Léo Ferré compositeur

par https://t1631.org/

Léo FERRÉ (1916-1993)
La Symphonie interrompue-La Chanson du mal-aimé
Laurent DELEUIL (baryton), Jean-Luc CHAIGNAUD (baryton), Alessandro LUCIANO (ténor), Katarzyna MEDLARSKA (soprano), Danielle STREIFF (soprano), Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, dir. : Gianluigi GELMETTI, Chœur Hughes Reiner, dir. : Hughes REINER
DDD-2014-62’ 05’’-Texte de présentation en français-OPMC 010

Comme le dit l’expression consacrée, on ne présente plus Léo Ferré. Du moins ne présente-t-on plus Léo Ferré chanteur et auteur d’une multitude de chansons, dont un grand nombre sur des textes de poètes immenses tels que Rutebeuf, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud ou Guillaume Apollinaire. Tout le monde connaît ses grands succès : Paris canaille, Le Piano du pauvre, Le Temps du tango, Comme à Ostende… Mais on ignore parfois qu’il a également composé des œuvres orchestrales, lesquelles ont été en général dépréciées ou boudées par les puristes lors de leur première exécution publique. Sur ce CD, Gianluigi Gelmetti, qui a été l’élève de Sergiu Celibidache et de Hans Swarowski, en dirige deux avec l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, dont il est l’actuel directeur artistique et musical : La Symphonie interrompue et Chanson du mal-aimé, un oratorio pour soli, chœur et orchestre en cinq parties sur les célèbres poèmes de Guillaume Apollinaire. Elles sont été écrites toutes les deux en 1954, et si l’on se reporte aux coupures de presse reprises dans la brochure accompagnant le disque, on apprend qu’elles ont été à l’époque fort bien accueillies, Le Patriote du 3 mai 1954, parlant même d’« accueil triomphal par le public de l’Opéra de Monte-Carlo », sous la signature d’un certain Jean Colin. C’est très probablement dû au fait que Léo Ferré est monégasque. Aujourd’hui, du reste, à Monaco, une place porte son nom. Dans cette même brochure, Gianluigi Gelmetti dit que la « valeur » de cette musique est « considérable ». Évidemment, il lui aurait difficile de reconnaître qu’elle ne l’est pas ou qu’elle ne l’est guère. Pour ne pas heurter les admirateurs et les fanatiques de Léo Ferré, on se contentera de dire que ce sont là deux curiosités musicales.
Jean-Baptiste Baronian

Son 7 - Livret 6 - Répertoire 5 - Interprétation 6

Les commentaires sont clos.