Anthologie de l’œuvre d’orgue de Joseph Jongen au Bozar

par

Joseph Jongen (1873-1953) : Toccata Op. 104. Deux pièces Op. 53. Petit prélude W319. Air extrait de la Suite en ré BWV 1068. Quatre pièces Op. 37. Sonata Eroica Op. 94. Cindy Castillo, orgue de la salle Henry Le Bœuf du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Décembre 2020. Livret en français, néerlandais, anglais, allemand. TT 68’46. Musique en Wallonie MEW 2001

L’Ensemble Arabesques dévoile joliment le jardin secret de Jacques Ibert 

par

Jacques Ibert (1890-1962) : Deux Mouvements pour flûte, hautbois, clarinette et basson - Trio pour violon, violoncelle et harpe - Trois pièces brèves pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson - Deux Interludes pour flûte, violon et harpe - Cinq pièces en trio pour hautbois, clarinette et basson - Capriccio pour dix instruments. Ensemble Arabesques ; Philipp Pointner, direction (Capriccio). 2018. 56’35. Livret en allemand, en anglais et en français. 1 CD Farao Classics B108105.

Atys de Lully à l’Opéra-Comique en 2011 sur DVD ? Une reprise sous forme de conte de fée…

par

Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Atys, tragédie en musique en un prologue et cinq actes. Bernard Richter (Atys), Stéphanie d’Oustrac (Cybèle), Emmanuelle De Negri (Sangaride), Nicolas Rivenq (Célénus), Marc Mauillon (Idas), Sophie Daneman (Doris), Jaël Azzaretti (Mélisse), Paul Agnew (Dieu du Sommeil), Cyril Auvity (Morphée), Bernard Deletré (Le Temps/Le Fleuve Sangor) ; Compagnie Fêtes Galantes ; Les Arts Florissants, direction William Christie. 2011. Notice en anglais et en français, synopsis dans les deux langues. Sous-titres en français, en anglais, en allemand, en italien, en japonais et en coréen. 196.00. Deux DVD Naxos 2. 110694-95. Aussi disponible en Blu Ray. 

Stiffelio de Verdi à l’ouverture de la saison de l’Opéra National du Rhin

par

Cette année, en France, la mode pour les maisons d’opéra est d’ouvrir la saison avec une œuvre méconnue. L’Opéra du Rhin joue aussi cette carte en proposant Stiffelio de Verdi. Composé en 1850, entre Macbeth (1847) et Luisa Miller (1849) d’un côté, et Rigoletto (1851), Le Trouvère et La Traviata (1853) de l’autre, Stiffelio se place à la charnière de la carrière du compositeur. Francesco Maria Piave tire son livret d’une pièce de théâtre française, Le Pasteur ou l’Evangile et le Foyer d’Eugène Bourgeois et Emile Souvestre, d’après le roman Le Pasteur d’hommes de ce dernier.

Œuvre à une histoire tortueuse

C’est une nouveauté (presque) absolue en France ; l’opéra n’a connu qu’une seule représentation, en 1994, à Reims. Le livret raconte l'histoire d’un pasteur qui, revenu au village après un long voyage, découvre l’infidélité de sa femme. Le drame évolue entre la conscience religieuse, l’honneur familial et les luttes intérieures, dans l’enclos d’une petite communauté protestante. Le choix du sujet était trop osé à l’époque et la censure l'a amputé de nombreux éléments liés à la morale religieuse et familiale, surtout concernant le divorce. Verdi le remanie pour créer une autre version, plus conforme à la censure, qui fut représenté en 1852 à la Fenice de Venise. Mais il finit par détruire les partitions d’orchestre à cause de représentations et d’adaptations non autorisées.
Stiffelio est tombé dans l’oubli depuis longtemps lorsque, un jour en 1962, une copie d’un conducteur est retrouvée à Naples. Puis, en 1992, on découvre des fragments autographes inédits dans les archives des héritiers de Verdi.

