorn/.

Deux ballets de Bartók sont au programme de ce disque qui fait date dans la discographie bartókienne.

Le ballet le Prince de bois ne s’est jamais imposé au répertoire des concerts et il reste assez rare au disque. Il faut dire que son aspect hybride avec des réminiscences de Wagner, Strauss ou Debussy allié à sa longueur (près de 50 minutes) sont des défis pour le chef qui doit y faire ressortir l’originalité du compositeur tout en ne perdant pas de vue les influences. La facilité est d’épaissir le trait orchestral, défaut dans lequel étaient tombés Marin Alsop et son orchestre de Bournemouth lors de leur intégrale Bartók pour Naxos. Susanna Mälkki, rompue aux musiques les plus modernes, dégraisse la masse orchestrale en la tirant plus vers Debussy que Strauss alors que les couleurs instrumentales lorgnent vers le Sibelius des poèmes symphoniques par leur adaptabilité dans un flux narratif flexible. Bien que peu médiatisé, le Philharmonique d’Helsinki a toujours été un orchestre virtuose (que l’on écoute les Sibelius gravés sous la baguette de Paavo Berglund) et ses pupitres sont au service de cette lecture majeure. Avec Boulez New-York (Sony) et Antal Dorati avec le LSO (Mercury), cette gravure monte sur le podium de la discographie.

En complément, la cheffe et son orchestre livrent une interprétation tirée au cordeau de la suite du Mandarin Merveilleux. Dans cette pièce de démonstration, la puissance des pupitres et la finesse des solistes des pupitres de vents imposent une lecture parfaite. Si Esa-Pekka Salonen (DGG) et Sir Georg Solti (Decca) restent des références absolues dans cette suite, Susanna Mälkki et ses Finlandais font jeu égal avec d’autres lectures de prestige comme Seiji Ozawa à Boston (DGG).

Les équipes d’ingénieurs du son “Bis” sont à leur affaire dans un tel programme taillé sur mesure pour leurs micros. La prise de son est naturellement un étalon du genre !

Un grand disque à tous les points de vue !

Son 10 – Livret 10 – Répertoire 10 – Interprétation 8

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.