Comme l’air que l’on respire

par

Pleyel 15 01 2011 © David Ignaszewski

Hommage à la Terre: Tempêtes, Orages et Fêtes Marines, 1674-1764
Concerto Copenhagen, Fredrik From (konzertmeister), Jordi Savall (direction)

Matthew Locke: Music for «The Tempest»
Antonio Vivaldi: Concerto pour violon opus 8 n° 5 La Tempesta di mare
Georg Philipp Telemann: Wasser-Ouvertüre, Hamburger Ebb und Fluth,TWV55, C3
Jean-Féry Rebel: Les Eléments
Jean-Philippe Rameau: “Orages, tonnerres et tremblements de terre”, extraits des Indes Galantes, Les Boréades, Hippolite et Aricie et Zoroastre

On ne présente plus Jordi Savall, sans doute un des musiciens les plus complets de sa génération, surtout à Bozar où l’on a eu la chance de l’accueillir à maintes reprises. Cette fois-ci, il se produit à la tête d’un ensemble dont il n’est pas le directeur musical mais avec qui il travaille depuis longtemps: le Concerto Copenhagen. “Rendre la musique ancienne vivante, pertinente et actuelle”, voilà la mission que se donne l’ensemble danois qui fête ses 25 ans cette année. Au demeurant, n’est-ce pas un engagement qui est (ou devrait être) au centre des préoccupations de tout ensemble spécialisé dans cette musique?
Le programme réunit des oeuvres de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, de l’Angleterre à l’Italie en passant par l’Allemagne et la France, qui touchent d’une manière ou d’une autre aux éléments et aux forces de la Nature. Cette approche thématique, bien que souvent surexploitée, est dans ce cas loin de produire un programme redondant sur le temps qu’il fait. Dans le guide d’écoute, Savall y voit l’opportunité d’émettre un message écologique: “La Terre sera ce que nous en ferons. Puisse la musique avec ses tempêtes et ses orages nous le rappeler!”.
Se montrer engagé sur papier, c’est bien, le prouver sur scène, c’est mieux… et c’est ce que font les musiciens ! Dès les premières notes, l'énergie est au rendez-vous. Comme un écosystème, les individus semblent reliés entre eux par une grande respiration commune. Il n’y en a pas un qui ne danse avec son instrument. Même dans les passages plus doux, le son garde toujours sa fraîcheur et son tonus. Chaque contraste, chaque tournant est une surprise. Savall dirige avec une fluidité sans pareille, chaque phrase semble couler vers la suivante, comme si elle allait de soi. Les musiciens font preuve d’une dextérité remarquable sur des instruments anciens parfois difficiles à dompter. Saluons l’impressionnant concerto La Tempesta di Mare de Vivaldi exécuté par l’imperturbable premier violon Fredrik From, malgré quelques petits accrocs de justesse dans les passages les plus aigus et rapides. Mis à part le cor naturel qui est un peu moins stable, tous les vents sont d’une précision époustouflante! Et n’oublions pas de féliciter l’endurance du percussionniste qui joue un rôle clé dans toutes ces oeuvres: grondements de tonnerre aux timbales, rafales de vents à l’éoliphone et tambour de basque dansant… l’effet est réussi.
Entre Locke, Vivaldi, Telemann et Rameau, la découverte de la soirée fut probablement l’oeuvre de Jean-Féry Rebel, Les Eléments “simphonie nouvelle” dont les premières secondes pourraient facilement tromper l’oreille et se faire passer pour une oeuvre atonale. Cet étrange cluster au début de l’oeuvre n’est en fait né que du désir de représenter le Chaos avant la Création, la dissonance extrême avant l’accord parfait. Le compositeur explique lui-même dans son Avertissement cet art de “peindre” en musique si recherché au XVIIe, où chaque timbre, chaque procédé d'écriture dépeint un élément particulier. On rencontre de sublimes petits moments de musique de chambre lorsque des duos et des trios se forment au fur et à mesure de l’oeuvre.
Au public qui en demande encore, les artistes offrent deux bis: la Bourrée d’Avignonez et la Contredanse très vive extraites des Boréades de Rameau. Jordi Savall, fidèle à lui-même, invite la salle à frapper des mains… le final parfait pour un concert qui fut une vraie bouffée d’oxygène.
Aline Giaux, Reporter de l’Imep
Bruxelles, Bozar, le 26 novembre 2016

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. dating a guy you don't find attractive.