Nouveautés

Les nouveautés du CD, du DVD, du Livre et des Partitions

https://docomoeng-h.com/ligar-pela-net-gratis/

par Click Here

Ludwig van Beethoven : Sonate pour piano en la majeur Op. 2 n°2 – Sonate pour piano en do majeur Op. N°3 (éditées par Norbert Gertsch et Murray Perahia)

C’est au tour de l’Opus 2 (n°2 et 3) de retrouver le chemin de la réédition, cette fois sous la direction de Norbert Gertsch et Murray Perahia, avec une proposition de doigtés de ce dernier. Parues en 1796 chez Artaria & Comp. (premier éditeur du compositeur à Vienne), ces trois sonates se regroupent sous le même opus en raison de leur faible envergure, Beethoven souhaitant réserver des numéros d’opus aux œuvres qu’il considérait « importantes ». Dédiées à Joseph Haydn, les premières esquisses de cet opus datent des années 1794/1795.

Les prix Caecilia 2019 de l'Union de la Presse musicale belge

par

L'Union de la Presse musicale belge a décerné, ce mardi 2 avril, à Flagey ses Prix Caecilia 2019.  Les lauréats 2019 sont : 

Jacques Arcadelt. Motetti, Madrigali, Chansons. Chœur de Chambre de Namur, Cappella Mediterranea, Leonardo García Alarcón. Doulce Mémoire, Denis Raisin Dadre.  Ricercar

Perpetual Night.Johnson, Lawes, Coprario, Ramsey, Lanier, Banister, Webb, Hilton, Hart, Blow, Purcell, Jackson. Lucile Richardot, Ensemble Correspondances, Sébastien Daucé.   Harmonia Mundi

Franz Schubert. Oktett D 803 - Menuette & Trios D 89.  Isabelle Faust, Anne Katherine Schreiber, Danusha Waskiewicz, Kristin von der Goltz, James Munro, Lorenzo Coppola, Javier Zafra, Teunis van der Zwart. Harmonia Mundi

Dans l’intimité de Wolf-Ferrari

par

Ermanno WOLF-FERRARI (1876-1948) : Les deux trios pour piano, violon et violoncelle. Trio Archè. DDD–2018–70’ 15’’–Texte de présentation en anglais–Brilliant 95624.  Musiques pour piano. Costantino CATENA (piano)DDD–2019–64’ 43’’–Texte de présentation en anglais–Brilliant 95868

Van Cliburn, le texan qui a conquis la Russie

par

Van Cliburn. An American wins in Russia.  Concertos de Beethoven (n°5), de Brahms (n°2), de MacDowell (n°2), de Prokofiev (n°3), de Rachmaninov (n°2 et n°3), de Schumann, de Tchaïkovski (n°1), Sonates de Beethoven (n°23 "appassionata"), de Liszt, de Mozart (K. 330), de Prokofiev (n°6), pièces de Chopin (ballade n°3, fantaisie en fa mineur, nocturne op. 62,1, polonaise op. 63, scherzo n°3, études op. 10 n°3 et 12, op. 25 n°5 et 11, valse op. 64,2) et de Liszt (Liebestraum, rhapsodie hongroise n°12). Orchestres divers : Moscow Philharmonic Symphony Orchestra, Kyrill Kondrashin - Symphony of the Air, Kyrill Kondrashin - Chicago Symphony Orchestra, Fritz Reiner ou Walter Hendl - RCA Symphony Orchestra, Kyrill Kondrashin .2018 - ADD* - 9h 44' -Texte de présentation (plus que réduit) en allemand et anglais - 10 CD Profil Hänssler PH18080

Furtwängler, les enregistrements radios

par

Le label de l’Orchestre philharmonique de Berlin nous offre, dans des conditions techniques superlatives, les enregistrements de l’orchestre sous la baguette de Wilhelm Furtwängler. Captés entre 1939 et 1945, ces témoignages avaient été emportés par les soviétiques lors de la prise de Berlin. Ces captations connaissent ici une édition définitive, exemplaire par le soin apporté aux bandes.

Essentiellement centrés sur le répertoire germanique, ces enregistrements présentent le coeur du répertoire du chef en 21 concerts (repris sur 22 CD) : Beethoven, Brahms, Bruckner, et Schubert. Pour Eric Schulz, initiateur et concepteur de l'édition Furtwängler, ces témoignages : “nous donnent le meilleur de Furtwängler, dans une salle qu’il considérait comme l’acoustique idéale, avec un orchestre qu’il connaissait intimement, dans un environnement d’enregistrement en direct qui le stimulait et enfin et surtout avec un ingénieur du son de confiance qui pouvait réaliser ses souhaits dans des conditions techniques satisfaisantes.” Mais justement, le style si particulier du chef n’a-t-il pas indubitablement vieilli ? Eric Schulz remet en perspective : “le style de Furtwängler faisait déjà à son époque l’objet de telles critiques. Mais, mis à part toutes les facettes bien connues de l'art de Furtwängler, j'aimerais souligner un aspect essentiel : Furtwängler, était, musicalement parlant, essentiellement un chef d’orchestre du XIXe siècle mais fascinant dans sa pratique et son authenticité sans aucune doute très proche de l’essence des compositeurs comme Brahms ou Bruckner. Prenons aussi le cas de Beethoven, Furtwängler était sans doute plus familier de l’esprit de Beethoven que nous pouvons l’être aujourd’hui. Il faut également considérer la qualité superlative de l’orchestre; en effet nous savons que Furtwängler a critiqué l’orchestre après la guerre, car il y avait une pénurie de jeunes talents (ce qui n’était pas surprenant) combinée à des problèmes de qualité dus au fait que de nombreux membres avaient largement dépassé l’âge de la retraite.”

OPERA AS OPERA : une bible !

par

Conrad L. Osborne, OPERA AS OPERA. The State of the Art. New York, Proposito Press, 2018 45 $ ( www.propositopress.com)

Opéra en tant qu’opéra ! Par ce titre un peu énigmatique, le critique newyorkais Conrad L. Osborne tente de définir ce phénomène si particulier en le considérant comme un tout et en analysant chacun des éléments qui le constituent. S’appuyant sur soixante années de pratique du genre, il élabore un énorme ouvrage de plus de huit cents pages pour traduire l’espoir et la frustration que nous tous, nous pouvons ressentir aujourd’hui par rapport à l’état actuel de la question.