Beethoven en brique authentique 

par

Beethoven Rediscovered”. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des symphonies ; Ouverture de : Coriolan Op.62, Egmont Op.84, Les Ruines d’Athènes, Op.113, Die Weihe des Hauses, Op.124 ; intégrale des concertos pour piano et orchestres ; intégrale des symphonies (transcription de Franz Liszt) ; Sonate °14 “Clair de Lune”, n°21 “Waldstein et n°17 “La Tempête” ; 32 variations sur un thème original en ut mineur, WoO 80, Sonates pour piano en sol mineur, Op.49 n°1 et n°20 en sol majeur, Op.49, N°2, Variations prometheus. Anna-Kristina Kaapola, soprano ; Marianne Beate Kielland, alto ; Markus Schäfer, ténor ; Thomas Bauer, basse. Choeur et orchestre Anima Eterna Brugge, Jos van Immerseel ; Ensemble Cristofori, pianoforte et direction : Arthur Schoonderwœrd ; Yury Martynov, piano ; Alexei Lubimov et Olga Pashchenko, pianoforte. 2005-2015. Livret en : anglais, allemand et français. 16h56. 1 coffret de 17 CD Alpha. Alpha 598. 

https://miresid.com/

par

Michel PiGNOLET de MONTECLAIR (1667-1737) : Jephté, tragédie en un prologue et cinq actes. Tassis Christoyannis, Chantal Santon Jeffery, Judith van Wanroij, Thomas Dolié, Zachary Wilder, Katia Velletaz, Adriana Kalafszky, Clément Debieuvre, David Witczak ; Purcell Choir, Orfeo Orchestra, direction György Vashegyi. 2020. Livret en anglais, en français et en allemand. Texte complet en français, avec traduction en anglais. 142.38. Glossa GCD 924008 (un album de deux CD).

Barbara Hannigan sublime Gérard Grisey 

par

La Passionne. Luigi Nono (1924-1990) : Djamila Boupacha pour soprano solo ; Franz Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°49 en fa mineur, Hob:I:49 “La Passione” ; Gérard Grisey (1946-1988) : Quatre chants pour franchir le seuil. Barbara Hannigan, soprano et direction ; Ludwig Orchestra. 2019-Livret en français, anglais et allemand. 72’43. Alpha 586 

Des motets napolitains pour un superbe premier récital  de la contralto Anthea Pichanick

par

Motets napolitains. Leonardo LEO (1694-1744) : Turbido caelo mare furentes. Nicola PORPORA (1686-1768) : Regina Caeli. Alessandro SCARLATTI (1660-1725) : Totus amore languens ; De tenebroso lacu. Anthea Pichanick, contralto ; Les Accents, direction Thibault Noally. 2020. Livret en français et en anglais. Textes reproduits avec traduction en français et en anglais. 66.03. La Musica LMU 019.

Les Chorégraphes de Diaghilev (3) : Serge Lifar

par

Sans doute faudra-t-il attendre un certain nombre d'années pour que, les passions s'étant calmées et certaines personnes ayant disparu du devant de la scène, on puisse sereinement considérer le travail de Serge Lifar, non seulement à l'Opéra de Paris où il régna pendant près de trente ans, mais dans le monde du spectacle.

Aujourd'hui, huit ans après sa mort (désormais 34 ans car cet article a été rédigé en 1994), nous devons nous en tenir à un certain nombre d'évidences. D'abord, c'est grâce à Serge Lifar que l'image de Serge de Diaghilev est demeurée si présente dans la mémoire de notre temps. Son goût et son sens inné de collectionneur lui ont permis d'être non seulement le témoin -le dernier, le plus jeune- d'une épopée qui a bouleversé la sensibilité européenne et l'esthétique du spectacle durant près de vingt ans -de 1909 à 1929- mais encore d'être à même de le prouver, par son travail, ses livres et ses conférences, grâce à tout ce qu'il avait amassé comme souvenirs.