Le Journal

Riccardo Chailly à La Scala

par
Riccardo Chailly, présent à la remise des ICMA à Milan en mars 2013 © Bernadette Beyne
Riccardo Chailly, présent à la remise des ICMA à Milan en mars 2013 © Bernadette Beyne

Le chef d'orchestre italien Riccardo Chailly (60 ans) succédera à Daniel Barenboïm en tant que directeur musical de La Scala de Milan à partir de 2017 : une première pierre d'envergure posée par le nouveau directeur général, Alexander Pereira, débarqué de Salzbourg. On peut dire qu'à La Scala, le Maestro se retrouve chez lui puisque c'est à Milan qu'il est né, et c'est à La Scala qu'il devint l'assistant, à 20 ans, de Claudio Abbado, le directeur musical de l'époque alors que son père, Luciano, y était superintendant de la musique.

 

 

Valer Sabadus fait ses débuts à Paris

par
Valer Sabadus (à gauche) en compagnie de Serhan Bali, rédacteur en chef de la revue Andante (Turquie) à Milan en mars dernier lors de la remise des ICMA © Bernadette Beyne
Valer Sabadus (à gauche) en compagnie de Serhan Bali, rédacteur en chef de la revue Andante (Turquie) à Milan en mars dernier lors de la remise des ICMA © Bernadette Beyne

"Il n'est pas arrivé, comme les autres, dans un envol de plumes médiatiques et de vocalises, paré de l'aura scandaleuse des castrats : le contre-ténor roumain Valer Sabadus s'est d'abord imposé par la poésie et le grave de son chant -une technique affermie au service de la seule expression."  C'est ce que nous pouvons lire sous la belle plume de Marie-Aude Roux dans "Le Monde" d'aujourd'hui. Le 15 octobre, Valer Sabadus a donné son premier récital parisien à la Salle Gaveau. En novembre, il sera à Lyon (Chapelle de la Trinité, le 14) et au Festival "Automne en Normandie" (le 15).
Rappelons que Valer Sabadus a été élu "Jeune Artiste de l'Année" par le jury des ICMA 2013.

 

 

Le parler franc de Natalie Dessay

par

DessayC'est le 15 octobre, après le rôle de Manon au Capitole de Toulouse où elle débuta sa carrière, que Natalie Dessay entamera une pause dans sa carrière à l'opéra. Une "pause" et non un "adieu" : [...] Je n'ai pas envie de dramatiser. Je ne veux pas dire: le 15 octobre, c'est la dernière fois que je mets un pied à l'opéra et passer quinze ans à faire mes adieux. J'ai juste envie de continuer la scène autrement. Par le théâtre ou la chanson [...].
Dans une interview au Figaro le 4 octobre dernier, elle parle et joue franc jeu. Nous en proposons ici quelques extraits : [...] Ce n'est pas moi qui arrête l'opéra, c'est l'opéra qui m'arrête. J'ai déjà chanté Manon, la Traviata, Lucia… Tous les rôles qui conviennent à ma voix de soprano léger. Je n'ai plus 20 ans. J'ai mûri, je ne vais pas continuer à jouer les jeunes filles jusqu'à mes 85 ans. Si j'avais été mezzo, les choses auraient été différentes. Ma tessiture appelle les mêmes rôles stéréotypés de jeunes femmes [...].
[...]  Je suis très reconnaissante envers mon public qui m'a soutenue et portée. Mais, en même temps, j'ai encore tendance à trouver le public de l'opéra étrange. On n'a pas toujours les mêmes goûts… Ni les mêmes valeurs [...].
[...] L'opéra, c'est du théâtre. Tout doit y être au service de la dramaturgie, du plateau jusqu'à l'orchestre [...].
Plus loin, Natalie Dessay dit mal supporter que tous les chanteurs n'aient pas le même amour du jeu qu'elle. Concrètement, le jeu scénique se met en place en une dizaine de jours, ce qui est beaucoup trop peu, dit-elle -avis non partagé par beaucoup de ses collègues.
[...] Il est normal que le metteur en scène ait les pleins pouvoirs. C'est sa lecture, c'est son spectacle [...] Le problème, c'est que ce n'est pas le metteur en scène qui vous choisit. C'est toujours un mariage arrangé. Et avec certains, c'est un cauchemar [...]
Interview réalisée par Thierry Hillériteau pour le Figaro du 4 octobre 2013
Nous vous invitons à lire l'interview complète dans les archives payantes du Figaro :
http://www.lefigaro.fr/musique/

Le Wiener Staatsoper en direct sur Internet

par

Ce 27 Octobre, le Wiener Staatsoper ouvrira sa saison avec le «Rosenkavalier" de Richard Strauss parallèlement avec son nouveau projet:  17 représentations (La Flûte Enchantée, Tristan, Fidelio, La Chauve-Souris...) seront diffusées «en direct» payant ou en «streaming à la demande» en ligne. Le prix du flux en direct coûtera 14 euros et le "streaming à la demande" des productions enregistrées est disponible pour cinq euros. Les représentations pourront être approchées sous deux angles au choix: vues d'ensembles ou cinématographiquement travaillées.

