Il faut bien vivre...

par

The Best of Placido Domingo
Airs d'opéras italiens, français et allemands, mélodies diverses.

Chefs et orchestres divers
Album 3 CD-55'19'', 77'32'' et 59'55''-Pas de textes de présentation-Universal 480 786-4

La musique du nouveau monde par Andris Nelsons

par

Charles Ives (1874-1954) The Unanswered Question – John Adams (1947-) Slinimsky’s Earbox – Igor Stravinsky (1882-1971) Le Chant du rossignol – Antonin Dvoak (1841-1904) Symphonie n°9 «du Nouveau Monde»
Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Andris Nelsons, direction
2013 - HD source, NTSC 16 :9, PCM stereo DTS 5.0-95’-Livret en français, allemand et anglais-C major-713408

Limpide et poignant

par

Stabat Mater Dolorosa
Oeuvres de Pergolèse et Vivaldi
Sara MINGARDO (contralto), Silvia FRIGATO (soprano), ACCADEMIA DEGLI ASTRUSI, dir.: Federico FERRI
2010-enregistré en public-DDD-1:03:52-présentation en anglais et italien-pas de textes-Chanté en latin-KAL007

Un orchestre exceptionnel dans un programme un peu court…

par

Joseph Canteloube (1879-1957), Chants d’Auvergne (extraits) – Pyotr Tchaïkovski (1840-1893), Symphonie n°6 en si mineur « Pathétique »
Brussels Philharmonic, Hervé Niquet (direction), Anne Sofie von Otter (mezzo)
Courte soirée d'une heure et quelques minutes. Débutant directement avec l’invitée, Anne Sofie von Otter, les musiciens ont exécuté une œuvre peu connue du grand répertoire : les Chants d’Auvergne (extraits) de Joseph Canteloube (1879-1957).

Une Armide sombre, dramatique

par

© Monika Rittershaus

Armide occupe une place particulière dans l’oeuvre de Gluck. Opéra atypique? Oui, certes. Il est tout d’abord le seul dont la trame ne soit pas mythologique, s’inspirant du merveilleux chrétien de la Jérusalem délivrée du Tasse. Ensuite, cette trame est construite sur un livret datant du siècle précédent : Gluck, en effet, dans un superbe défi (1777), a repris le vieux livret de Quinault pour l’Armide de Lully (1686), geste assurément unique dans l’histoire du théâtre lyrique.

Le souvenir de Catherine Collard

par

CatherineEn ces jours de souvenir, nous n'oublions pas Catherine Collard, cette immense pianiste qui nous a quittés trop tôt, le 10 octobre 1993. Il y a vingt ans déjà. Elle nous manque; elle manque cruellement à la musique. Son souvenir nous reste très présent et nous avons l'occasion de Catherinel'entendre dans Schumann qu'elle jouait mieux que personne. Deux vidéos où on la retrouve dans les Papillons et la Fantaisie. Elle se sentait bien aussi avec Debussy, Haydn ou Mozart, mais les témoignages filmés nous manquent. Ils nous reste ses enregistrements réalisés chez Erato dans sa prime jeunesse, et plus tard chez Lyrinx, sous l'affectueuse vigilance de René Gambini, et BMG.

Boris Giltburg : retour gagnant

par

© Chris Gloag

Rachmaninov : Préludes opus 23 - Prokofiev : Sonate en si bémol majeur opus 84 - Ravel : La Valse

Le retour de Boris Giltburg était très attendu. Le dernier vainqueur du Concours Reine Elisabeth a choisi de revenir avec un programme très exigeant. On le sait depuis la finale du concours, Boris Giltburg a une conception très personnelle de la musique de Serge Rachmaninov.