Pavé d‘Histoire à la Viennoise 

par https://muenstermilling.com/

150 years Wiener Staatsoper. The Anniversary Edition. Wozzeck-Fidelio-Elektra-Le Nozze di Figaro-Il Viaggo a Reims-Tristan und Isolde-Eugene Onegin-Ariadne auf Naxos-Un Ballo in Maschera-Legendary Voices of the Wiener Staatsoper. 1955-2016-Livret en anglais et allemand. 22 CD Orfeo C 980120.

À l’occasion des 150 ans du Wiener Staatsoper, le label munichois Orfeo met dans une grosse boîte une sélection de captations autant en intégrales qu’en extraits pour un double album bonus nommé “voix légendaires”. En 22 CD, on voit donc défiler une liste phénoménale de légendes et de stars du chant : Walter Berry, Max Lorenz, Christa Ludwig, Jon Vickers, Birgit Nilsson, Regina Resnik, Leonie Rysanek, Tom Krause, José van Dam, Montserrat Caballé, Ruggero Raimondi, Ferruccio Furlanetto, Nina Stemme, Peter Seiffert, Anna Netrebko, Dmitri Hvorostovsky, Johan Botha, Soile Isokoski, Sophie Koch, Daniela Fally, Piotr Beczala, Placido Domingo et tant d’autres. Du côté des chefs, le mélomane est gâté : Karl Böhm, Herbert von Karajan, Claudio Abbado, Andris Nelsons, Christian Thielemann, Franz Welser-Möst,...

La plupart de ces bandes ne sont pas inconnues, elles ont été éditées chez Orfeo dans sa collection dédiée à l’opéra viennois, DGG ou même parfois en vidéo chez Unitel. Il n’empêche, la qualité des affiches est exceptionnelle. Aux sommets des grands témoignages du passé, on place Karajan dans Fidelio (1962) et dans les Noces de Figaro (1977) avec une distribution phénoménale (dont José van Dam en Conte) ; Karl Böhm dans un Wozzeck fabuleux et une Elektra d’anthologie et le Voyage à Reims dirigé par Abbado. D’autres témoignages sont plus récents avec un très beau Tristan et Isolde, superbement mené par le duo Nina Stemme et Peter Seiffert mais conduit sans trop de finesse par Franz Welser-Möst ; une Ariadne auf Naxos sans trop d’enthousiasme sous la baguette de Thielemann ou un Bal masqué inégal et dirigé avec une excessive prudence par Jesus López Cobos et malgré Piotr Beczala. La pépite des captations récentes réside dans l’Eugène Onéguine d’Andris Nelsons avec Anna Netrebko et Dmitri Hvorostovsky. 

Le double CD “Bonus” reprend des airs et des extraits. Bien évidemment la qualité est là, mais le côté compilation est un peu décevant. Ces deux galettes sont à prendre comme un cadeau. 

Il n’est pas évident de résumer en un coffret les grands moments d’une institution aussi importante dans l’histoire de l’art vocal, mais les acquéreurs en auront pour leur argent ! Notons que le coffret est en tirage limité, donc, il ne faut pas trop trainer ! 

Son : 8-Livret : 7-Répertoire : 10-Interprétation : 10

Pierre-Jean Tribot

 

 

 

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.