Westerns en notes

par albuquerque dating

Aaron COPLAND
(1900-1990)
An Outdoor Overture–Billy the Kid–El Salón Mexico–Rodéo
Colorado Symphony, dir. : Andrew LITTON
DDD–2015–77’ 26’’–Textes de présentation en anglais, suédois, allemand et français–BIS 2164

Natif de Brooklyn, Aaron Copland fait partie des compositeurs américains dits classiques les plus joués aux États-Unis. Sa grande popularité tient surtout à des ballets tels que Billy the Kid, Rodéo ou Appalachian Spring, des œuvres qui, comme l’indique leur titre sans la moindre équivoque, se réfèrent directement à l’histoire et à la culture du pays et qui possèdent un style spécifique, pour ne pas dire une griffe, qu’on n’éprouve aucun mal à identifier dès les premières mesures. On ne parlera cependant pas à leur sujet de musique nationale, ni davantage de musique ethnologique, quoique ces partitions soient nourries par des chansons, des ballades et des airs populaires traditionnels nord-américains.
Composés respectivement en 1938 et en 1942, Billy the Kid et Rodéo sont interprétés ici par le Colorado Symphony (il compte quatre-vingts musiciens à temps plein), dirigé par Andrew Litton, dans leur version intégrale, ce qui n’est pas toujours le cas. Certains chefs ont ainsi souvent pris l’habitude d’escamoter les deux mouvements lents de Rodeo (« Corral nocturne » et « Saturday Night Waltz ») sans doute pour donner beaucoup plus d’entrain à cette pièce qui en totalise cinq et dont l’écriture, sous des dehors brillants, est des plus subtiles. Ni postromantique, ni dodécaphonique, ni trop influencé par Maurice Ravel et par Igor Stravinski, Aaron Copland a magnifiquement américanisé les leçons de Nadia Boulanger, auprès de laquelle il a étudié au début des années 1920. Nul doute que s’il était resté en France, il se serait rallié au Groupe des Six. Lequel se serait peut-être alors appelé le Groupe des Sept. Belle uchronie musicale.
Jean-Baptiste Baronian

Son 8 – Livret 8 – Répertoire 8 – Interprétation 7

Les commentaires sont clos.