Mots-clé : Dima Slobodeniouk

Piano à Monte-Carlo Maria-João Pires et un hommage à Nicholas Angelich

par

Une semaine après la venue d’Evgueni Kissin sur le Rocher, c’est Maria-João Pires qui fait l’évènement pour un récital qui aura comblé le public. En effet la grande dame du piano est très appréciée du public monégasque qu’elle connaît depuis bien longtemps et pour lequel elle a donné tant de soirées mémorables. On rappellera ainsi que son enregistrement mythique des deux concertos pour piano de Chopin était avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction d’Armin Jordan (Erato). 

Cette nouvelle escale monégasque d’une tournée internationale proposait un programme taillé sur mesure pour la grande musicienne :  la Suite Bergamasque de Debussy entre deux sonates de Schubert.

Pires nous fait écouter le génie de Schubert, un de ses compositeurs de prédilection, avec des oreilles fraîches. Elle nous entraîne dès les premières mesures de la Sonate pour piano n°13 D.664 dans un monde de poésie. L’artiste exprime la tendresse amoureuse de Schubert avec candeur, sensibilité et intensité tout en alternant gaieté et mélancolie. C'est une exécution exquise où tout est parfait : le toucher, les nuances, les accents, le phrasé, la tonalité.

Sinfoniettas avec Dima Slobodeniouk 

par

Françis Poulenc (1899-1963) : Sinfonietta, FP.141 ; Serge Prokofiev (1891-1953) : Sinfonietta en la majeur, Op.5 ; Benjamin Britten (1913-1976) : Sinfonietta, Op.1 (version pour petit orchestre). Lahti Symphony Orchestra, Dima Slobodeniouk. 2021. Livret en anglais, allemand et français. 62’42’’. BIS. 2601. 

Scènes symphoniques du Kalevala 

par

Leevi Madetoja (1887-1947) : Kullervo, Op.15 ; Uuno Klami (1900-1961) : Kalevala Suite, Op.23 ; Jean Sibelius (1865-1957) : Lemminkäïnen à Tuonela, Op.22 N°2 (version de 1897) ; Tauno Pylkkänen (1918-1980) : Kullervo part à la guerre. Lahti Symphony Orchestra, Dima Slobodeniouk. 2017 et 2018. Livret en : allemand, anglais et français. 70’43’’. BIS 2371. 

Rencontre avec Nelson Freire

par

A l'âge de 74 ans, dont 70 au piano, Nelson Freire recevra ce 10 mai le Prix d'Excellence pour l'ensemble de sa carrière qui lui sera remis à Lucerne, dans le cadre du Gala annuel des International Classical Music Awards.  Enfant prodige, doté dès ses débuts d'une étonnante virtuosité, son parcours s'est construit sur la liberté et la classe interprétative, dans une harmonie de la technique et de l’intelligence que l’on ne rencontre que chez très peu de pianistes. En imaginant que tout cela lui soit inné et qu’il ait juste veillé à y rester fidèle, la conversation avec le grand artiste brésilien -à voix très douce, imprimant une cadence qui suggère à la fois discrétion et finesse- se déroule dans un calme chaleureux.
Pour Scherzo, membre espagnol du jury, c’est Luis Sunen qui l’a rencontré dans une loge du Palacio de la Opera de La Coruna, en pleine répétition de ses concerts avec l'Orquesta Sinfonica de Galicia.

 Vous allez recevoir l'ICMA Liftetime Achievement Award. Pourtant, aux côtés de vos prédécesseurs, Menahem Pressler, toujours actif, ou Aldo Ciccolini, qui a joué jusqu'à son décès, vous êtes encore un enfant ?

Eh bien, un enfant... Je reviens souvent à mon enfance, je me souviens de beaucoup de choses du passé, mais quand il s'agit de musique, je regarde toujours devant. J'ai eu plusieurs vies. Je dirais jusqu'à sept vies différentes, chacune bien identifiable, marquées parfois de changements radicaux et elles font comme une somme qui donne une vie entière, la mienne. Une, mais bien divisée en sept parties.