Une voix à découvrir

par
Matshikiza

Arias
Du 17e au 20e siècle
Airs et mélodies de Puccini, Catalani, Dvorak, Ravel, Yradier, Montsalvatge, Tosti, Fauré, Hahn, Sarti, Mozart, Gluck et Purcell
Pumeza Matshikiza (soprano) Aarhus Symfoniorkester, dir.: Tobias Ringborg
2016-DDD-52’32-Textes de présentation en anglais, français, allemand-  Decca 478 8964
Pumeza Matshikiza est une jeune soprano sud-africaine qui s’est récemment fait une place sur la scène internationale. Ce récital est déjà le second disque qu’elle enregistre pour Decca et permet d’apprécier ses qualités vocales et interprétatives. Sa voix est belle, ample, homogène et voluptueuse, le timbre chaud et riche et l’interprète engagée et pleine de tempérament. Sa Mimi assez malicieuse vous donne tout de suite l’envie de la voir sur une scène d’opéra et sa maîtrise de l’Italien semble exemplaire. Mais ce n’est pas le cas des différentes langues qu’elle chante dans ce programme trop hétéroclite. Le français du fragment de « L’heure espagnole » de Ravel ou de « Après un rêve » de Fauré par exemple est à peine intelligible. En plus elle ne semble pas toujours pouvoir trouver le ton juste pour chaque personnage et l’orchestre de Aarhus et son chef  Tobias Ringborg n’aident pas vraiment. Son Euridice ne manque pas de passion, ni sa Didon de désespoir et il est clair que l’opéra est plus son domaine que la mélodie mais une voix opulente ne suffit pas. Il faut des nuances interprétatives plus subtiles.
Erna Metdepenninghen

Son 8 - Livret 9 - Répertoire  6 - Interprétation 8

Vos commentaires link

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.