Liszt par Martina Filjak

par https://muenstermilling.com/index2.php/great-dating-site-headlines/

Franz Liszt (1811 - 1886) : Miserere d'après Palestrina (Harmonies poétiques et religieuses No.8), Ballade 2 S.171, Deux Légendes S.175, Bénédiction de Dieu dans la solitude S.173 ( extrait des  Harmonies poétiques et religieuses), Réminiscences de Lucia di Lammermoor S.397,  La marche pour le Sultan Abdul Medjid-Khan S.403. Arvo Pärt (1935-) Für Alina (1976).  Martina Filjak, piano. 2019. Livret en allemand et en anglais. 77'05.  Profil  PH18074

La pianiste croate Martina Filjak nous propose des oeuvres peu jouées de Franz Liszt. Elle révèle le compositeur en personne profondément religieuse et à la fois comme en virtuose romantique. Son jeu est impétueux et gracieux, tendre et sauvage, obsédant et retenu. Avec un son chaleureux, une grâce poétique, passionnante dans l'interprétation des phrases dramatiques, elle fait ressentir toute la dimension de cette musique.

Miserere est basé sur une composition vieille de plus de 400 ans, de Palestrina (1525-1594), et témoigne de la joie artistique et scientifique de Liszt dans la découverte à une époque où l'œuvre de Johann Sebastian Bach (1685-1750) est encore réservée aux musiciens professionnels, territoire souvent inconnu. Martina Filjak partage cette joie de la découverte. La Ballade n°2 en si mineur nous mène dans un monde complètement différent. On retrouve le même esprit que celui de la célèbre Sonate également en si mineur.
La Ballade est à la fois tout en ombres et lumières et d'une grande difficulté d'interprétation. C'est un chef d'oeuvre méconnu de Liszt à la quête éperdue d'un absolu. Elle mêle le grandiose et l’intime, la fureur et le lyrisme immatériel. Martina Filjak a un  sacré tempérament qui éclate dans son jeu puissant et volcanique qui rappelle celui de la jeune Martha Argerich.
Dans les Deux Légendes, la pianiste reflète la dualité de l'héroïque et du sensible, de la lumière et de l'obscurité. Elle sait allier extase et poésie dans Bénédiction de Dieu dans la solitude, la plus belle et la plus impressionnante pièce du cycle des "Harmonies poétiques et religieuses" de Liszt d'après les poèmes d'Alphonse de Lamartine. Et les deux paraphrases d'airs d'opéra des frères Donizetti étincellent sous ses doigts comme un brillant feu d'artifices.
Le CD se clôt avec Für Alina d'Arvo Pärt, le bis favori de Martina Filjak. Elle crée ainsi un contraste anachronique entre la spiritualité de Pärt et celle de Liszt, explorant les couleurs et les harmoniques du piano mais avec un minimum de notes. Le calme après la tempête. L'effet est surprenant.

Son : 9   Livret : 9   Répertoire : 10   Interprétation : 10

Carlo Schreiber

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.