L'école belge de violon (I) : aux racines d'une école musicale

par matchmaking ping limit

Crescendo-Magazine reprend un dossier consacré à l'école belge de violon publié en avril 2002 sous la plume de Michele Isaac.

Définir un mouvement, une mode ou encore une tendance musicale demeure une entreprise délicate car elle implique le choix d’une appellation qui se veut intègre tout en rassemblant des paramètres d’origines diverses. Par conséquent, le choix s’avère d’autant plus difficile lorsque l’on doit brandir le terme “Ecole” puisque celui-ci suppose, outre sa fonction pédagogique, une filiation précise, continue, qui perdure à travers des générations, de professeurs à élèves. 

D’autre part, lorsque l’on désigne une “Ecole”, on doit trouver ses sources, ses origines. En d’autres termes, ses racines profondes sans lesquelles la filiation n’aurait pas de logique. La tâche n’est pas aisée quand il s’agit du cas de “l’Ecole belge de violon” 

Du père-fondateur présumé au terroir liégeois 

Habituellement on cite Charles [Auguste] de Bériot (Louvain 1802-Bruxelles 1870), comme l’unique fondateur de cette école nationale du violon. Modèle parfait de l’École parisienne, alors défendue par Baillot, Kreutzer et Rode, de Bériot parvient à mettre à profit toute la tradition violonistique française de la fin du XVIIIe et du début XIXe siècles initialement lancée par Viotti. De plus, le musicien a pu amalgamer les trouvailles techniques récentes de Niccolo Paganini dont la gloire internationale se situe entre 1828 et 1838. Par conséquent, le jeu de Bériot se définit comme gracieux, élégant, charmeur, léger. Maniant l’archet avec une aisance déconcertante, cette pratique fera autorité jusqu’en 1840. 

Cette date marque précisément un changement fondamental dans la pratique du violon. À partir de cette époque, Henri Vieuxtemps (Verviers 1820-Mustapha, près d’Alger 1881) fait  entendre à Saint-Pétersbourg son Premier Concerto pour violon opus 10. Chamboulant les habitudes d’écoute, le Verviétois impressionne par sa puissance, sa largeur de style et son extraordinaire intensité. D’où lui vient cette maîtrise, cette assurance? Quelle détermination a pu décider ce tout jeune musicien de vingt ans à bouleverser les traditions violonistiques? 

Par Vieuxtemps, toute une descendance va se dessiner et trouver son origine dans l’enseignement musical liégeois. Ce qui complique un peu plus la dénomination initiale. En effet, plutôt que de parler d’École belge du violon, ne doit-on pas plutôt désigner une École liégeoise du violon?

Terre de passages située aux confins des frontières néerlandaises et allemandes, Liège est assurément un berceau artistique et plus particulièrement musical important. Chef-lieu d’une Principauté autonome mais néanmoins dépendante du Saint-Empire germanique, elle voit sa chute avec la mise à sac de la Cathédrale Saint-Lambert durant la période révolutionnaire en 1793. Tandis que la plupart des musiciens liégeois sont titulaires d’orgues et dès lors attachés à un établissement religieux qui désormais ne peut plus subvenir à leurs besoins, les violonistes se démarquent par leur originalité. Trois d’entre eux, Léonard-Joseph Gaillard (Huy 1766-Liège 1837), Dieudonné-Pascal Pieltain (Liège 1754-1833) et Léonard Lecloux (Herve 1789-Verviers 1850) se distinguent en parvenant à créer un enseignement du violon qui donnera de nombreux émules. En témoignent leurs élèves les plus doués lesquels prodigueront à leur tour un savoir-faire, voire un héritage spécifique.

Ainsi, Gaillard quitte les terres hutoises pour se fixer dès 1784 à Liège. Violoniste à l’orchestre du théâtre et à celui de la cour du prince-évêque Constantin de Hoensbroeck, il se produit en soliste à de nombreux concerts entre 1800 et 1825. Rapidement applaudi également en duo avec son meilleur élève François-Antonin Wanson (Liège 1788-1857), ce dernier devient le premier professeur de violon de l’École royale de Musique créée en 1826 par le roi Guillaume des Pays-Bas. Wanson demeure assurément un “aïeul” de tous les professeurs de violon à Liège. Nicolas-Lambert Wéry (Huy 1784-Bande 1867), également élève de Gaillard mais aussi de Baillot à Paris, devient quant à lui le premier professeur de violon au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles. Donnant à son tour une “descendance” illustre, il perpétue les traditions de l’école française prônées par Charles de Bériot.

Troisième disciple de Gaillard, Ambroise Delaveux (Liège 1787-1849) se distingue par sa prise en charge de l’éducation de Lambert Massart (Liège 1811-Paris 1892), enfant prodige du violon qui sera ensuite livré à l’enseignement d’Auguste Kreutzer à Paris, ville où il devient,  en 1843, professeur attitré du prestigieux Conservatoire jusqu’en 1890.

D’une autre manière, Pieltain devient le maître d’Auguste Rouma (Liège 1802-1874), lequel sera à son tour le professeur du jeune Hubert Léonard, contemporain et ami timoré de Henri Vieuxtemps. Par ailleurs, Lecloux assure les premiers pas de virtuose de Henri Vieuxtemps pour ensuite le confier à d’autres maîtres tels que Otto Gerke (disciple de Spohr) et Charles de Bériot.

Michèle Isaac

Crédits photographiques : DR

 

2 commentaires

  1. Ping : L’école belge de violon (III) : Eugène Ysaÿe | Crescendo Magazine

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.