Partition passionnante sous la direction de Andrea Sanguineti

L’Opéra du Rhin présente cette version restaurée sous la direction de Andrea Sanguineti, ancien répétiteur aux Jeunes Voix du Rhin. Dans le premier acte, l’histoire avance à toute allure sans trop de détails, et la musique donne l’impression de suivre à peine cette évolution. En conséquence, un certain sentiment de l’indigestion s’installe malgré la facture du compositeur bien confirmée. À partir de l’acte II, la machine verdienne est bien huilée, les airs se succèdent avec une grande puissance dramatique. Parfois, un air d’envergure surgit d’un ensemble assez « banal », ce qui rend la musique à la fois bancale et étonnamment fascinante.
Pour ses débuts à l’Opéra du Rhin en tant que chef d’orchestre, la direction d’Andrea Sanguineti est bien avisée. Outre les grands moments lyriques, il sait mettre en relief les détails qui auraient pu passer inaperçus. Il développe ainsi au fur et à mesure les couleurs orchestrales, pour accentuer encore davantage la force émotionnelle. Grâce à lui, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse parvient à s’exprimer avec vigueur, en se surpassant. Le chœur de l’Opéra du Rhin (dont certains membres chantent masqués), homogène, prend bien sa part dans le succès de la représentation.

Modelé et contraste pour cette nouvelle version des Leçons de Ténèbres de Couperin

par

Leçons de Ténèbres. François Couperin (1668-1733) : Leçons de Ténèbres pour le Mercredi Saint. Motet pour le Jour de Pâques, Victoria Christo Resurgenti ! Michel Richard de Lalande (1657-1726) : Cantique Quatrième, Sur le Bonheur des Justes et le Malheur des Réprouvés. Sophie Junker, Florie Valiquette, sopranos. Lucile Boulanger, basse de viole. Alice Coquart, basse de violon. Pierre Rinderknecht, théorbe. Stéphane Fuget, direction, clavecin et orgue. Juin 2020. Livret en français, anglais, allemand. TT 60’06. CVS 034

Un voyage intimiste dans la musique vocale de Sir Edward Elgar 

par

Where Corals Lie. A Journey through Songs by Sir Edward Elgar (1857-1934) : Sea Pictures, op. 37 ; ‘Sieben Lieder’, extraits ; Two Songs, op. 60 ; Pleading, op. 48 ; The Muleteer’s Serenade ; The Self Banished ; Speak, Music!, op. 41 n° 2 ; After, op. 31 n° 1 ; In Moonlight ; When the spring comes round ; Pansies. Julia Sitkovetsky, soprano ; Christopher Glynn, piano. 2021. Notice en anglais, en allemand, en français. Textes des airs vocaux en anglais. 63.38. Chandos CHAN 20236. 

La famille Bach sur un petit orgue de la région de Varsovie

par

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Chorals Kirnberger BWV 698, 699, 701, 703, 704 ; Partite sopra O Gott, du frommer Gott BWV 767 ; Canzona en ré mineur BWV 588. Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788) : Sonates en sol mineur, la mineur, la majeur Wq 70/6, 4, 1. Johann Christoph Bach (1642-1703) : Choräle zum Präembulieren : Ach Gott, vom Himmel sief darein ; Aus tiefer Not ; In dich hab’ich gehoffet Herr. Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784) : Fugue en sol mineur, Fk 31/8. Ewa Rzetecka-Niewiadomska, orgue de l’évêché de Siedlce. Livret en polonais, anglais, allemand. Juillet 2019. TT 76’47. Dux 1608

Musique en Wallonie, 50 ans !

par

50 ans ce n’est pas l’éternité, mais…
Un brin d’histoire.
En 1971, la Belgique se dotait de nouvelles institutions. Dans la foulée de la Communauté Culturelle Française comme s’appelait alors la Fédération Wallonie-Bruxelles, on créa le Festival de Wallonie.

