40 heures de Maîtres du baroque allemand pour les 40 ans de Ricercar

par agartala gay dating site

Maîtres du baroque allemand : Plus de 90 compositeurs ; nombreux interprètes. 1980-2020. Notice en anglais, en français et en allemand. 41 heures 37. Un coffret de 31 CD Ricercar RIC 110.

En mai dernier, nous avons présenté, en trois livraisons, une série de rééditions que le label belge Ricercar proposait à l’occasion de ses quarante ans d’existence. Des compositeurs français (Marin Marais, Marc-Antoine Charpentier, Elisabeth Jacquet de la Guerre), allemands (Buxtehude, Telemann, la famille Bach), italiens (Frescobaldi, Farina, Sances) y figuraient aux côtés de motets d’Henry Du Mont, de danses, chansons et madrigaux célébrant le krummhorn, de chansons de troubadours ou d’œuvres de la Renaissance signées Desprez, Ockeghem et quelques autres. Ce panorama d’une quinzaine de disques était une sélection parmi une prestigieuse production de quatre décennies. Mais pour son anniversaire, Ricercar avait un autre projet ambitieux : un coffret de 31 CD, représentant un total de plus de quarante (chiffre magique) heures de musique consacrées à des maîtres du baroque allemand. Ce projet est concrétisé, et il apparaît comme le couronnement d’une activité de haute qualité dont l’intérêt majeur est ainsi souligné avec force. Nous renvoyons le lecteur à nos textes précédents, ainsi qu’à l’interview accordée par le fondateur et directeur artistique de Ricercar, Jérôme Lejeune, à Crescendo Magazine le 16 octobre dernier, à l'occasion d'un Prix spécial dans le cadre des International Classical Music Awards.  

Cette superbe anthologie de musique baroque allemande est conçue sous une forme originale : la présentation des compositeurs -plus de 90- par ordre alphabétique, de Clamor Heinrich Abel à Friedrich Wilhelm Zachow, qui ouvrent et ferment la liste. Rendre compte des trésors qui composent ce pavé demanderait plusieurs pages tant ils sont nombreux, des débuts de l’aventure en 1980 jusqu’à des gravures récentes. On y retrouve des membres de la famille Bach et des compositeurs connus : Böhm, Brunhs, Buxtehude, Kuhnau, Pachelbel, Scheidt, Schein, Schütz, Stölzel, Tunder ou Weckmann, ainsi qu’une kyrielle de musiciens peu fréquentés qui sont ainsi remis en lumière : Altenburg, Böddecker, Erlebach, Hanff, Krieger, Lübeck, Pezel, Ritter, Scheidemann… sans oublier quelques anonymes. On est heureux de retrouver des extraits du tout premier disque Ricercar, les danses de Terpsichore de Michel Praetorius, dans la version de Musica Aurea. Mais aussi maintes pièces du répertoire sacré ou profane, de musique de chambre ou instrumentale. 

Si la plupart des créateurs sont honorés par de courtes pièces, certains, parmi les plus illustres, sont mieux servis : deux CD complets pour Buxtehude, dont de la musique d’orgue par Bernard Foccroulle, deux CD pour Scheidt, dont des extraits des Sacrae Cantiones par Vox Luminis et Lionel Meunier, deux CD pour Schütz, le Ricercar Consort proposant notamment son Histoire de la Résurrection de Jésus Christ, deux CD pour Matthias Weckmann avec le même ensemble. Praetorius, Tunder ou Schein bénéficient aussi d’une belle visibilité. Pour couronner le tout, les trois derniers disques sont consacrés à Jean-Sébastien Bach, dans un éventail sélectif de cantates et de compositions pour orgue. La famille du Cantor n’a pas été occultée : plusieurs porteurs du nom (Johann, Heinrich, Johann Michael, Johann Christoph, Johann Ludwig, Johann Bernhard) figurent au début de l’anthologie. Une série d’interprétations ont fait l’objet de récompenses lors de leur parution. 

Les diverses interprétations se situent à un très haut niveau et il est impossible de les citer toutes. Epinglons, au niveau du chant, Henri Ledroit, Max van Egmond, Agnes Mellon,  James Bowman, Guy De Mey, Greta de Reyghere… Les noms de solistes (Bernard Foccroulle, Bart Jacobs, Yoann Moulin, Philippe Pierlot…), de chefs (Lionel Meunier, Eric Van Nevel, Leonardo Garcia Alarcon, Jean Tubéry, Philippe Herreweghe…), d’ensembles (Ricercar, Collegium Vocale, La Fenice, Vox Luminis, Clematis…), qui sont familiers pour les mélomanes, prouvent la richesse et la qualité des gravures. 

Laissons la parole à Jérôme Lejeune, qui signe une notice que l’on jugera trop brève, vu l’ampleur de l’entreprise, mais qui est bien représentative : Bien entendu, cette anthologie réalisée sur la base de quarante années de productions de Ricercar est loin d’être complète. Certains compositeurs sont absents, d’autres, pourtant très prolifiques, ne sont représentés que par une œuvre, parfois même assez anecdotique. Ce qui est certain, c’est que la réalisation de cette anthologie m’aura permis de nourrir encore ma curiosité insatiable sur ce répertoire, curiosité qui sera responsable de futurs projets que j’espère encore nombreux ! Ajoutons que maints détails du contenu sont consultables dans la version web du livret que l’on peut consulter sur le site de Outhere. 

Ce coffret proposé à prix très doux est, de plus, un objet élégant. Sa couverture, sur un fond brun chaud, montre une somptueuse bibliothèque de Görlitz, ville dans le Land de Saxe, dont les rayons semblent contenir autant de merveilles que cette musicale anthologie/dictionnaire. Chaque CD est inséré dans une pochette sobrement ornée de l’image d’une édition d’époque ou d’une page de partition. C’est une manière appropriée de ravir les yeux avant de distiller l’enchantement par les oreilles et le cœur. Un tel ensemble est un cadeau à (s’) offrir séance tenante !

Note globale : 10

Jean Lacroix

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.