Un Rosenkavalier de choix avec Renée Fleming (la Maréchale), Mojca Erdmann (Sophie) et Sophie Koch (Octavian); dans la fosse, c'est Adam Fischer qui conduira l'Orchestre Philharmonique de Vienne.

Info: www.staatsoperlive.com

Le 85e anniversaire du Choeur de l'Armée Rouge

par
armée-rouge
© Photo : A. Kolobanov

Le 4 octobre se déroulait un concert à l’occasion du 85e anniversaire du Chœur de l'Armée Rouge(12 octobre) au Grand Palais du Kremlin. Des félicitations officielles ainsi que des interventions d'artistes russes et étrangers tels que Karel Gott, Toto Cutugno, Alessandro Safina.

Leila Josefowicz vend son violon Bergonzi

par

Ingles & Hayday annoncent la vente d'un violon de Michele Angelo Bergonzi, l'instrument de concert de soliste Leila Josefowicz durant les 12 dernières années. La vente aura lieu aux enchères à Londres le mardi 29 octobre 2013. L'instrument est estimé à 100.000-150.000 livres. Leila Josefowicz joue actuellement un Del Gesu de 1724. La vente proposera également des violons du père de Michele Angelo, Carlo Bergonzi, et de Francesco Rugeri, ainsi qu'un alto de Lorenzo Storioni et un violoncelle de David Tecchler.

Ivan Fisher se pose politiquement et dirige son premier opéra à Budapest

par

FischerLa première a eu lieu à Budapest ce week-end.
« The Red Heifer » mis en musique par Ivan Fisher est basé sur un fait choquant qui s'est passé au 19e siècle dans le village hongrois de Tiszaeszlar : des Juifs furent accusés d'avoir tué Eszter Solymosi, âgée de 14 ans, en 1883 pour obtenir son sang afin de faire du pain azyme pour la Pâques, une diffamation diffusée dans le tract antisémite « Le Protocole de Sion ». Quelque 15 Juifs furent jugés et acquittés pour le meurtre mais le cas a fait énormément de bruit dans les milieux antisémites à l'époque.
Ivan Fisher, qui est juif, dit que cette histoire continue à avoir des répercussions aujourd'hui, depuis que la tombe de Eszter Solymosi est devenue un lieu de pèlerinage pour les Hongrois d'extrême-droite.
« Comme au 19e siècle, la Hongrie est à nouveau un champs de bataille entre la population éclairée qui souhaite un rapprochement avec l'Ouest, et spécialement l'Europe, et les fondamentalistes nationalistes qui se sentent menacés et créent des « lobbys ».
Dans le programme, Fisher a dit qu'il projetait d'écrire cet opéra basé sur l'affaire de Tiszaeszlar dans les années '80, inspiré par un film ; mais le réalisateur avec qui il souhaitait travailler est décédé. « L'idée de composer cet opéra m'a occupé pendant 25 ans, et la situation politique actuelle m'a aidé à le finaliser aujourd'hui. »

Gramophone laché par Haymarket Publishing

par

Le magazine anglais fondé en 1923 et faisant partie du groupe Haymarket Publishing depuis plusieurs décennies, a été vendu au Mark Allen Group, éditeur de magazine sur la santé, l'éducation et les voyages.

Bayreuth se vend en ligne en 90 minutes

par

Malgré les nombreux "plantages" dans les connexions internet et les compte-rendus très amers à propos de Bayreuth 2013, les 10.000 billets mis en ligne pour le Festival de Bayreuth l'été prochain ont été vendus en 90 minutes !
Reste maintenant à réserver les chambres d'hôtel! 

Concours de chant interuniversitaire a capella

par

La seconde édition du concours de chant inter-universitaire a capella (UNIVOX) se déroulera le 11 février 2014 à la Ferme du Biéreau, à Louvain-la-Neuve. Les organisateurs sont actuellement à la recherche de groupes venant de différentes universités de préférence.

D’un genre nouveau, UniVox entend d’une part valoriser l’art du chant a capella auquel on ne réserve en Belgique que peu de place dans les festivals, peu de temps d’antenne, peu de créneaux de production, peu de promotion,… et d' autre part, à renforcer les liens entre la population estudiantine, les employés de l’UCL, les habitants et les étudiants d’autres universités. Par opposition au chant choral, les groupes vocaux sont constitués de 8 chanteurs maximum qui développent chacun leur propre voix.

UniVox se déroulera en deux temps : une première partie sera consacrée au concours inter-facultaire/ universitaire. Chaque groupe disposera d'un temps déterminé sur scène (cela dépendra du nombre de groupes participants) pour convaincre le public et les jurés. Il s’agit d’un concours de qualité pour lequel une audition sera effectuée en temps utiles. La seconde partie de la soirée désignera les grands vainqueurs de la seconde édition de ce concours.
Pour plus d'informations, les étudiants sont invités à se renseigner sur le site http://www.akapella.org/univox/ ou par e-mail sur info@univox.be ou au 010/80.57.82