Mais aussi…
Un nouveau label de musique classique naquit, Musique en Wallonie, dont la vocation a été dès le départ de valoriser le patrimoine musical de Wallonie, puis de Bruxelles.
Ce fut l’œuvre d’un notaire liégeois mélomane, Albert Jeghers. La programmation artistique était confiée à Carl De Nys, musicologue fameux, et les captations étaient régulièrement l’œuvre d’André Charlin, un magicien du son. Des partenariats furent noués avec Koch-Schwann, Philips, Astrée, Ricercar, Pavane, Cyprès. L’autonomie devint totale en 2000.

Pierre Bibault face à Steve Reich 

par

Le guitariste Pierre Bibault fait l’évènement avec un album intégralement consacré à Steve Reich publié chez Indesens. Crescendo Magazine rencontre ce musicien  pour un entretien dédié à ce grand compositeur américain.   

Vous consacrez un album entier à des pièces de Steve Reich. Comment avez-vous découvert ce compositeur ? 

Je l’ai découvert sur le tard, je l’avoue, grâce à l’un de mes professeurs de musicologie à l’Université Paris 8, en 2003. Depuis, plus je l’écoute, plus je creuse, plus je suis impressionné par sa richesse. À bien des égards, je ne comprends pas qu’on ait pu qualifier sa musique de « minimaliste » ; bien au contraire, pour moi, c’est plutôt une musique « maximaliste ». Certes, le matériau musical de base, avec lequel Steve Reich compose, est minimal, mais la façon dont il le manie, et sans parler du résultat, est d’une richesse confondante, avec toutes ces couches sonores qui se superposent, légèrement décalées, selon des déphasages immédiats ou subreptices, faisant soudain émerger des rythmes, des textures…

Ce monstre sacré de la musique de notre temps vient de célébrer ses 85 ans. Alors que certaines musiques des avant-gardes de la seconde ½ du XXe siècle sonnent à nos oreilles de manière surannée et obsolète, la musique de Steve Reich continue de séduire toutes les générations. Qu’est-ce qui fait ce succès pour nos oreilles contemporaines, y compris les plus jeunes ? 

 Je pense que c’est lié à plusieurs facteurs.  Tout d’abord, je crois, parce que les oreilles contemporaines sont intimement liées à l’enregistrement, ce que n’étaient pas -de fait- les oreilles des siècles précédents. Or, la première période musicale de Steve Reich l’est aussi, avec son œuvre phare Come Out, de 1966, qui est une mise en boucle de bande magnétique. Cette œuvre n’existe pas sans l’enregistrement. Et l’on remarque que c’est aussi le cas de nombreux genres actuels, dont l’enregistrement est le principal support de création, et par extension, d’existence. La musique électronique, avec par exemple la French touch, en est, il me semble, une bonne illustration.

Ensuite, peut-être parce que Steve Reich a réussi dans sa musique à préserver l’équilibre entre une musique de son, d’exploration sonore, et une musique de notes. L’oreille peut alors se raccrocher à l’un ou à l’autre de ces paramètres -parmi tant d’autres. 

Enfin, je suis convaincu que c’est la place de l’interprète dans l’œuvre de Steve Reich qui transcende cet ensemble d’éléments. A la différence de la musique électronique actuelle que je citais à l’instant, où seule la machine est présente, Steve Reich confère encore une place centrale à l’instrumentiste. C’est une question extrêmement contemporaine, avec notamment les rapports entre l’Humain et  la Machine, et par extension aujourd’hui l’Intelligence Artificielle, qui a été questionnée par Steve Reich dès le dernier quart du XXe siècle. 

J’ai d’ailleurs voulu explorer ce concept au travers d’une nouvelle vidéo d’Electric Counterpoint, réalisée par Jean-Emmanuel Bibault (Post-Doc en A.I à l’Université de Stanford, en Californie), et dont les images ont été entièrement créées par une Intelligence Artificielle, exclusivement à partir de mots.