Pierre Bartholomée  au Namur Concert Hall

par
pierre-bartholomee

Pierre Bartholomée, légende de la création et de la vie musicale en Belgique, est à l’honneur  au Namur Concert Hall.  Son Requiem et sa nouvelle composition OUR(UR) seront interprétés par le Chœur de Chambre de Namur.  Alex Quitin et Thimothée Grandjean, reporters de l’IMEP  rencontrent Pierre Bartholomée en prélude à ce concert commémoratif, l’un des évènements du mois.  

En 2019, vous avez composé un Requiem, pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette œuvre ?

C'est en 2006 que j'ai composé ce Requiem, à la demande de Guy Janssens, pour l'ensemble Laudantes. La création a eu lieu au Conservatoire de Bruxelles en 2007 et ce premier concert a été immédiatement suivi de deux autres, l'un à la Collégiale de Nivelles, l'autre dans une très jolie église dont je ne retrouve pas le nom mais qui se situe à Sint-Truiden. Ce troisième concert a été enregistré pour le label Cyprès qui l'a publié pour clôturer la série que Guy Janssens et le Laudantes consort ont consacrée à l'histoire du Requiem, de Ockeghem à nos jours. 

Mon Requiem est une œuvre de relativement grande dimension. Il est construit en 7 parties -Prélude, Kyrie, Dies Irae, Urupfu, Sanctus, Agnus Dei, Épilogue. Il y a trois langues : le latin, le français et le rwandais. La partie centrale, Urupfu (la Mort), se réfère aux événements tragiques du Rwanda, en 1994. Elle fait appel à un poème original de Charles Karemano, écrivain rwandais, et elle contient des extraits d'une lettre, écrite en français, par une très jeune Rwandaise au destin tragique. J'y ai aussi introduit un Hostias et un Libera nos. L'Épilogue se conclut sur un vers du poète belge Henry Bauchau avec qui j'ai eu le privilège de travailler pour mes deux premiers opéras, OEdipe sur la route et La Lumière Antigone

La structure de votre Requiem diffère de celle qu’on peut apercevoir chez Verdi ou Mozart par exemple. Vous êtes vous inspiré d’un modèle particulier pour composer votre propre Requiem ?

Tout en respectant les termes de la commande qui m'avait été faite, j'ai voulu que cette oeuvre soit une sorte d'interrogation du requiem par lui-même. On y retrouve des éléments importants de la tradition liturgique romaine mais la mise en perspective avec le drame rwandais y introduit une dimension forcément particulière qui, conjuguée à l'interrogation qui m'habite depuis de longues années sur l'évolution et le destin de la musique d'inspiration religieuse, le situe probablement en marge des principaux modèles connus. 

À l'occasion d’une collaboration avec le Chœur de Chambre de Namur, vous avez composé une œuvre complémentaire à ce Requiem, OUR(UR). Pouvez-vous nous expliquer le lien entre les deux pièces ?

Je pense que le seul lien entre ces deux pièces est que c'est moi qui en suis l'auteur. Encore que l'on ne sache jamais vraiment ce qui nous pousse à écrire ou composer telle chose plutôt que telle autre. 

 

Le titre OUR(UR) est assez mystérieux, quelle en est sa signification ?

J'y vois, personnellement, un ensemble de significations. La première qui peut venir à l'esprit touche sans doute aux origines mésopotamiennes des religions monothéistes. Abraham serait, selon certaines traditions, originaire d'Ur en Chaldée. Mais "Ur", titre de l'immense et magnifique poème d'André Doms, que j'ai noté entre parenthèses au profit de "Our", version phonétique du mot tel que je l'entends, c'est aussi bien d'autres choses, "feu", "éclat" et, surtout, la part d'inconnu qui gît en toute chose. En accord avec le poète, j'ai traité son œuvre de façon très libre pour l'inscrire dans la forme musicale toute de tensions, de violences et de mystères qu'elle m'inspirait. 

Cette nouvelle composition est basée sur un texte d’André Doms. Qu’est-ce qui vous à poussé vers le poète belge ? Avez-vous eu des contacts avec lui durant le processus de composition ? 

Grand poète, André Doms avait eu la délicate attention de m'envoyer sa Sérénade dont "Ur" constitue la première des quatre parties toutes faites de dix-neuf poèmes. La lecture de ces textes vraiment extraordinaires m'a profondément remuée. En plus, je découvrais qu'André Doms avait composé cet ensemble comme une œuvre musicale. J'ai, alors, eu de très intéressants échanges avec ce poète visionnaire. Et je me suis dit, une fois encore, que notre pays compte de grands auteurs dont trop souvent, car ils sont modestes et travaillent dans l'ombre, nous méconnaissons les messages.

La création de cette œuvre se déroulera le 25 novembre, au Grand Manège. Avez-vous déjà pu commencer à travailler dessus avec les chanteurs ? Comment cela se passe-t-il ? Font-ils partie du travail de finition de l'œuvre, ou est-ce que celle-ci est déjà entièrement terminée ? 

La préparation du Chœur de Chambre de Namur a été confiée à Gerhard Sporken, remarquable connaisseur des voix et de la musique y compris celle de notre temps. Le relais sera pris par Pierre-Alain Monot qui, avant de rassembler chœur et ensemble instrumental (l'ensemble Musiques Nouvelles), effectuera un premier travail de mise en place avec les musiciens de Musiques Nouvelles. J'assisterai au travail dès ce stade. J'ai une très grande confiance en Pierre-Alain Monot dont j'ai pu admirer le talent lors de la production de La Lumière Antigone, en Suisse, il y a déjà une dizaine d'années. Nous avons beaucoup travaillé ensemble en vue des deux concerts qu'il dirigera, à Namur puis à Mons. Nous nous sommes vus et j'ai l'impression qu'aujourd'hui, il connaît, tant Ur (Our) que le Requiem, mieux que moi. 

  • Au concert :

Namur Concert Hall. 25 novembre 2022 à 20h00 Oeuvres de Pierre Bartholomée. Choeur de Chambre de Namur, Ensemble Musiques Nouvelles, direction : Pierre-Alain Monot

Alex Quitin et Thimothée Grandjean, Reporters de l'IMEP

Crédits photographiques : DR/ Gabriel Balaguera



Un commentaire

  1. Avatar
    Jef Wyns

    Je viens de terminer une brève étude sur le développement de la musique occidentale et son lien historique avec l église catholique. La présente œuvre prouve que ce lien existe toujours.

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.