Un Requiem décevant

par http://www.galerie-diede.de/

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)
Requiem
ACCENTUS, INSULA ORCHESTRA, Sandrine PIAU, soprano, Sara MINGARDO, mezzo-soprano, Werner GÜRA, ténor, Christopher PURVES, baryton-basse, Laurence EQUILBEY, dir.
2014-48'-livret en français et anglais-chanté en latin-Naïve V5370

L'enregistrement de ce « Requiem » a pu bénéficier de mécénats divers (Hauts de Seine, Société Générale) et on pouvait en attendre beaucoup. Honorable cette réalisation pourtant déçoit. Et les causes en sont nombreuses. D'abord le lieu d'enregistrement : la Chapelle Royale de Versailles qui secrète une large réverbération – laquelle « brouille » littéralement le chœur. Ensuite quatre solistes qui apparaissent finalement assez mal associés : la voix lisse de Sandrine Piau, très articulée mais d'une puissance modeste s'accorde assez mal avec celle de l'Italienne Sara Mingardo, plus « explosive »... De même les ténor et basse (Werner Güra et Christopher Purves) sonnent trop souvent en mal de plénitude. L'orchestre apparaît sans grand relief peu avantagé par le preneur de son tandis que l'on a connu Laurence Equilbey plus inspirée. Sonorités peu flatteuses (offertoire en entier), texte flou (« Hostias »), ligne musicale hachée, défaut de galbe ; et puis, manque du sentiment d'urgence vitale, de l'évidence d'une nécessité musicale, de cette large et souple respiration qui, telle la houle, « doit » soulever chaque phrase de l'intérieur. D'autant que le niveau d'exigence est nécessairement élevé dans une œuvre si connue et si enregistrée ! Et ici, on a plutôt l'impression d'une réalisation de circonstance. Livret intéressant (Florence Badol-Bertrand), notamment en décrivant en 5 colonnes ce qui revient exactement à Mozart ou à ses successeurs.
Bénédicte Palaux Simonnet

Son 3 - Livret 9 - Répertoire 10 – Interprétation 5

Les commentaires sont clos.