Menuhin à Moscou

par https://www.deckardsdream.com/places-to-hook-up-in-long-island/
Menuhin Moscou

Yehudi MENUHIN
(1916 - 1999)
Anniversary Edition
Œuvres de Jean-Sébastien BACH, Béla BARTÓK, Ludwig van BEETHOVEN, Ernest BLOCH, Johannes BRAHMS, Claude DEBUSSY, Antonin DVORAK, César FRANCK, Wolfgang Amadeus MOZART, Ottokar NOVACEK, Camille SAINT-SAËNS, Pablo de SARASATE
DDD–2016–52’ 47’’, 40’ 08’’, 44’ 48’’, 48’ 36’’, 65’ 36’’ et 68’ 03’’–Textes de présentation en russe et en anglais–Melodiya MEL CD 10 02460

Pour commémorer à leur tour le centième anniversaire de la naissance de Yehudi Menuhin, les dirigeants du label russe (et naguère soviétique) Melodiya ont eu l’heureuse idée de publier un luxueux coffret de six CDs rassemblant des œuvres jouées par le grand violoniste américain lors de deux séjours à Moscou, le premier en novembre 1945, le second en octobre et novembre 1962. Ce sont en majorité des enregistrements live. Ils sont d’autant plus précieux que les interprètes qui accompagnent Yehudi Menuhin sont tous, eux aussi, des plus talentueux, à l’instar de sa sœur, la pianiste Hephzibah Menuhin, du pianiste Lev Oborin ou du chef d’orchestre Rudolf Barshaï. Ou encore d’Evgeny Svetlanov qui, à la tête de l’Orchestre Symphonique de l’URSS, a dirigé dans la grande salle du Conservatoire de Moscou, le 15 novembre 1962, un extraordinaire et mémorable Concerto pour violon en ré majeur op. 61 de Beethoven.
Ces six CDs viennent opportunément rappeler que Yehudi Menuhin était à l’aise dans tous les répertoires et pouvait passer d’un compositeur à l’autre avec un naturel presque déconcertant – ce naturel qu’il devait acquérir comme par miracle dès son plus jeune âge et grâce auquel il allait enthousiasmer, partout dans le monde, d’innombrables mélomanes. On s’en rend compte en écoutant notamment les petites pièces pour violon réunies sur le deuxième des six disques : Introduction et rondo capriccio de Camille Saint-Saëns, le célèbre Perpetuum mobile du Hongrois Ottokar Novacek, Gypsy Airs de Pablo de Sarasate, un arrangement de la Danse slave n° 10 d’Antonin Dvorak réalisé par Fritz Kreisler, la transcription pour violon de La Fille aux cheveux de lin de Claude Debussy par Arthur Hartmann et la chaconne tirée de la Partita n° 2 en ré mineur de Jean-Sébastien Bach. On regrettera en revanche de trouver dans ce coffret des extraits de partitions, par exemple le seul presto de la géniale Sonate à Kreutzer de Beethoven ou le seul adagio de la tout aussi géniale Sonate en mi bémol majeur K. 481 de Mozart. Quelle est la raison de ce choix ?
Jean-Baptiste Baronian

Son 9 – Livret 7 – Répertoire 9/10 – Interprétation 9

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.