A Genève, Anna Bolena selon Mariame Clément  

par free dating apps for college students

En trois saisons successives, le Grand-Théâtre de Genève prend le parti de présenter les trois grands ouvrages que Gaetano Donizetti a consacrés à la dynastie des Tudor en commençant par Anna Bolena. Aviel Cahn, son directeur, fait appel à Mariame Clément pour la mise en scène, à Julia Hansen pour les décors et costumes et à Stefano Montanari pour la direction d’orchestre.

L’intérêt du spectacle réside dans l’aspect visuel. Durant l’ouverture, les dames de la Cour, vêtues de noir comme des béguines du XVIe siècle, et les hommes en tenues de chasseurs proches de notre époque, se regroupent en rangs serrés autour d’un objet qui est en fait le billot sur lequel la reine sera décapitée. La vision se dissipe pour laisser place à une serre entourée de feuillages verdoyants, tandis qu’un peintre s’affaire à portraiturer la souveraine blonde portant robe verte jalonnée d’or. Mais que sont donc ces deux énormes serins jaunâtres se juchant sur les fenêtres sans attirer l’attention d’Elizabeth enfant qu’amène sa gouvernante Giovanna/Jane Seymour arborant un rouge orgueilleux ? Comment croire que, sous les draps du lit de la souveraine, le pauvre Smeton se donne du plaisir en fixant le tableau rejeté lors de la scène initiale ? Alors que le plateau tournant permet à un gigantesque quadrilatère de bois de pivoter en faisant se succéder les intérieurs du palais, les courtisans déambulent en observant tout sans relâche. La petite princesse fait de même en conservant indélébilement dans sa mémoire le cours des événements qui la marqueront à jamais, ce que semble manifester Elizabeth Ière, la reine vierge apparaissant comme un spectre lors des scènes charnières. Le pont reliant ce premier volet aux deux suivants est donc échafaudé…

Pourquoi évoquer en premier lieu la mise en scène d’une œuvre dont le belcanto est l’essence ? Le bât blesse au niveau de la musique. Sous la baguette de Stefano Montanari à la tête de l’Orchestre de la Suisse Romande, la Sinfonia d’ouverture paraît bien mollassonne, ce que l’on dira aussi d’une direction qui manque du véritable souffle tragique qui devrait innerver cette longue opera seria. Et l’on se passerait volontiers de ce forte-piano que semble suggérer la musicologie d’aujourd’hui, mais qui paraît totalement incongru quant au traitement du recitativo

Sur le plateau, la distribution est inégale. Sans déranger les mânes d’une Callas ou d’une Gencer qui nous ont révélé l’existence d’un tel ouvrage, il faut bien avouer que seules certaines voix ont une propension naturelle, voire innée, pour le belcanto romantique qui suppose un coloris soyeux, un legato souverain et une maîtrise sans faille de la coloratura, ce que ne possède en aucun cas l’Anna d’Elsa Dreisig au timbre acide, savonnant ses passaggi redoutables qu’elle couronne de quelques suraigus hors de propos. Son chant est pavé de bonnes intentions qui finissent par arrondir l’émission afin de rendre pathétique la scène finale. Tout aussi problématique apparaît la Giovanna Seymour de Stéphanie d’Oustrac qui, à son entrée en scène, cherche sa voix avant de dessiner un personnage certes ambitieux mais qui semble bien étranger au style de cette musique. D’Enrico /Henry VIII, Alex Esposito souligne continuellement l’arrogance péremptoire, laissant dans l’ombre l’amoureux conquérant ; mais, au moins, l’empathie pour le belcanto est évidence, ce qui est aussi le cas de Lena Belkina campant un page Smeton d’une grande maturité, trouvant rapidement ses marques après une ‘canzone’ à la tessiture trop grave pour ses moyens. Edgardo Rocha affronte avec intrépidité la tessiture massacrante de Percy en osant les aigus les plus périlleux dans un rôle écrit sur mesure pour le mythique Rubini. De bonne tenue, le Rochefort de Michael Mofidian et le Hervey de Julien Henric, magnifique comme toujours, le Chœur du Grand-Théâtre préparé par Alan Woodbridge et intensément expressif dans chacune de ses interventions. 

Genève, Grand-Théâtre, première du 22 octobre 2021  

Paul-André Demierre

Crédits photographiques : GTG / Magali Dougados

                                    

 

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.