Thibaut Lenaerts, à propos de César Franck

par https://lvfilmindustry.com/

L’année 2022 est marquée par les célébrations des 200 ans de la naissance de César Franck. Le label Musique en Wallonie (qui fête ses 50 ans) fait paraître un album d'œuvres chorales qui comporte nombre de découvertes. Le Chœur de Chambre de Namur dirigé par  Thibaut Lenaerts est la cheville ouvrière de cet enregistrement primé d’un Millésime de Crescendo Magazine. Nous rencontrons Thibaut Lenaerts pour parler de César Franck et ouvrir au niveau rédactionnel l’année Franck 2022.  

L’album "De l’Autel au Salon" présente des œuvres chorales du compositeur César Franck. C’est un versant trop peu connu  de son legs. Quelles sont les caractéristiques de ces pièces ? 

Certains des motets ont été édités et ont connu un certain succès : on parle ici par exemple du "Domine non secundum" ou du "Dextera" sans parler du célèbre "Panus Angelicus". D’autres sont tombés dans l’oubli car non édités, recopiés à la main et chantés pour une circonstance particulière (les inédits que j’ai retrouvés entres autres à la Bibliothèque Nationale de France). Toutes ces pièces pourtant méritent une meilleure place car elles permettent de découvrir un compositeur de génie mais aussi un musicien touchant et sincère, aussi bien dans la musique religieuse que profane. Au niveau vocal, ce qui frappe c’est que cela "tombe bien" dans la voix, et ce, pour toutes les voix ; c’est très agréable, sans aucune contrainte. Il y a bien quelques tournures harmoniques plus complexes "à la Franck" mais ce dernier se souvenait toujours qu’il composait le plus souvent pour des chorales de paroisse ou des cercles d’amateurs.

Est-ce qu’il y a un style du César Franck “choral”  ? 

Au départ, je ne pensais pas qu’il y avait un style "choral" Franck mais que sa musique s’inscrivait dans cette période de la seconde partie du XIXe où l’on cherche à redynamiser la musique liturgique comme Saint-Saëns ou Fauré, tous issus de la fameuse école Niedermeyer. Au fur et à mesure de l’assemblage du programme, et naturellement lors de l’enregistrement, nous fûmes frappés par la beauté et la puissance de sa musique, aussi bien dans les grands motets que dans les pièces plus intimistes. Tout ceci était bien loin des poncifs et des idées d’un Franck lourd et ennuyeux !

Comment avez-vous sélectionné les œuvres présentes sur cet album ?  

Dès le départ, je désirais faire un album qui proposait un dimanche dans la bourgeoisie fin du 19e ou dans un château à la campagne : peut-être tout simplement chez les Franck dans leur appartement parisien ?  Le matin, une belle cérémonie à l’église avec quelques beaux motets (Franck improvisant magistralement également à la sortie), ensuite retour à la maison pour un bon déjeuner ; très vite on s’installe au piano ou à l’harmonium pour lire quelques pièces ou chanter des mélodies ou des duos ! Cet album se voulait ainsi, sans séparation aucune entre le sacré et le profane. J’ai beaucoup réfléchi à l’ordre du programme mais je me suis rendu compte que beaucoup de combinaisons fonctionnent sans problème ! La magie ou le mystère Franck…

L’album met à l’honneur de Chœur de Chambre de Namur, mais il développe aussi une démarche historique éclairée avec des instruments d’époque utilisés pour les différents accompagnements. Comment s’est initiée cette démarche "historiciste” ?

Depuis toujours, j’essaye d’être au plus près des sources, de leur compréhension et de l’interprétation qui en découle. J’y adjoins si possible le meilleur instrumentarium d’époque. Avec le Chœur de Chambre de Namur, nous collaborons avec les meilleurs ensembles sur instruments anciens pour la période baroque et classique. Nous abordons également la musique du XIXe avec des instruments d’époques magnifiques : pour cet album, par exemple nous utilisons les superbes orgues Cavaillé-Coll de Gesves ainsi que un très bel Erard de 1870.

Le Chœur de Chambre de Namur, que ce soit dans son collectif ou dans ses individualités, est d’un niveau superlatif. Quels sont les secrets d’une telle réussite d’ensemble ?  

Le secret de cette réussite vient probablement de plusieurs facteurs ; d’abord un vrai désir de créer à Namur, il y a maintenant plus de 30 ans, un chœur de haut niveau sous la direction de chef de grandes qualités (Pierre Cao, Jean Tubéry, Leonardo García Alarcón).  Ensuite, une réelle envie de découvrir et de guider des jeunes chanteurs qui seront les solistes et les choristes de demain, le tout dans une ambiance chaleureuse unique, propre aux terres namuroises. Avec la panoplie de jeunes et talentueux chanteurs qui le composent, cet album en est le meilleur exemple !

Le site du choeur de chambre de Namur : https://cavema.be/fr/choeur-de-chambre

Propos recueillis par Pierre-Jean Tribot

Crédits photo : DR

  • A écouter :

César Franck (1822-1890) : Oeuvres chorales. De l’autel au salon. Choeur de Chambre de Namur, Thibault Lenaerts. 2020. Livret en français et anglais. 76mn. 1 CD Musique en Wallonie. MEW 2022.

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.