L'éloquence de l’Amatis Piano Trio

par https://parkersplatoon.org/

Chaque année depuis 1995, l’European Concert Hall Organisation (ECHO), qui regroupe 21 des plus grandes salles de concert d’Europe, met en valeur quelques solistes ou groupes de musique de chambre particulièrement prometteurs choisis par ses membres. C’est le projet « Rising Stars », qui a ainsi déjà bénéficié à Lorenzo Gatto, Jakob Koranyi, Khatia Buniatishvili, Edgar Moreau, au Quatuor Modigliani, …

L’Amatis Trio, formation internationale fondée en 2014 par Lea Hausmann, Samuel Shepherd et Mengjie Han et déjà récompensée par plusieurs prix à des concours prestigieux, a été sélectionné pour la saison 2018-2019 par l’Elbphilharmonie de Hambourg, le Konzerthaus de Dortmund, la Philharmonie de Cologne et le Festspielhaus de Baden-Baden.

Notre Palais des Beaux-Arts (BOZAR), membre de l’ECHO, les accueillait ce vendredi 12 avril, non pas dans la salle Henry Le Bœuf, mais dans la magnifique chapelle de l’ancien couvent des Brigittines. Transformé en salle de spectacle au siècle dernier, ce lieu, également « Centre d’Art contemporain du Mouvement et de la Voix de la Ville de Bruxelles » depuis 1999, constitue un cadre plus intime qui convenait parfaitement à ce concert.

Pour débuter un programme exigeant, varié et bien construit, l’Amatis Trio interprète le Trio pour piano n° 43 en do majeur de Josef Haydn, après une introduction de son charismatique violoncelliste. Bondissants, surprenants, donnant vie à chaque note, les trois musiciens ont l’art de détendre les fins de phrases puis de reprendre le tempo avec le naturel et l’aisance d’un groupe qui joue ensemble depuis toujours. Le discours musical, parfaitement clair, est renforcé par une communication généreuse au sein de l’ensemble. Les cordes déploient une sonorité chaleureuse et une diversité d’attaque qui s’accorde très bien avec le jeu souple et limpide du pianiste.

Après un tel début, le premier Trio en do mineur de Dmitri Chostakovitch est un peu moins convaincant, surtout par rapport à certaines prises de tempo, assez personnelles et plutôt déroutantes. Peut-être dans une pièce comme celle-ci, où Chostakovitch a été très précis dans les indications métronomiques, est-il préférable de ne pas prendre trop de libertés à ce niveau-là ? Certains passages sont maniés avec beaucoup de finesse et une continuité de phrasé entre violon et violoncelle, comme le premier thème langoureux, rendu presque sensuel par des glissandi expressifs des cordes sur les demi-tons. Dans le deuxième thème, le violoncelliste mène la première apparition du thème d’une main de maître, avec une sonorité très retenue, ce qui donne quelque chose de très poignant. Par contre, la fin, véritable point culminant de la pièce, explosif et violent, me semble ici un peu trop sage.

Après une pause, le violoncelliste revient seul sur scène pour la création de Moorland de la compositrice suédoise Andrea Tarrodi, commande de l’ECHO, écrite spécialement pour l’Amatis Trio. Après quelques élancées du violoncelle seul, prolongées par la violoniste en coulisses, celle-ci et le pianiste rejoignent discrètement leur partenaire dans une semi-pénombre. La suite de la pièce fait entendre une suites d’atmosphères presque impressionnistes inspirées à l’auteur par l’Archipel suédois.

Le trio livre ensuite une magistrale version du 1er Trio en ré mineur de Mendelssohn, aux tempi emportés et brillants. Excellemment bien pensée et intelligente, leur conduite de phrase donne pourtant une sensation très forte de spontanéité. Notons, encore une fois, la clarté de jeu impressionnante du pianiste, même dans les passages les plus techniques.

Devant les applaudissements enthousiastes d’un public conquis, l’Amatis Trio offre en bis l’été des Quatro Estaciones Porteñas d’Astor Piazzolla. A suivre…

Bruxelles, Chapelle des Brigittines, le 12 avril 2019

Aline Masset, reporter de l’IMEP

Crédits photographiques : Marco Borggreve

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.