L’amour, la guerre

par
cold mountain

Jennifer HIGDON
(° 1962)
Cold Mountain
Jay HUNTER MORRIS (ténor), Robert POMAKOV (baryton), Nathan GUNN (baryton), Kevin BURDETTE (basse), Bridgette GAN (soprano), Heather PHILLIPS (soprano), Shabnam KALBASI (mezzo-soprano), The Santa Fe Opera Orchestra, dir. : Miguel HARTH-BEDOYA
DDD–2016–73’ 10’’ et 72’ 30’’–Texte de présentation et livret en anglais–Pentagone PTC 5186 583

Charles Frazier est un écrivain chanceux : son roman historique Cold Mountain, publié à New York en 1997, a été un best-seller, il a obtenu les plus hautes distinctions littéraires aux États-Unis, il a été traduit en de nombreuses langues (en français, en 1999, chez Calmann-Lévy) et, en outre, il a fait l’objet, en 2003, d’une fort bonne adaptation cinématographique par le réalisateur Anthony Minghella, avec Nicole Kidman, Renée Zellweger, Natalie Portman et Jude Law dans les principaux rôles. Mais Cold Mountain est également devenu un opéra en deux actes et un épilogue composé par Jennifer Higdon, sur un livret de Gene Scheer (par ailleurs lui-même compositeur).
Monté pour la première fois à l’Opéra de Sante Fe en août 2015 pour célébrer le cent cinquantième anniversaire de la fin de la Guerre de Sécession, l’ouvrage a connu un large succès public et vient d’être gravé sur deux disques. C’est donc une première mondiale. L’amour et la guerre en sont les ingrédients majeurs, dans la grande tradition du genre – ce qui comprend, comme il se doit, et on l’imagine sans peine, des scènes pleines de passions et de tourments, de bruits et de fureurs, d’espoirs fous et de désolations tragiques.
La musique écrite par Jennifer Higdon est tout entière articulée autour des sentiments les plus profonds et les plus intenses qu’éprouvent les divers et nombreux personnages mis en scène, hommes et femmes, militaires et civils (certains d’entre eux se contentent de parler), tandis que l’impitoyable, la terrible, l’aveugle Guerre de Sécession les frappe de plein fouet. Dira-t-on pour autant que cette musique est sentimentale ? Elle l’est, sans nul doute, mais quoiqu’elle n’ait rien de très original (elle est même par moments des plus convenues), elle a souvent des accents captivants et donne à entendre quelques beaux duos d’amour. Bizarrement, la couverture du coffret contenant ces deux disques et le livret ne mentionne le nom de Jennifer Higdon, qui n’est pourtant pas une débutante, qu’en tout petits caractères. Pour quelle raison ?
Jean-Baptiste Baronian

Son 9 – Livret 6 – Répertoire 7 – Interprétation 8

https://rauchmelder-tests.org/larger-dating-websites/

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.