Ravel : Jeux d'eau

par click to read more

Maurice Ravel“Jeux d'eau” pour piano. Edition Critique, Bärenreiter Verlag, Kassel, ISMN : 9790006526406

L'une des premières grandes oeuvres de ce Basque universel, définissant d'emblée son langage et sa couleur pianistique. Dans le sillage des dernières œuvres lisztiennes, de nouveaux horizons apparaissent, qui élargiront le champ de la tonalité vers l'indéfinition et l'ambiguïté, en ayant recours aux agrégats harmoniques complexes plutôt qu'au chromatisme. Le souvenir des Jeux d'eau à la villa d'Este de Liszt est dans l'arrière-pensée : tonalité et dessins proches. Mais Ravel n'est capable d'écrire que des chefs d'oeuvre...

L'Edition Critique que nous propose Nicolas Southon est un paradigme de bonnes pratiques : lisibilité parfaite par la qualité du travail de gravure (il serait intéressant de connaître le logiciel utilisé), le format 24 x 31 ou l'agréable couleur du papier. L'appareil critique est également irréprochable : toutes les sources sont prises en compte et comparées en détail, y compris les corrections au crayon de Ravel. Un petit bémol concerne les doigtés : certains sont de Ravel et d'autres du merveilleux pianiste Alexandre Tharaud, auteur également d'un remarquable commentaire sur l'interprétation de l'oeuvre, et les distinguer devient difficile sans se référer patiemment aux notes critiques. Un doigté d'auteur n'est pas forcément la meilleure indication d'exécution, mais il peut suggérer des sonorités, des articulations ou même des tempi... Deus et Cæsar méritent le distinguo. Ceci dit, cette édition restera incontournable pendant les prochaines décennies.

Xavier Rivera

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.