Mots-clé : Dmitri Chostakovitch

Chostakovitch joue Chostakovitch

par

Dimitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975) : Œuvres diverses pour piano seul - Sonate pour violon - Sonate pour violoncelle - Trio pour piano n° 2 - Quintette avec piano - Concertos pour piano n° 1 et n° 2 - Concertino pour deux piano - Symphonie n° 10 (arrangement pour deux pianos) - Poésie populaire juive (extraits). Dimitri CHOSTAKOVITCH (piano), David OISTRAKH (violon), Daniil SHAFRAN (violoncelle), Milos SADKO (violoncelle), Mieczyslav WEINBERG (piano), Iosif VOLOVNOK (trompette), Nina DORLIAK (soprano), Zara DOLUKHANOVA (contralto), Aleksei MASLENNIKOV (ténor), Quatuor Beethoven, Orchestre philharmonique de Moscou (dir. : Samuil SAMOSUD), Orchestre symphonique de la radio de Moscou (dir. : Alexander GAUK). ADD–2019–75’ 17’’, 78’ 52’’, 61’ 57’’, 54’ 41’’ et 72’ 40’’–Textes de présentation en russe et en anglais–Melodia MEL CD 10 02596

Guy Danel, la Biennale Chamber for Europe et Mieczysław Weinberg

par https://cheapthesishelp.com/thesis-creator-software/

Figure majeure et infatigable animateur de la vie musicale belge, Guy Danel est l’initiateur de la biennale Chamber Music for Europe dont l’édition 2019 (du 6 au 8 décembre) est consacrée à Mieczysław Weinberg. Pour Crescendo, partenaire de la Biennale, il revient sur l’importance de Mieczysław Weinberg dans l’histoire de la musique et sur son attachement à ce compositeur.   

La biennale Chamber Music for Europe est consacrée au compositeur Mieczysław Weinberg. Je crois savoir que c’est un compositeur qui vous est cher ? 

La rencontre avec la musique de Mieczyslaw Weinberg représente sans aucun doute l’un des moments les plus marquants de ma carrière d’interprète. Celle-ci a eu lieu dans le cadre des activités du Quatuor Danel que j’ai formé en 1989 avec mon frère Marc et ma sœur Juliette.  Dès 1991, nous avions travaillé l’intégrale des quatuors de Chostakovitch, accompagnés par le Quatuor Borodine, Fiodor Droujinine et le compositeur polonais Krzysztof Meyer. À l’époque, peu de quatuors avaient ce cycle au répertoire et cela nous offrit des rencontres exceptionnelles avec des proches de Chostakovitch. 

Dès 1994, Madame Irina Chostakovitch, Valentin Berlinsky, violoncelliste du Quatuor Borodine, Alexander Raskatov, alors tout jeune compositeur installé à Heidelberg, et le très érudit musicologue belge Frans Lemaire, connu pour ses travaux sur la musique soviétique et la musique juive, nous incitèrent conjointement à travailler la musique de celui que nous appelions encore Moisey Weinberg. Nous nous sommes donc lancés dans cette aventure, recherchant des partitions auprès du Quatuor Borodine, du musicologue Manashir Yakubov ou de la famille du compositeur.

L'éloquence de l’Amatis Piano Trio

par

Chaque année depuis 1995, l’European Concert Hall Organisation (ECHO), qui regroupe 21 des plus grandes salles de concert d’Europe, met en valeur quelques solistes ou groupes de musique de chambre particulièrement prometteurs choisis par ses membres. C’est le projet « Rising Stars », qui a ainsi déjà bénéficié à Lorenzo Gatto, Jakob Koranyi, Khatia Buniatishvili, Edgar Moreau, au Quatuor Modigliani, …

L’Amatis Trio, formation internationale fondée en 2014 par Lea Hausmann, Samuel Shepherd et Mengjie Han et déjà récompensée par plusieurs prix à des concours prestigieux, a été sélectionné pour la saison 2018-2019 par l’Elbphilharmonie de Hambourg, le Konzerthaus de Dortmund, la Philharmonie de Cologne et le Festspielhaus de Baden-Baden.

Une grande création et une grande symphonie

par

Benoît Mernier

Benoît Mernier : Concerto pour violon et orchestre (création) Dmitri Chostakovitch : Symphonie n°7, en ut majeur, « Leningrad », op.60 Orchestre National de Belgique, Andrey Boreyko, direction – Lorenzo Gatto, violon Quelques jours après la cérémonie des Victoires de la musique, l’auditorium du Nouveau-Siècle accueillait samedi l’Orchestre National de Belgique dans un programme historique et attendu.

Une traînée dans la boue

par

Lady Macbeth du district de Mtsensk de Chostakovitch
Le public belge attendait avec impatience la nouvelle production de Calixto Bieito après sa sulfureuse Mahagonny de 2011, foisonnante d'invention, hystérique et provocante sans doute, mais toujours en situation.