Bechara El-Khoury et sa musique pour piano 

par

Si l’on connaît bien la musique pour orchestre du grand compositeur franco-libanais Bechara El-Khoury, régulièrement programmée et enregistrée par des chefs comme Paavo Järvi, Daniele Gatti, Daniel Harding et bien d’autres, on connaît moins sa musique pour piano, pourtant essentielle dans son oeuvre. À l’occasion de la parution d’une anthologie, sous les doigts du pianiste Giacomo Scinardo (Naxos), Crescendo Magazine s’entretient avec le compositeur. 

On vous connaît plutôt comme compositeur de musique symphonique, mais la musique pour piano est également importante pour vous. Pourquoi ?

Depuis mon enfance, j'ai toujours été attiré par le grand orchestre symphonique ! Cela me faisait rêver et me procurait un plaisir inouï ! Bien sûr, j'aimais aussi beaucoup le piano car j'ai commencé à l'apprendre à l'âge de six ans. D'ailleurs, à douze ans j'avais écrit deux concertos pour piano et orchestre et quatre autres ont suivi jusqu'à l'âge de seize ans et bien entendu, ils ne sont pas repris dans mon catalogue, comme mes huit symphonies de l'époque.

Qu’est-ce que le piano peut rendre comme expression ou couleurs que  l’orchestre ne permet pas ?

Le piano solo est plus intime à mon avis et je constate qu'en général ma musique pour piano est parfois plus évoluée que ma musique pour orchestre !

Quand on pense aux « sonates », les noms de Beethoven, Schubert, Chopin, Brahms, traversent aussitôt notre esprit. N'est-il pas intimidant pour un compositeur d’être dans le prolongement de ces grands anciens ?

Les sonates des grands compositeurs que vous citez mais surtout d'autres comme Scriabine, Liszt, Rachmaninov, Prokofiev et surtout Dutilleux pour ma Sonate n°1 m'ont influencé de loin !

Comment l’architecture de la forme sonate s’immisce-t-elle dans la narration ?  

Je suis assez narratif et rhapsodique. Mon discours est souvent basé sur un petit thème ou une cellule thématique qui peut servir toute une sonate !

N’êtes-vous pas tenté de retravailler vos anciennes partitions ?

Je ne reviens pas sur mes premières œuvres pour les réécrire sauf pour les œuvres inachevées.

Pour cet enregistrement, c’est le pianiste Giacomo Scinardo qui interprète vos œuvres. Pouvez-vous nous parler de ce musicien ? Comment avez-vous initié cette collaboration ?      

J'ai fait sa connaissance via le réseau social Facebook et j'ai alors constaté qu'il joue ma musique pour piano dans le monde entier ! Il m'a proposé d'en faire un disque et j'ai tout de suite appelé Naxos qui a immédiatement accepté ! Ce nouveau disque est le septième qui est publié chez Naxos. Giacomo Scinardo est vraiment un grand pianiste ! Il est aussi génial sur le plan humain et il est devenu un ami proche et même un membre de ma famille : “mon petit frère” en quelque sorte. Je suis heureux de vous annoncer que nous avons plein de projets à l’avenir. 

Bechara El-Khoury : Sonates pour piano n°1 à n°4 ; Rivers, études, Thème et variations.  Giacomo Scinardo, piano. 1 CD Naxos. : 8.579022 

Le site de Giacomo Scinardo : http://robifortrin.com/

Crédits photographiques : Frédérique Triquet

Propos recueillis par Pierre-Jean Tribot 

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.