Belle intégrale de la musique de chambre de Poulenc

par

Francis Poulenc (1899-1963) : Intégrale de la musique de chambre. Matteo FOSSI (piano) et artistes divers. 2017- 3CD (64' 40'', 64' 54'' et 79' 11), texte de présentation en anglais, Brilliant 95351

Le pianiste italien Matteo Fossi est l'âme de cette belle intégrale de la musique de chambre de Poulenc, d'abord dans le premier CD consacré à l'oeuvre pour deux pianos, piano à quatre mains ou piano-violon, puis dans les deux CD suivants il accompagne violoncelle, flûte, hautbois, clarinette ou cor. Sans compter ses interventions dans les autres pages : trio, sextuor etc. Ce Florentin de 40 ans s'est entouré de solistes de sa patrie, jeunes et passionnés, qui rendent ainsi un magnifique hommage à Poulenc. Quelques pages moins connues émaillent cette intégrale, comme cette Elégie en accords alternés pour deux pianos, une Bagatelle d'après le "Bal masqué" pour violon et piano, une Villanelle pour flûte à bec et piano, ou une version pour dixtuor des Trois mouvements perpétuels. Marco Gaggini et Federica Ferrari alternent avec Fossi dans l'interprétation des deux sonates pour piano, enlevées l'une avec prestance et l'autre avec une sorte de mélancolie dramatique assez prenante. Très belle version de la mal-aimée Sonate pour violon par Duccio Ceccanti. Vittorio Ceccanti, lui, se charge avec sensibilité de la Sonate pour violoncelle, un peu plus connue, puis de la transcription de la Suite française (quelle belle pavane !). Oeuvres-pivots de cette intégrale, le Trio de 1926 joué avec âme et esprit, et le Sextuor de 1940 se distingue le joli hautbois de Domenico Orlando, ravissent l'auditeur. Le troisième CD rassemble les sonates de jeunesse et celles, célèbres, de la fin de sa vie. Les premières ne cachent pas l'admiration de leur auteur pour Stravinski. Ecoutez le début de la sonate pour cor, trompette et trombone de 1922 : on dirait Pulcinella ! Et quel joli andante pour la trompette de Claudio Quintavalla ! Les trois sonates finales démontrent les qualités de clar de Claudia Bucchini (flûte), la sensibilité de Domenico Orlando (hautbois), malgré une légère baisse de tension vers la fin, et la verve d'un Calogero Palermo (clarinette), qui lorgne vers Saint-Saëns. Tous les interprètes se retrouvent dans les Trois mouvements perpétuels. Si l'intégrale dirigée par Eric Le Sage (RCA) reste la référence, celle-ci, à tout petit prix, est très recommandable.

Son 10 – Livret 7 – Répertoire 10 – Interprétation 9

Bruno Peeters

Vos commentaires http://balilehaleha.com/

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.