Gala de prestige pour la remise des ICMA à Milan

par

Artistes, responsables des maisons de disques et de programmations musicales et membres du jury réunis en attendant l'an prochain à Varsovie

C’est l’Orchestra Sinfonica di Milano Giuseppe Verdi et son chef John Axelrod qui accueillaient le gala et la remise des ICMA à l’Auditorium de Milan. Nous reviendrons sur la salle, l’orchestre et leur histoire car cela mérite vraiment d’être conté.

Danse au-dessus du volcan

par

Tiercé belge pour la création de Lolo Ferrari à Rouen
C’est un trio étonnant et inédit, tout droit venu de Belgique, qui a présidé à la conception et à la création en ce mois de mars à l’Opéra de Rouen d’une très attendue Lolo Ferrari. Comme chez Alexandre Dumas, à ce trio s’ajoutait un quatrième larron en la personne du guitariste Hugues Kolp, personnage à part entière comme on le lira plus loin. Une telle conjonction de talents venus de chez nous, appelés à créer un opéra sur une scène française, est à peu près aussi rare que le passage de la comète de Halley à proximité de notre bonne vieille terre!

FOCUS : Anton Bruckner, hier et aujourd’hui. La fin d’un mythe?

par

Peu de compositeurs ont bénéficié d’une histoire discographique aussi riche et aussi complexe qu’Anton Bruckner. En 1928 déjà, c’est-à-dire à un moment où la 9e Symphonie de Beethoven venait d’être enregistrée pour la deuxième fois, la firme Polydor consacrait huit disques 78 tours à la 7e Symphonie de Bruckner avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Jascha Horenstein. Elle recommençait, aryanisation aidant, dix ans plus tard, mais avec Carl Schuricht. A la même époque c’était le tour des 4e et 5e Symphonies et même deux fois chacune, par Karl Böhm et Eugen Jochum.

Le flux et le fixe

par

Peinture et Musique
par Jean-Noël von der Weid
Multi-instrumentiste, compositeur -il a travaillé avec Stockhausen, Boucourechliev, Ligeti et Kagel-, critique musical, critique et écrivain d’art -on lui doit un magnifique ouvrage : « Le nu dans l’art, l’apothéose des corps » paru chez Solar, Jean-Noël von der Weid propose ici un condensé de connaissances, de pensée et de réflexion sur les champs métaphoriques communs qui unissent musique et peinture. « Des yeux pour entendre ; quand l’oreille se prend à observer ».

Giuseppe Verdi : The Great Operas chez EMI

par

Dans le n°50 de Crescendo consacré à Verdi en décembre 2001, Bernard Postiau écrivait en introduction de sa sélection discographique : « Près de 500 versions des 26 opéras de Verdi se sont accumulées au cours du siècle, offrant au mélomane d’aujourd’hui -et en dépit d’une disponibilité parfois aléatoire- une abondance que ne connaissent ni Rossini, ni Puccini, ni même Wagner ou Mozart. »

Le passé de Favart comme si vous y étiez

par

Histoire de l’opéra-comique par Castil-Blaze
Le nom de Castil-Blaze (1784-1857) n’est pas tout à fait oublié. Essayiste infatigable, il fut aussi critique et… arrangeur. Passionné de musique contemporaine, il produisit ainsi des versions “à la française” d’opéras tels Der Freischütz (sous le nom de Robin des Bois), Don Giovanni, Oberon (Huon de Bordeaux) ou Anna Bolena.

ARS MUSICA 2013 se jouera en « Play Time » du 8 au 24 mars

par

Recentré sur Bruxelles, le festival opte pour davantage de densité: 17 jours en une suite quasiment ininterrompue de concerts, dont plusieurs journées très intenses et particulièrement festives. Pour cette édition 2013, la programmation a été élaborée en toute complicité par le directeur d’Ars Musica, Tarquin Billiet, et Patrick Davin, commissaire artistique « Play Time » est le thème choisi cette année.

Colt, Whisky and Far-West dans la Cité ardente

par

La Fanciulla del West
Que n’a-t-on médit sur cet opéra, le mal aimé des grands opéras de Puccini ? Opéra-western sans nécessité intérieure, livret insignifiant, manque d’airs mémorables, scène finale édifiante : de tous temps, la critique a eu la dent dure envers cette oeuvre qui date pourtant de la pleine maturité de son auteur, ce qui en rend l’insuccès problématique.