Ouvertures des saisons symphoniques à Monte-Carlo et Nice 

par Read Full Article

Dimanche dernier à Monte-Carlo, l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, son directeur musical et artistique Kazuki Yamada et la merveilleuse contralto Marie-Nicole Lemieux -1er Prix du Concours Reine Elisabeth en 2000- ont inauguré leur saison. Marie-Nicole Lemieux est l'artiste en résidence cette année : elle donnera encore deux concerts dans des répertoires très différents. Pour son premier concert, elle a interprété les Sea Pictures d'Edward Elgar avec maestria. Kazuki Yamada avait programmé en ouverture Juventus, une oeuvre de Victor de Sabata, le chef permanent de l’Orchestre de l’Opéra de Monte-Carlo de 1918 à 1930. L’œuvre rappelle les opéras italiens de la même époque. La Symphonie n°3 avec orgue de Saint-Saëns semble être inspirée des poèmes symphoniques de Liszt à qui elle est dédiée. L’effectif orchestral est très important, toutes les parties de l'orchestre sont représentées. Kazuki Yamada excelle dans ce répertoire et il fait briller l'orchestre de tous les feux des pupitres. Une belle introduction de saison alors que l’orchestre part en tournée pour deux semaines à Oman.

Ce jeudi, c’est au tour des voisins de l’Orchestre Philharmonique de Nice d’entamer leur saison de concerts. Le Théâtre de l'Opéra de Nice (1000 places) est comble du Parterre au Paradis. Deux « enfants du pays », la pianiste Hélène Grimaud, née à Aix-en-Provence et le chef Lionel Bringuier, né à Nice, se retrouvent devant un public qui les vénère.

Le concert commence avec un petit bijou d'orchestration, l'Apprenti Sorcier de Paul Dukas. Impossible de l’'écouter sans penser à Walt Disney et son film "Fantasia" où l'on voyait les seaux d'eau et les balais s'agiter. Cette musique transporte le public vers un monde onirique. Lionel Bringuier a commencé sa carrière de chef après avoir remporté le Concours de Besançon à 18 ans. Esa-Pekka Salonen l'engage comme chef assistant de l'Orchestre Philharmonique de Los Angeles, et Lionel Bringuier est alors le plus jeune chef et le premier chef français à diriger cet orchestre. Quand Gustavo Dudamel succède à Salonen, il nomme Bringuier "chef associé". On note dans sa gestique l'influence des Maestros Salonen et de Dudamel. Tout en restant sobre, Bringuier dirige de façon enjouée et joviale. 

Hélène Grimaud se met au piano. Dès les premières notes du Concerto en sol de Ravel, le public est saisi dans une atmosphère électrique. Tout est là : les nuances, la force alternée avec la douceur, la poésie... Un moment intense, inoubliable. L'harmonie entre Grimaud et Bringuier est parfaite. Ils ont déjà joué ce concerto à maintes reprises, à Los Angeles et à Zürich. A la demande du public, Grimaud offre deux bis : Rachmaninov et Debussy. 

En seconde partie, c'est la magie du Sacre du Printemps d'Igor Stravinsky. Bringuier a choisi d'interpréter l'Apprenti Sorcier et le Sacre du Printemps, les deux oeuvres du film Fantasia. Nice célèbre en ce moment le centenaire de la création des studios de cinéma de "la Victorine". Lionel Bringuier connaît parfaitement le Sacre, l’une des oeuvres préférées de son mentor Esa-Pekka Salonen et programmé plus de 30 fois quand Bringuier était à Los Angeles. Bringuier arrive à en tirer le moindre détail. Prodigieux !

Le Philharmonique de Nice a engagé Lionel Bringuier comme "Artiste Associé". Il dirigera encore deux concerts cette saison. …….

Monte-Carlo, Auditorium Rainier III, 22 septembre 2019 et Nice, Théâtre de l'Opéra, 26 septembre 2019

Carlo Schreiber

Crédits photographiques : Simon Pauly

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.