Clara Inglese chante Ophélie

par

Dans le flot incessant et pléthorique des nouveautés, rares sont celles qui sortent foncièrement du lot en attirant l’esprit ! Dans ce cadre, cet album Cyprès intitulé “Ophelia | songs of exile” séduit par sa pertinence éditoriale et ses hautes qualités musicales. Mêlant répertoire et création, il dresse un portrait d’Ophélie, personnage de la tragédie d’Hamlet de Shakespeare. Crescendo Magazine rencontre la soprano Clara Inglese, l’initiatrice de cet album.     

Ce disque est consacré au personnage d’Ophélie. Qu’est-ce que ce personnage mythique de la littérature vous inspire ? Pourquoi lui consacrer un disque ?

Ophélie m’inspire une sorte d’immense quête d’identité ; la quête d’une identité féminine, du sentiment amoureux et de la mort. Ces rapports entre l’amour et la mort sont au coeur de la tragédie d’Hamlet.

Mon rapport à Ophélie est une longue histoire qui se développe dans le temps. J’ai étudié la philologie romane à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Lors d’un cours sur la philosophie de littérature, le professeur faisait étudier Hamlet et lorsqu’il a abordé le personnage d’Ophélie dans une perspective existentielle, j’ai été tétanisée ! C’était un choc artistique et émotionnel et j’ai été hypnotisée et captivée par sa découverte. À l’époque, je suivais des cours de chant, mais alors sans perspective de faire une carrière musicale, et je me suis dit qu’un jour je ferais quelque chose autour d’Ophélie. Au fur et à mesure de mes études musicales, j’ai abordé le répertoire qui l’évoquait avec des lieder de Richard Strauss ou Dmitri Chostakovitch. Année après année, je me suis confortée dans la perspective de développer ce projet. 15 ans après ma découverte du personnage, ce disque s’est concrétisé !

Comment avez-vous déterminé le parcours musical proposé sur ce disque ?

J’ai découvert ces oeuvres au fur et à mesure de mes recherches dans le répertoire. J’ai constaté que de nombreux compositeurs avaient été inspirés par ce personnage : Richard Strauss, Dmitri Chostakovitch, Johannes Brahms, Ernest Chausson.... Il fallait également que les mélodies conviennent à ma tessiture ; il y a d’autres oeuvres inspirées par Ophélie mais elles sont trop graves ou trop aiguës. Au final, j’ai regroupé une petite série de partitions qui pouvaient aboutir à une anthologie.

Quels sont les points communs et les différences entre ces oeuvres ?

Le principal point commun est le texte de William Shakespeare qu’il soit dans la langue originale avec Mario Castelnuovo-Tedesco ou traduit en allemand comme avec Johannes Brahms ou Richard Strauss. Les compositeurs se sont directement inspirés de la source. Le personnage d’Ophélie a également inspiré de nombreux poètes comme Ernest Legouvé (mis en musique par Berlioz) ou Arthur Rimbaud (avec Ernest Chausson). La littérature est également un fil rouge de ce disque.

Votre album comporte aussi deux pièces contemporaines d’Adrien Tsilogiannis et Benoît Mernier. Quelle a été la genèse de ces partitions dans l’élaboration de ce programme ?  

J’avais envie de donner un caractère contemporain au personnage d’Ophélie, pas pour dire quelque chose de nouveau, mais pour réinvestir le personnage d’une manière contemporaine. J’avais également envie de chanter accompagnée par un violoncelle. J’ai un attachement à cet instrument et en cherchant dans le répertoire, je n’ai rien trouvé pour voix et violoncelle. J’ai rencontré Adrien Tsilogiannis et je lui ai parlé d’une création. Il a saisi la balle au bond et de là est partie l’idée de faire ce disque. C’était il y a désormais 7 ans ! J’avais également envie de compléter le programme par une pièce véritablement contemporaine. J’ai été très heureuse que Benoît Mernier accepte de composer une nouvelle oeuvre sur un texte François Emmanuel. Le thème de son poème est l’exil, il a inspiré le titre de ce disque.    

Ophelia | Songs of Exile. Oeuvres  de : Benoît Mernier, Johannes Brahms, Hector Berlioz, Dmitri Chostakovitch, Adrien Tsilogiannis, Ernest Chausson, Mario Castelnuovo-Tedesco, Richard Strauss. Clara Inglese, soprano ; Élodie Vignon, piano ; Sébastien Walnier, violoncelle ; Alyssia Hondekijn, harpe. 1 CD Cypres. CYP4615.   

Le site Internet de Clara Inglese : www.clarainglese.com/

Propos recueillis par Pierre-Jean Tribot

Crédits photographiques : Isabelle Françaix

Vos commentaires

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.