Les retrouvailles de Matthieu Idmtal et Edvard Grieg. 

par never hook up with a coworker

Edvard Grieg (1843-1907) : Piano sonata in E minor op.7  - Lyric pieces : Arietta Op.12 No.1, Berceuse Op.38 No.1, Butterfly Op.43 No.1, Elegy Op.47 No.7, Valse-Impromptu Op.47 No.1, Melody Op.47 No.3, March of the dwarfs Op.54 No.3, Elegy Op.38 No.6, Waltz Op.38 No.7, Wedding Day at Troldhaugen Op.65 No.6, Homesickness Op.57 No.6, Vanished Day Op.57 No.1, Solitary Traveller Op.43 No.2, Nocturne Op.54 No.4 - Matthieu Idmtal au piano - 2021 - 79’49’’ - Livret en anglais et néerlandais - Piano Classics - PCL10239

Ce n’est pas la première fois que le pianiste belge Matthieu Idmtal s’attaque au répertoire d’Edvard Grieg dans un CD. En 2016, on le découvre avec la violoniste belge Maya Levy sur un CD consacré aux trois Sonates pour piano et violon du compositeur norvégien. Cette fois-ci, c’est en solo que nous le retrouvons pour la première fois sous le label Piano Classics. 

Le récital débute avec la trop peu jouée et pourtant passionnante Sonate pour piano en mi mineur op.7, composée par un Grieg âgé de 22 ans tout juste sorti du Conservatoire de Leipzig. Peu à l’aise avec les grandes formes classiques telle que la sonate (comme il l’avoua lui-même dans une lettre adressée à Gottfried Mathison-Hansen, organiste et compositeur danois.), Grieg compense en nous tenant en haleine avec de très brusques changements de caractère, présents tout au long de sa composition, que Matthieu Idmtal interprète à merveille. La virtuosité que déploie le jeune pianiste, et ce surtout dans le final, introduit d’une belle manière ce CD.  

Matthieu Idmtal poursuit son exploration de l’univers d’Edvard Grieg avec une sélection de 14 de ses Pièces Lyriques. En 1867, Grieg commence la composition de son premier cahier de Pièces Lyriques. Il y en aura 10 dix, contenant 66 morceaux dont le dernier écrit en 1901. Véritable fil rouge de l’évolution du compositeur, ces pièces poursuivent différents buts allant de la description d’un moment banal de la vie à celle d’un sentiment fort et intime. Certains choix de Matthieu Idmtal peuvent surprendre, en commençant par l’ordre des morceaux qui ne correspond ni à l'ordre chronologique de compositions des pièces ni à leur emplacement dans les différents cahiers. Mais aussi par le choix de certaines pièces au détriment d'autres plus connues et appréciées. On note par exemple la présence de “Elegy” et “Waltz” de l’opus 38 décrites dans le livre La musique de piano et de clavecin (éditions Fayard), comme “pas mémorables”. Tandis que “Remembrances”, dernière pièce du dernier cahier de Grieg est absente. Sa présence aurait pourtant été intéressante. En effet, “Remembrances” reprend le thème de l’Arietta (première pièce du premier cahier et première des Pièces Lyriques du CD) dans une nouvelle version envoûtante se terminant sur un pianissimo conclusif bien qu’interrogateur, qui clôture à merveille le cycle des Pièces Lyriques du compositeur norvégien. Il est intéressant de noter que le choix de Matthieu Idmtal de terminer avec le Nocturne Op.54 No.4 n’est pas dénué d'intérêt pour autant. Cette pièce se termine par un grand accord arpégé en do majeur, dont les notes sont posées lentement et délicatement par le pianiste, concluant somptueusement ce CD. 

Le pianiste belge nous propose ici une très belle présentation d’Edvard Grieg. Son jeu passionné et virtuose nous fait voyager à travers des paysages et des émotions très différentes. On ne s’ennuie jamais avec ce CD ! 

Son : 9 - Livret : 7 - Répertoire : 8 - Interprétation : 10

Alex Quitin, reporter de l'IMEP

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.